Olivia de Dorothy Bussy

Olivia

La narratrice, Olivia, arrivée à l’âge adulte, revient sur l’année qu’elle passa en France dans une pension. Elle avait alors seize ans et sa famille l’envoya là-bas pour parfaire son éducation. Olivia  tombe rapidement sous le charme de la directrice de l’école : Mlle Julie. Avec elle, elle découvre la beauté de l’art, Paris, le théâtre, la poésie. Un monde raffiné s’ouvre devant elle, un monde où elle découvrira également ses premiers émois amoureux.

« Olivia » est l’unique œuvre de Dorothy Strachey dite Bussy. Celle-ci était la sœur de Lytton Stratchey et elle était l’amie de Virginia Woolf. Ce récit en partie autobiographique porte la marque du groupe de Bloomsbury.  Il y a une volonté de s’éloigner de l’époque victorienne et d’aborder des thèmes inédits sans avoir peur de choquer le public et la morale corsetée de l’époque. Ici Dorothy Bussy écrit l’un des premiers textes qui abordent l’amour lesbien.

« Olivia » est un roman d’apprentissage qui aborde de manière très juste l’adolescence. Le personnage principal vient d’une famille victorienne, agnostique et lettrée où les sentiments  et leur expression n’ont pas leur place. Olivia arrive donc dans la pension de Mlle Julie innocente du sentiment amoureux. Son admiration pour sa professeure se transforme rapidement en passion. Celle-ci est fortement exaltée comme peuvent l’être les premières amours forgées à l’adolescence. Olivia découvre la sensualité, l’existence de son corps qui demande à être comblé autant que son esprit. La relation avec Mlle Julie se révèle ambigüe entre amitié, admiration, soumission. L’enseignante semble jouer avec les sentiments de la jeune femme, tour à tour elle la cajole puis la repousse. Olivia, toute entière dédiée à Mlle Julie, n’est pourtant pas dupe et elle la voit privilégier parfois d’autres élèves, ce qui plonge notre jeune héroïne dans le plus grand désarroi. « Mon amour est d’un autre ordre. Mon amour est sans espoir ! Sans espoir ! Mots cruels mais qui portaient en eux, malgré tout, une certaine vertu tonique. J’y trouvais une sorte de joie, de réconfort. Oui, me répétais-je, sans espoir ! Mais c’est là ce qui ennoblit ma passion, ce qui la rend digne de respect ! Aucun autre amour, aucun amour entre homme et femme ne peut atteindre un tel degré de désintéressement ! Moi seule, j’ai ce privilège : un amour sans espoir ! » De plus, l’amour, la passion, les rivalités, la jalousie sont exacerbés par l’intimité créée dans le huis-clos d’une pension.

Écrit dans une langue lyrique, infiniment poétique, « Olivia » est le récit d’une passion adolescente, d’une passion brûlante qui réussit à rendre parfaitement les affres, les émois d’un premier amour. Un livre sensible, brillant que j’ai découvert grâce à ma copine Emjy.

Fichier 02-07-2016 20 14 56

 logo-bloomsbury

The Life in square challenge

logo-bloomsbury

La diffusion de la série de la BBC, Life in square, m’a donné envie de me pencher plus avant sur le groupe de Bloomsbury. A la mort de Sir Leslie Stephen, ses deux filles, Virginia et Vanessa, et ses deux fils, Thoby et Adrian, s’installent au 45 Gordon Square dans le quartier de Bloomsbury. Les membres de l’ancienne société secrète cambridgienne de Thoby s’y retrouvent : Lytton Strachey, Leonard Woolf, Clive Bell  et Saxon Sydney Turner. S’y rajouteront les peintres Roger Fry et Duncan Grant ainsi que l’économiste John Maynard Keynes. Après la première guerre mondiale, Vanessa puis Virginia achètent des maisons de campagne dans le Sussex où le groupe continue de se réunir et où viendront également E.M. Forster ou Vita Sackville-West. Ce groupe d’artistes et de penseurs était en quête d’un renouveau et d’une liberté artistique, sociétale et sexuelle.

Le challenge englobera l’ensemble des œuvres de Virginia Woolf, de E.M. Forster, de Vita Sackville-West, de Lytton Strachey et je rajoute également sa nièce Julia dont j’adore le roman « Drôle de temps pour un mariage ».

vw-vbVirginia Woolf et Vanessa Bell

De plus, nous pourrons lire les ouvrages consacrés au groupe de Bloomsbury ou à certains de ses membres. Je vous donne quelques pistes de lectures :

  • The Bloomsbury group de Frances Spalding
  • Le groupe de Bloomsbury, conversation anglaise, ouvrage collectif
  • Virginia Woolf et Vanessa Bell, une très intime conspiration de Jane Dunn
  • Instants de vie de Virginia Woolf
  • Ma vie avec Virginia de Leonard Woolf
  • Aspects of love de David Garnett
  • Trompeuse gentillesse de Angelica Garnett
  • La vie de Roger Fry de Virginia Woolf
  • Vanessa Bell de Frances Spalding
  • Duncan Grant de Frances Spalding

Quelques dvds pourront également compléter ces livres :

  • Life in square, BBC2
  • Portrait of a marriage de Stephen Whittaker
  • Carrington de Christopher Hampton
  • The hours de Stephen Daldry

J’espère que vous serez nombreux à me suivre sur ce nouveau challenge. Vous pouvez vous inscrire en commentaire de ce billet.

room    Helen Anrep at Charleston, Duncan Grant

Le fantôme et Mrs Muir de R.A. Dick

image

« Un matin de mars, à son réveil, tandis qu’à travers la vitre un rayon de soleil lui caressait le visage, la petite Mrs Muir décida qu’il fallait en finir et que c’était à elle – et à elle seule – qu’il appartenait de prendre les résolutions nécessaires. Comme pour l’encourager dans sa volonté d’indépendance, en bas, dans le jardin, un merle chanta et son chant célébrait le printemps et les recommencements. » Jeune veuve, Mrs Muir est décidée à quitter Whitchester et sa belle-famille pour enfin vivre sa propre vie. Son choix se porte sur une petite station balnéaire : Whitecliff. Elle cherche une villa à prix modéré et elle en visite une, Les Mouettes, qui lui plaît immédiatement. La maison n’a pas été habitée depuis des années et pour cause, elle est hantée par son ancien propriétaire, le capitaine Gregg. Mais Mrs Muir est bien décidée à s’installer aux Mouettes avec son fils et sa fille. Dès son arrivée, elle noue une relation amicale avec le fantôme du vieux loup de mer.

Si, comme moi, vous avez vu le merveilleux film de Joseph L. Mankiewicz, vous aurez le plaisir de retrouver tout son charme dans le roman de R.A. Dick. Le cinéaste a réalisé une adaptation très fidèle et tout le long de ma lecture j’ai visualisé des images du film, Mrs Muir avait les traits de Gene Tierney et Gregg ceux de Rex Harrison. « Le fantôme et Mrs Muir » est une délicieuse et forcément impossible histoire d’amour entre les deux personnages. Cette amitié/amour platonique se développe tout au long de la vie de Mrs Muir. Elle est faite de conseils, de brouilles, d’entraide. Finalement, on oublie assez vite le côté surnaturel de l’intrigue tant Mrs Muir et le capitaine Gregg semblent faits pour s’entendre.

Le roman de R.A. Dick, publié en 1945, est très féministe. C’est contre l’avis de tous que Mrs Muir décide de s’installer seule aux Mouettes. Elle affirme sa volonté d’indépendance, de liberté face à sa belle famille, face aux mœurs de l’époque. Elle est volontaire, courageuse et sait imposer ses choix. C’est le cas également face au capitaine qui jusque-là avait fait fuir tous ses autres locataires. Il doit s’incliner face à la détermination de Mrs Muir à vivre chez lui et à y élever ses deux enfants. Un choix pour le moins audacieux pour son époque !

« Le fantôme de Mrs Muir » est un roman absolument délicieux, plein de tendresse et de délicatesse.

b8ce2caed6798145200b564e21299f73

Fichier 02-07-2016 20 14 56

Vango, I de Timothée de Fombelle

product_9782070793549_195x320

A Paris, en avril 1934, quarante hommes sont allongés sur le sol devant le parvis de Notre-Dame. Ces hommes sont là pour être ordonnés prêtres. Avant que le cardinal ait pu prononcer un mot, la police, emmenée par le commissaire Boulard, fend la foule venue assister à la cérémonie. Le commissaire recherche l’un des hommes allongés au sol : le jeune Vango Romano. Ce dernier réussit à fuir en escaladant de manière extraordinaire la façade de la cathédrale. Mais un mystérieux tireur tente de le tuer durant son ascension. C’est grâce à une hirondelle que Vango a la vie sauve et qu’il peut s’évader. Sans cesse poursuivi, Vango ne sait même pas pourquoi la police veut l’arrêter. Il découvre rapidement qu’il est accusé du meurtre du frère Jean, son seul ami au séminaire. Une course-poursuite s’engage avec la police mais elle n’est pas la seule à rechercher Vango. Celui-ci doit faire éclater son innocence et trouver la vérité sur ses origines, lui l’orphelin sauvé d’un naufrage au large des îles éoliennes.

Les éditions Folio ont eu l’excellente idée de sortir ce roman jeunesse dans leur collection adultes. Il aurait été dommage que ceux qui ne connaissent pas la littérature jeunesse (c’est mon cas mais je me soigne) passent à côté de ce petit bijou. « Vango » est un extraordinaire roman d’aventures qui est la quête d’identité de Vango Romano sur fond de bouleversements historiques. Timothée de Fombelle nous entraîne à Paris, à Berlin, à Everland en Ecosse, à Salina en Italie, en Russie de 1918 à 1936 pour ce premier tome. Nous montons à bord du célèbre Graf Zeppelin, nous croisons Joseph Staline, nous nous réfugions dans un monastère invisible où les moines fuient Hitler ou Al Capone. C’est un tourbillon, c’est palpitant, virevoltant et l’intrigue est addictive. Les rebondissements et les découvertes tiennent le lecteur en perpétuelle haleine.

« Vango » c’est également une incroyable et attachante galerie de portraits. Vango est un jeune homme charismatique, talentueux dans de nombreux domaines mais il est, comme le lecteur, ignorant de ses origines. Ce jeune homme mystérieux s’attire la sympathie et la bienveillance de Hugo Eckener, le propriétaire du Zeppelin qui tente de résister à la montée du fascisme, le père Zefiro, fondateur du monastère invisible où se cachent un marchand d’armes russe, la Taupe, jeune fille riche qui tue son ennui en escaladant les immeubles de Paris. Et puis, il y a Ethel, l’orpheline écossaise qui retrouva le goût de vivre grâce à un voyage en Zeppelin aux côtés de Vango et qui cherche à le retrouver et à le protéger.

Timothée de Fombelle brasse toutes ces thématiques, y imbrique ses personnages avec beaucoup de talent et une grande intelligence dans la construction de son intrigue. Un conseil : procurez-vous le tome 2 avant d’atteindre la dernière page du tome 1, cela vous évitera de trépigner d’impatience comme je l’ai fait en attendant la suite des aventures de Vango.

Merci aux éditions Folio pour cette découverte.

Deux séries de fin d’année sur la BBC

  • To walk invisible

to_walk_invisible

« To walk invisible » est un biopic consacré aux sœurs Brontë. Sally Wainwright, créatrice de la formidable série « Happy valley », a choisi de se consacrer sur les années 1845-1848, les trois années où les sœurs vont écrire et publier leurs romans.

Au début du period-drama, les trois sœurs et leur frère Branwell sont présentés enfants, plongés dans l’univers fictionnel qu’ils se sont créé. L’imagination a toujours été au cœur de la famille Brontë. Mais à partir de 1845, la création devient une urgence vitale pour Anne, Emily et Charlotte. Branwell a eu une liaison avec la femme de son employeur. Il était tuteur de leurs enfants, Anne était leur gouvernante. Tous deux sont renvoyés et Branwell sombre peu à peu dans l’alcoolisme. Le révérend Patrick Brontë vieillit, les trois sœurs se posent alors la question de leur avenir. Comment vont-elles subvenir à leurs besoins si leur père meurt et que Branwell continue à s’auto-détruire ? C’est Charlotte, et son incroyable ténacité, qui va décider ses sœurs à publier leurs écrits.

to-walk-invisible-750762

Sally Wainwright rend un formidable hommage à ces trois extraordinaires femmes qui luttèrent pour gagner leur indépendance, pour que leur talent soit reconnu tout en tant protégeant Branwell et leur père. « To walk invisible » souligne également la modernité des trois sœurs qui voulaient raconter la vie telle qu’elle est, montrer le quotidien des gens, ce qui allait à contre-courant de la littérature de l’époque.

« To walk invisible » présente de nombreuses scènes sublimes que je ne pourrai pas toutes citer : Emily marchant dans la rue avec Anne en lui racontant le fait divers qui sera l’étincelle déclenchant l’écriture de « Wutherings heights », Emily (oui, c’est celle que je préfère !) récitant son poème « No coward soul is mine » à Anne sur la lande, le moment où les trois sœurs signent avec leurs pseudonymes, Charlotte dévoilant son identité à son éditeur, Branwell apprenant que la femme qu’il adore ne veut plus le revoir et qui voit sa vie s’effondrer. Il faut rendre un hommage appuyé au formidable casting réuni par Sally Wainwright : Finn Atkins interprète Charlotte avec un mélange de pugnacité et de timidité, Chloe Pirrie montre le caractère entier, sans compromission d’Emily, Charlie Murphy est la douce et tendre Anne, Adam Nagaitis rend parfaitement la rage, le désespoir abyssal de Branwell et Jonathan Pryce incarne un révérend Brontë digne mais las.

624

Je n’ai que des louanges pour « To walk invisible » qui, me semble-t-il, donne une image très juste de l’univers et des conditions de vie de Anne, Emily et Charlotte Brontë. C’est un period-drama particulièrement réussi, très bien écrit et construit, au casting absolument impeccable. Il se termine par un très joli post-scriptum au presbytère de Haworth transformé aujourd’hui en musée qui inscrit l’oeuvre des trois sœurs dans la durée.

  • The witness for the prosecution

twftp-dvd

Après avoir adapté l’an passé « And then there were none« , la BBC a choisi, pour leur Agatha Christie de fin d’année, « The witness for the prosecution ». On pense bien entendu à la version réalisée en 1957 par Billie Wilder, la comparaison entre les deux ne dure pas car la BBC propose une version totalement différente.

En 1923, à Londres est retrouvé le corps sans vie de Mrs French (Kim Cattrall), elle a été assassinée. Sa gouvernante découvre le corps et affirme avoir vu sortir de la maison Leonard Vole (Billy Howle), le jeune amant de Mrs French. Cette dernière avait récemment modifié son testament en faveur de Leonard. Ce dernier est arrêté et crie son innocence. Son alibi : il était chez lui au moment du meurtre et sa femme, Romaine (Andrea Riseborough), peut en témoigner. L’avocat de Leonard, John Mayhew (Toby Jones), pense que l’affaire va être classée rapidement. C’était sans compter sur le changement de témoignage de Romaine.

nintchdbpict000290623961

La version en deux épisodes de la BBC est extrêmement sombre et glauque. L’intrigue se déroule dans une ville de Londres totalement plongée dans le brouillard, exsangue après la guerre. Nous sommes loin des excès des années folles. C’est l’envers du décor que l’on voit à l’écran et les séquelles de la guerre sont très présentes : John Mayhew a perdu son fils et il souffre de bronchites chroniques à cause d’une intoxication au gaz, la femme de l’avocat ne se remet pas de la mort de son fils et conserve soigneusement sa chambre dans l’état dans lequel il l’a laissée, Leonard Vole est lui-même revenu du front où il a rencontré Romaine, celle-ci, de nationalité autrichienne, a perdu toute sa famille. Les deux jeunes gens expriment leur mal être à un moment : ils sont une génération sacrifiée, ils pensaient être accueillis en héros à leur retour mais c’est l’oubli et la misère qui les attendaient.

« The witness for the prosecution » joue beaucoup sur la psychologie des personnages. John Mayhew, qui est le pivot de l’histoire, est un homme qui se noie dans la culpabilité. Il tente par tous les moyens de faire oublier à sa femme qu’il est parti au front avec son fils, il veut à nouveau la rendre heureuse. Lorsqu’il rencontre Leonard, il se prend d’affection pour lui comme s’il s’agissait de son fils revenu du front. De même, il y a un affrontement psychologique entre Romaine et John. Celui-ci tombe sous le charme de la jeune femme en l’écoutant chanter et il supportera très mal son changement de témoignage. Romaine se montre alors extrêmement cruelle avec lui en lui disant qu’il est si facile de le blesser. Ce jeu psychologique entre les différents personnages est très bien mené durant les deux épisodes.

the-witness-for-the-prosecution-bbc

Comme pour « And then there were none », la production est très soignée, les costumes sont luxueux, la mise en scène est soignée et le scénario (de Sarah Phelps comme pour l’adaptation de 2015) est très bien construit. Le casting est, comme toujours avec la BBC, absolument impeccable, il faut notamment souligner les performances marquantes de Andrea Riseborough, qui réussit à faire oublier la prestation de Marlène Dietrich dans le film de Wilder, et de Toby Jones qui réussit une véritable transformation physique entre le début et la fin de la série.

« The witness for the prosecution » m’a séduite par son ambiance noire, son travail sur la psychologie des personnages et son casting impeccable. Je vous la recommande donc vivement.

Fais-moi peur de Malika Ferdjoukh

4134hb2ezdl

Les cinq enfants de la famille Mintz s’apprêtent à passer la soirée seuls dans la maison. Le docteur Mintz et sa femme doivent assister à l’inauguration du nouvel opéra de la ville. La baby-sitter habituelle des enfants, Radiah, doit passer dans la soirée pour voir si tout se passe bien. Mme Mintz n’a pas voulu faire appel à sa belle-mère, pas parce qu’elle n’apprécie pas Mamido mais cette dernière est assez exigeante côté rangement, et Mme Mintz n’a pas eu le temps de redonner forme humaine à son intérieur. Gervaise, l’aînée, a 13 ans et Mona est très mature pour ses 10 ans et demi. Les deux sœurs vont devoir gérer les plus jeunes avec leurs envies de pop-corn, de sapin (pas de sapin chez les Mintz puisqu’ils sont juifs mais Odette a peur que le Père Noël les oublie s’ils n’ont pas de sapin), de faire des plaisanteries aux voisines, les demoiselles Perrucci qui supportent mal les bruits venant de chez les Mintz. Ce que les enfants ne savent pas, c’est que les farces peuvent mal tourner surtout lorsque le Mal rôde tout à côté…

Malika Ferdjoukh a écrit avec « Fais-moi peur » un véritable anti-conte de Noël. Son histoire est empreinte de beaucoup de noirceur et c’est pour cette raison que son livre peut être lu aussi bien par des adolescents que par des adultes. L’assassin est un personnage totalement maléfique, il incarne le mal absolu. « Monsieur N n’avait pas été criminel toute sa vie. La preuve : il avait déjà 9 ans quand il tua pour la première fois. Bien entendu, à cette époque, il n’était pas encore monsieur N… Il était Léo, petit garçon qui passait ses étés chez Mémé et Pépé. » La rencontre entre les enfants Mintz et Monsieur N. est l’occasion pour Malika Ferdjoukh d’aborder de nombreuses thématiques graves : le racisme, la religion, le retour des camps de concentration.

Mais « Fais-moi peur » n’est heureusement pas que sombre. L’auteur y fait montre de beaucoup d’humour, d’un sens exquis de la formule. Les enfants Mintz participent à l’ambiance plus légère, ils font preuve d’une grande fantaisie et d’une belle liberté. Cette bande d’enfants laissés seuls à la maison m’a évoqué la famille des « Quatre sœurs » et leur joyeuse manière de vivre. Leur courage, leur solidarité est un vent de fraîcheur et d’optimisme face aux ténèbres incarnées par Monsieur N (clin d’œil de la cinéphile Malika Ferdjoukh au « M le maudit » de Fritz Lang que Gervaise tente de regarder durant la soirée).

« Fais-moi peur » est une histoire de Noël très sombre, très violente mais c’est surtout une ode à la tolérance, à l’ouverture d’esprit et à la différence.

Merci à ma copine Emjy pour cette découverte !