La tête de la reine de Edward Marston

marston

En février 1587 au château de Fotheringhay, c’est la fin de Marie Stuart. Sa cousine, Elizabeth Ière, l’a condamnée à mort. Marie sera décapitée, sa tête montrée à la foule. A Londres, à l’auberge de la tête de la reine, la troupe théâtrale des hommes de Westfield répètent pour leur nouvelle pièce. Au centre de la troupe : Nicolas Bracewell le régisseur et bien plus encore : « Nicholas Bracewell se montrait si capable et si ingénieux que ses attributions ne cessaient d’englober de nouvelles responsabilités. Non content d’organiser la mise en scène à partir de l’unique exemplaire complet d’une pièce, il assurait le rôle de souffleur, supervisait les répétitions, contribuait à former les apprentis, s’occupait des musiciens, amadouait les machinistes, conseillait en matière de costumes et d’accessoires, et négociait les licences des nouvelles pièces auprès de l’Intendant des menus plaisirs de la reine. » Sans lui, la troupe s’écroulerait. A la fin de la répétition, Nicholas accompagne un comédien, Will Fowler, pour boire un verre avec une ancienne connaissance. A la taverne, une bagarre se déclenche entre Will et un autre client. Les épées sont dégainées et un coup fatal est porté à Will. Nicholas, effondré par la perte de son ami, ne tarde pas à découvrir que cette mort est loin d’être accidentelle. Il se lance alors dans une enquête pour retrouver le meurtrier de Will.

Voici un roman fort sympathique qui remplit parfaitement son rôle de divertissement. Les personnages sont bien dessinés et deviennent rapidement attachants à l’instar du héros Nicholas Bracewell. Le directeur et acteur principal des hommes de Westfield, Lawrence Firethorn, est un personnage haut en couleur. Orgueilleux, séducteur, fougueux, il est éclatant sur scène où il interprète tous les rôles importants. Il y a également le pauvre Edmund Hoode qui doit écrire des pièces au débotté en fonction de l’actualité et des caprices de Lawrence Firethorn. Barnaby Gill, autre acteur de la troupe, est beaucoup moins sympathique et surtout il a des vues sur les jeunes apprentis de la troupe ce que Nicholas ne peut admettre.

L’atout principal de cette série est la découverte de la vie d’une troupe de théâtre à l’époque de Shakespeare. Edward Marston montre bien toutes les difficultés rencontrées par les comédiens. La concurrence faisait rage, il y avait énormément de jalousie entre les troupes. Il fallait donc sans cesse innover et surtout proposer de nouvelles pièces. Celles-ci pouvaient se référer à l’actualité mais toujours de manière indirecte. On le voit bien dans « La tête de la reine » avec la pièce glorifiant la victoire sur l’invincible Armada. Les auteurs devaient également faire en sorte que les pièces plaisent à tout type de public,  puisque aussi bien les nobles que les pauvres assistaient aux spectacles. Les pièces devaient donc s’enchainer à un rythme infernal sans quoi la troupe pouvait tomber dans l’oubli.

« La tête de la reine » est très plaisant à lire et nous plonge dans les coulisses du théâtre élisabéthain pour le plus grand plaisir des amateurs de cette période.

mois anglais2

Publicités

39 réflexions sur “La tête de la reine de Edward Marston

  1. Je pense qu’il pourrait me plaire, je suis curieuse de lire un roman qui me fait penser à Shakespeare in love ! Merci pour la découverte.

  2. J’en ai lu un, je ne sais plus lequel, il y a quelques(?) années déjà, à la sortie en poche de cette série. J’avais bien aimé moi aussi la reconstitution de la vie de la troupe. Par contre, l’intrigue strictement policière m’avait paru un peu convenue.

    • Je suis assez d’accord avec toi sur l’intrigue policière qui n’a rien d’exceptionnel. Mais j’ai été totalement emportée par le côté vie de troupe à l’époque élisabéthaine.

  3. J’aime bien l’idée d’être plongée au coeur d’une troupe de théâtre au temps d’Elizabeth Ière.

  4. Voilà un policier historique bien alléchant ! S’agit-il du premier tome d’une saga ou d’un roman seul ? D’après ta chronique, la reconstitution a l’air d’être de qualité.

    • Oui c’est le premier roman d’une saga mais je t’avoue ne pas savoir combien il y a de tome ! Oui, je m’intéresse beaucoup à Shakespeare et j’ai retrouvé dans le roman ce qui m’avait été dit lors de ma visite du Globe.

  5. J’ai finalement assez peu lu sur la période, ça me tenterait bien d’autant plus que je suis dans une petite période Tudors (The Fortunes of John de Courcy, l’expo Tudors, j’ai sorti un livre sur les Tudors de ma PAL…).

    • Oui moi aussi je suis dans une période Tudor ! J’ai lu le roman au moment de voir l’expo où j’ai acheté « Mary Stuart » de Zweig. j’ai également le livre de Liliane Crété dans ma PAL.

  6. Bonjour, je ne participe pas au mois anglais mais je découvre ici des lectures qui vont, je le sens, beaucoup me plaire … A commencer par celle-ci, l’époque Tudor + troupe de théâtre = un programme alléchant !

  7. Tiens, je le note ! Etant une fervente adepte des visites du Globe à Londres, j’ai bien envie de me replonger dans cette atmosphère . Merci pour cette idée .

    • J’ai eu également l’occasion de visiter et de voir des pièces de Shakespeare au Globe. J’en garde un souvenir magnifique et j’ai bien retrouvé dans le roman ce que l’on m’avait dit au Globe.

  8. Ça a l’air super, merci pour cette découverte. En plus, je pense que je pourrais peut-être le conseiller comme lecture à mes élèves de seconde lorsqu’on fait le théâtre (toujours difficile de donner des lectures perso sur ce thème). J’ai hâte de le trouver !!

  9. Ah mais je le veux absolument: théâtre élisabéthain? invincible armada? la fin de Marie Stuart ?
    Il me le faut.
    Super billet Titine

    • Alors jette-toi dessus !!! Bon, je te préviens l’intrigue policière n’est pas renversante mais la partie historique est vraiment réussie. Merci dame Galéa !

  10. J’ai repéré cette série chez Claire, je ne connais pas cette période mais j’adore les polars historiques même si j’ai l’impression que le côté polar n’est pas le plus réussi !

  11. J’aime bien les romans historique où le contexte et l’époque sont plus importants que l’intrigue. Un peu comme dans les Anne Perry. Je note donc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s