L’histoire de mes dents de Valeria Luiselli

l-histoire-de-mes-dents-939483-264-432

« Je suis le meilleur commissaire-priseur au monde, mais personne ne le sait parce que je suis un homme du genre discret. Je m’appelle Gustavo Sanchez Sanchez, toutefois les gens m’appellent Grandroute, avec affection je crois. Après deux rhums, je suis capable d’imiter Janis Joplin. Je sais interpréter les devises des fortune cookies chinois. Je peux faire tenir un oeuf droit, comme Christophe Colomb dans l’anecdote fameuse. Je sais compter jusqu’à huit en japonais : ichi, ni, san, shi, go, roku, shichi, hachi. Je sais faire la planche. » Après différents boulots, Gustavo voit sur une affiche dans un restaurant l’annonce suivante : « Apprenez l’art de la vente aux enchères. Succès garanti. Méthode Yushimito ». Il commence à pratiquer son métier en Europe, au Mexique, aux États-Unis. Un jour, il doit vendre les dents de Marilyn Monroe. Et c’est là qu’une idée germe dans l’esprit de Gustavo. Il va se faire arracher toute les dents et les vendre comme étant celles de célébrités.

J’aimais beaucoup le point de départ de ce roman et les premiers chapitres ont parfaitement comblé mon attente avec l’histoire totalement farfelue de Gustavo Sanchez Sanchez. La première vente de dents est très amusante puisque le commissaire-priseur y fait le portrait des anciens propriétaires des dents : Platon, Pétrarque, Rousseau, Virginia Woolf, Luis Borges ou Enrique Vila-Matas. L’intrigue est totalement décalée, fantasque comme savent le faire les écrivains mexicains. Mais plus les chapitres avançaient plus je me sentais perdue. Les histoires sur les lots de vente se multipliaient sans que mon intérêt renaisse. Je comprends le sens du projet de Valeria Luiselli qui est de montrer la puissance de l’imagination, des histoires que l’on raconte ou que l’on se raconte. Le roman parle également de l’importance, de la valeur que l’on donne des objets autour de nous. Le dernier chapitre nous montre tout cela et remet en cause tout ce que nous venons de lire. Mais ce qui éclaire le mieux le projet de l’auteur est la postface où elle explique l’origine de ce travail. Pour ceux qui voudraient tenter l’aventure, n’hésitez pas à commencer par cette explication qui éclaire, sans rien dévoiler, le roman.

« L’histoire de mes dents » est un roman dont l’étonnante idée de départ m’avait séduite. Malheureusement, je n’ai pas réussi à suivre le fil fantaisiste de l’intrigue et mon intérêt s’est peu à peu éteint.

Merci aux éditions de l’Olivier pour cette lecture.

Le mois américain 2017


Pour la sixième année consécutive, j’aurais le plaisir de vous emmener aux Etats-Unis durant tout le mois de septembre. Nous débuterons ce mois thématique avec la lecture de « L’homme de la montagne » de Joyce Maynard organisée dans le cadre du blogoclub de Florence et Amandine. Mais vous pouvez également participer avec un autre titre de Joyce Maynard.

En plus de « L’homme de la montagne », j’espère pouvoir lire les titres suivants pour ce mois américain :

-« La maison hantée » de Shirley Jackson

-« Les tribulations d’un précaire » de Iain Levison

-« Un travail comme un autre » de Virginia Reeves

-« Dodgers » de Bill Beverly

-« Cassandra au mariage » de Cassandra Barker

-« Les douze tribus d’Hattie » de Ayana Mathis

-« La splendeur des Amberson » de Booth Tarkington

-« Vie et mort de Sophie Stark » de Anna North

-« Le chemin des âmes » de Joseph Boyden

N’hésitez pas à me dire si vous souhaitez faire une lecture commune d’un de ses titres.

Comme chaque année, je mettrai en ligne un billet récapitulatif, vous pourrez mettre les liens vers vos billets en commentaire de celui-ci. Vous pouvez également nous rejoindre sur le groupe facebook dédié à ce mois thématique.

J’espère que vous serez nombreux à participer à ce mois américain. Je vous souhaite d’excellentes lectures et rendez-vous en septembre !

Snjor de Ragnar Jonasson

Ari Thor vient de terminer l’école de police. Il envoie des lettres de motivation dans plusieurs villes et reçoit une réponse positive de la ville la plus au nord de l’Islande : Siglufjördur. Il accepte sans en parler au préalable avec sa petite amie. Celle-ci refuse donc de l’accompagner. Ari Thor se retrouve seul dans cette petite ville où tout le monde connaît tout le monde et où il est intensément scruté. La ville est calme, très calme selon les dires de son nouveau chef Tomas. Pourtant, peu de temps après son arrivée, Ari Thor est confronté à deux évènements des plus inhabituels : un vieil écrivain fait une chute mortelle dans les escaliers d’un théâtre, une femme est retrouvée allongée dans la neige de son jardin à moitié morte. Les deux affaires sont-elles liées ? Comment Ari Thor va-t-il réussir à résoudre les deux enquêtes alors que toute la ville se méfie de lui ?

« Snjor », qui signifie neige , est le premier volet des enquêtes d’Ari Thor. L’enquête nous entraîne sur différentes pistes, mêle le passé et le présent pour nous amener vers une fin inattendue et crédible. Le récit et l’écriture sont extrêmement classiques. Ari Thor est un policier mal dans sa peau, mais moins que la plupart de ces collègues de polars nordiques ! Il traîne néanmoins un passé douloureux qui l’empêche de communiquer véritablement avec les autres. Outre le personnage central, l’ensemble des protagonistes a droit à un portrait détaillé. Cela permet certes de brouiller les pistes mais l’on en apprend parfois plus que ce qui est nécessaire et j’ai fini par me mélanger les pinceaux dans ce fourmillement de détails.

Après avoir lu le deuxième volet de cette série, je constate malheureusement une répétition dans la construction du récit. Intercalé avec le récit de l’enquête, un narrateur non identifié nous raconte des faits violents. Le lecteur ne découvre que vers la fin du roman à quoi se rapportent ces passages. Il faut espérer que l’auteur ne va pas systématiquement utiliser cette forme narrative pour ses romans suivants.

Avec sa facture très classique, « Snjor » ne va certes pas révolutionner les polars nordiques. Mais malgré mes bémols, je dois reconnaître que j’ai lu très rapidement ce roman et que j’avais bien envie d’en découvrir le dénouement.

STICKER PMP 2017

 

 

 

Bilan livresque et films de juillet

Juillet

Un mois de juillet extrêmement bien rempli et qui fleure bon les vacances ! Parmi les onze livres que j’ai lu en ce mois estival, il y a du bon, du très bon et un chef-d’oeuvre ! « Le château » d’Edward Carey m’a absolument éblouie et j’ai vraiment hâte de découvrir le deuxième tome. Je vous reparle de toutes ces belles lectures très rapidement.

Du très bon également du côté du cinéma avec trois coups de cœur :

366308

Agnès Varda s’est trouvée un camarade de jeu pour son dernier film : le plasticien J.R. Comme dans « Les glaneurs et la glaneuse » ou « Les plages d’Agnès », le film prend la forme d’un journal intime, d’une flânerie. Les deux compères vont parcourir la France pour réaliser des installations. Certaines sont particulièrement émouvantes comme celle qui consiste à mettre, sur la façade de sa maison, la photo de la dernière habitante d’un lotissement autrefois dédié aux corons. Ils mettent des photos des habitants sur les murs de leur ville, mettent en valeur les femmes des dockers du Havre, etc… Comme toujours avec Agnès Varda, c’est plein d’humanité et de bienveillance envers l’autre. C’est aussi un film sur le temps qui passe, la vieillesse, les êtres que l’on a perdu (formidable séquence de la photo de Guy Bourdin sur un bunker normand), ceux qui se sont éloignés (Jean-Luc Godart qui fait pleurer Agnès Varda en raison de son absence). C’est touchant, drôle, malicieux, délicieusement fait de bric et de broc, bref du Agnès Varda tout craché !

Le_Caire_confidentiel

L’inspecteur Nourredine est un policier égyptien comme les autres. Il touche backchich sur bakchich. Le système est totalement corrompu et il en profite comme les autres. Mais deux choses vont faire bouger le système : les manifestations de la place Tahrir et le meurtre d’une chanteuse dans un palace. L’inspecteur Nourredine va révéler sa vraie nature à cette occasion : celle d’un véritable enquêteur, tenace et plus intègre qu’il n’y parait. « Le Caire confidentiel » a la noirceur de son homologue de Los Angeles. Le personnage central est désabusé, cynique mais il mettra sa vie en danger pour révéler l’identité du meurtrier. Et cette fois, pas de corruption ! L’autre personnage du film est la ville du Caire, mégalopole qui ressemble à un labyrinthe de ruelles sombres et oppressantes. « Le Caire confidentiel » est un polar politique, tendu, violent et donc parfaitement réussi.

561786.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Armand et Leïla sont étudiants à la Sciences-Po, ils sont amoureux et prévoient de poursuivre leurs études à New York. C’était sans compter sur le frère aîné de Leïla, Mahmoud, qui revient radicalisé d’un séjour au Yémen. Il renie son passé, enferme sa sœur et veut la marier à un vrai musulman. Il lui confisque son passeport et ne veut plus entendre parler d’Armand. Ce dernier trouve un moyen de continuer à voir Leïla : il porte un niqab et se fait passer pour une femme pieuse ! Voilà une comédie très réussie qui ose aborder des thèmes d’actualité sous l’angle humoristique. On est proche de « Certains l’aiment chaud » de Wilder. La réalisatrice Sou Abadin nous donne à voir des scènes burlesques, des filatures, des courses poursuites, des quiproquos. C’est enlevé, sans aucun temps mort. Le casting est absolument parfait avec en tête le sémillant et charmant Félix Moati.

Et sinon :

  • Le dernier vice-roi des Indes de Gurinder Chadha : Lord Mountbatten est envoyé en Inde en mars 1947 pour être son dernier vice-roi et préparer le pays à l’indépendance. L’attendent de nombreux conflits religieux et la volonté des musulmans à créer leur propre pays : le Pakistan. L’Inde serait alors diviser mais comment procéder à la répartition des territoires ? Gurinder Chadha réalise une très belle fresque historique. La reconstitution est somptueuse. Cet épisode nous est peu connu. Lord Mountbatten vient pour la paix et il prend une décision (forcée, la main de Churchill est dans l’ombre) qui change le cours de l’histoire et créé des tensions parmi le peuple indien. La casting est irréprochable avec en tête Hugh Bonneville et la merveilleuse Gillian Anderson. Le seul reproche que j’ai à formuler concerne l’histoire d’amour entre un valet et une gouvernante qui est inutile et n’apporte rien à l’histoire.
  • KO de Fabrice Gobert : Antoine Lecomte dirige une chaîne de télévision. Il a beaucoup de pouvoir et en abuse. Il renvoie sèchement un animateur qui le menace. Il finit par lui tirer dessus. Lorsque Antoine se réveille à l’hôpital, il découvre qu’il n’est que le présentateur de la météo. L’idée de départ de ce film était très prometteuse. L’atmosphère est sombre, inquiétante et on navigue entre rêve et réalité. Le problème, c’est que le procédé se répète et que le spectateur a l’impression de tourner en rond. Le film ne semble jamais vouloir se terminer. Laurent Lafitte et Chiara Mastroianni n’ont rien à se reprocher, ils jouent parfaitement leurs rôles et apportent du mystère et de l’ambiguïté. C’est dommage, ce thriller à l’ambiance étrange et onirique avait beaucoup d’atouts dans sa manche.

Virginia Woolf et Vanessa Bell, une très intime conspiration de Jane Dunn

La biographie de Jane Dunn étudie la complexe et étroite relation entretenue tout au long de leur vie par les sœurs Stephen : Virginia et Vanessa. L’auteur étudie dans un premier temps l’enfance, terreau de leurs émotions et de leur créativité, pour ensuite étudier de grandes thématiques comme maris et sœurs ou l’art contre la vie.

Les deux sœurs ont connu une enfance parfaitement victorienne où les filles restent à la maison pendant que les garçons partent étudier en pension puis à l’université. La mort frappe très tôt les enfants Stephen. Leur mère, Julia, décède le 5 mai 1895, Vanessa a 16 ans et Virginia 13. Stella Duckworth, leur demie-sœur, prend le relais de leur mère mais décède à son tour en 1897. Face aux épreuves et la rigueur de leur éducation, les deux sœurs deviennent inséparables. Leur relation se noue autour de cet amour fusionnel mais également autour d’une concurrence, d’une jalousie. « Les souvenirs que conservait Vanessa de leurs premières années exprimaient de manière à la fois explicite et allusive une concurrence profondément enracinée entre elle et Virginia et le sentiment de comparaisons habituellement défavorables avec sa cadette. Les deux petites filles avaient dès le départ décidé de leur destin. Virginia serait écrivain, Vanessa peintre : « C’était un arrangement heureux, car il signifiait que nous allions chacune notre chemin et qu’une source de jalousie au moins disparaissait. » Cette distribution tacite des rôles devait se perpétuer à l’âge adulte et impliquer la plupart des aspects de leur vie, car aussi longtemps que chaque sœur limitait ses talents et ses intérêts à l’arène qu’elle s’était choisie, les vieilles jalousies s’atténuaient, laissant libre cours à leur affection et à leur admiration mutuelles. »

A la mort de leur père, Leslie, les enfants Stephen décident de prendre leur indépendance et s’installe dans le quartier de Bloomsbury où les amis de Cambridge de Thoby (Leonard Woolf, Lytton Strachey, Clive Bell, Roger Fry, Maynard Keynes,…) se joignent à la famille pour des discussions intellectuelles et artistiques. Les deux sœurs peuvent enfin exprimer leur talent respectif. Elles sont brillantes et passionnées. C’est grâce à l’impulsion de Vanessa que la famille s’installe à Bloomsbury, c’est elle qui coupe le cordon avec les autres membres de la famille Stephen. « Ce changement radical et libérateur initié par Vanessa et mené à terme avec fermeté, sens pratique et lucidité caractéristiques, fut un exemple parfait de l’efficacité et de la justesse de son instinct. Elle était parfaitement consciente des « fortes pressions » exercées par la famille et les vieux amis pour la dissuader de quitter la sécurité et la « respectabilité » de Kensington ou de Mayfair au profit des environs distants et décidément moins convenables de Bloomsbury. Ce genre de pression et d’interférence contribua précisément à pousser Vanessa au-delà des limites de commodité pour les visiteurs et fit entrer l’euphonique « Bloomsbury » dans le langage universel. »  C’est également Vanessa qui, en se mariant, rompit le pacte de coalition contre le monde qu’elle avait établi avec Virginia. On retrouve à l’âge adulte la même idée de séparation des compétences, des territoires pour limiter les jalousies : à Vanessa le mariage, la maternité et la sensualité (la vie sentimentale de Vanessa ne se limita pas à son mari, Roger Fry fut son mant et le fascinant Duncan Grant également), à Virginia l’esprit, l’intelligence et la réussite artistique. Cette dernière se mariera plus tard avec Leonard Woolf et ils n’auront pas d’enfants, ils se consacreront à la littérature et à leur maison d’édition, la Hogarth Press.

Vanessa Bell, bien que moins connu que sa cadette, réalisa plusieurs expositions de ses peintures, devint décoratrice et illustratrice (notamment des couvertures de livres de sa de Virginia pour la Hogarth Press). Mais elle jalousera toujours le talent, la virtuosité, le succès de sa cadette tandis que celle-ci lui enviera sa vie de famille. Mais dans la douleur ou la maladie, chacune reste le soutien indéfectible de l’autre, un appui et une force qu’elle ne trouveront chez personne d’autre.

Le livre de Jane Dunn est foisonnant, dense et extrêmement documenté. Les idées énoncées dans la biographie se répètent parfois d’un chapitre à l’autre. Mais l’auteur souligne avec beaucoup de pertinence les influences de chaque sœur sur l’oeuvre de l’autre. Son étude éclaire souvent les romans de Virginia Woolf et donne envie de les lire ou de les relire. Ce travail, à l’écriture fluide, est de grand qualité et dresse finement le portrait des sœurs Stephen et de leur entourage.

logo-bloomsbury

Bilan livresque et films de juin

De belles lectures en juin avec le très beau « Les filles au lion » de Jessie Burton dont le talent de conteuse m’avait déjà séduite dans « Miniaturiste » ; je vous conseille également le nouveau roman de Melanie Benjamin qui parle de la gloire et la chute de Truman Capote au travers de sa relation avec ses amies de la haute société new new-yorkaise ; j’ai (enfin !) lu « Miss Charity » et je n’ai pas été déçue par ce délicieux roman ; « Mörk » de Ragnar Jonasson me prépare au prix du meilleur polar Points puisque son premier roman est dans la sélection ; enfin j’ai terminé le mois avec « Un roman anglais » de Stéphanie Hochet qui rend un joli hommage à Virginia Woolf. A propos de cette dernière, j’ai également lu une biographie très intéressante de Jane Dunn qui retrace le parcours de l’écrivain en parallèle de celui de sa sœur Vanessa Bell. Je ne désespère pas de vous en parler avant mon départ en vacances.

Seulement quatre films au compteur pour ce mois de juin :

Mon coup de coeur :

La bande-dessinée de Benjamin Renner avait été un coup de cœur et j’ai eu le même plaisir à voir le film. En plus de notre renard-maman-poule, nous faisons la connaissance d’autres personnages qui font l’objet de deux histoires : un cochon raisonnable et pragmatique qui tente de rattraper les bêtises des ces fantasques amis lapin et canard. Nos trois compères vont tour à tour jouer le rôle de la cigogne livreuse de bébé et du père Noël. On retrouve dans les trois histoires, qui composent le film, ce qui faisait la réussite de la bande-dessinée : un mélange d’humour et de tendresse. Les aventures de ces différents animaux de la ferme sont hilarantes, burlesques mais sont aussi empreintes d’humanité et d’amitié. C’est donc un régal qui s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands.

Et sinon :

  • Les fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin : Carlotta (Marion Cotillard), la femme d’Ismaël (Matthieu Amalric), a disparu il y a vingt ans. Ce dernier met du temps à se remettre de sa supposée mort. Il finit par rencontrer Sylvia (Charlotte Gainsbourg) avec qui il redécouvre la vie. Mais un jour, Carlotta refait surface et elle veut reprendre sa place. Le dernier film d’Arnaud Desplechin est un condensé de ce qu’il a fait précédemment et un hommage à ses maîtres. Les échanges verbaux brutaux, fiévreux font penser à Bergman. Carlotta est un clin d’œil à « Sueurs froides » d’Hitchcock. Le tournage de film dans le film (Ismaël est cinéaste) évoque « La nuit américaine » de Truffaut. On retrouve également des rappels des autres œuvres du cinéaste : le nom de Dedalus était celui de Mathieu Amalric dans « Comment je me suis disputé… » ; le fantôme du conjoint renvoie à « Rois et reine », la ville de Roubaix, où est né le cinéaste, était le cadre de « Trois souvenirs de ma jeunesse », l’histoire d’espionnage (qui m’a semblé totalement superficielle) évoque « La sentinelle ». Le film aurait peut-être gagné à se resserrer sur le trio amoureux mais Desplechin aime les narrations multiples, les personnes excessifs et il semble s’être follement amusé à réaliser ce film que je conseillerais en priorité aux amateurs du cinéaste.

 

  • L’amant double de François Ozon : Chloé (Marine Vacth) a des douleurs aigües au ventre. La médecine n’ayant pas pu la soulager, elle prend un rendez-vous chez un psy (Jérémie Renier). Tous les deux tombent amoureux et se mettent ensemble. Chloé doit trouver un autre psy. Au détour d’un trajet en bus, elle découvre que Paul a un frère jumeau, psy également. François Ozon est clairement sous l’influence de David Cronenberg. On retrouve ici le thème de la gémellité, traité dans « Faux semblants » par le cinéaste canadien, et de la monstruosité.  François Ozon l’a déjà prouvé dans ses films précédents, il sait distiller le malaise, le trouble. Il réalise ici un film splendide esthétiquement mais dont l’élégance froide m’a mise à l’écart, à distance.

 

  • Le vénérable W de Barbet Schroeder : Avec ce documentaire, Barbet Schroeder termine sa trilogie du mal (« Général Idi Amim Dada : autoportrait » et « L’avocat de la terreur »). Le réalisateur part en Birmanie où il rencontre le vénérable Wirathu. Le bonze est un fou fanatique qui s’est mis en tête de faire exterminé la minorité musulmane des Rohingyas. Barbet Schroeder n’apporte aucun commentaire. Il laisse s’écouler le flot de paroles du bonze et ses propos sont tellement monstrueux et ignobles qu’il n’est effectivement pas la peine d’en rajouter. Le cinéaste montre à travers son documentaire la puissance incendiaire des mots. Ce sont ceux qui sortent de la bouche du bonze qui feront commettre les pires actes à des bouddhistes. Cette religion de la paix est ici responsable de violences, d’incendies de maisons, d’exécutions. Le documentaire de Barbet Schroeder est glaçant et souligne bien qu’il ne faut jamais laisser la haine de l’autre se propager.