La forêt des renards pendus de Nicolas Dumontheuil

Couv_287200

Raphaël Juntunen revient sur les lieux de son enfance pour récupérer son butin : 36 kg de lingots d’or. Il s’installe dans une forêt, loin de tout, y plante sa tente pour réfléchir à la suite. Malheureusement pour lui, un militaire alcoolique va s’intéresser à son campement. L’intrus va se transformer en aubaine : Raphaël va l’emmener chercher de l’or dans la rivière et essayer de faire passer ainsi ses lingots sous forme de pépites.

1-132-86b07

Cette Bande-dessinée est l’adaptation d’un roman de Arto Paasilinna. N’ayant pas lu le livre, je ne peux pas juger de la fidélité de l’adaptation. Elle a été sélectionnée dans le cadre du Prix Polar SNCF 2018. Ce qui est certain, c’est que la lecture de la BD ne m’aura pas donné envie de découvrir le roman. Il y a des moments amusants mais dans l’ensemble, je me suis plutôt ennuyée. J’ai trouvé la mise en route longue et fastidieuse. L’intrigue m’a semblé manquer totalement de suspens et le côté polar n’est pas du tout évident. Le dessin léger aux formes rondes m’évoque une comédie plutôt qu’un polar. La tonalité, certains personnages (les prostituées, la vieille dame perdue dans la forêt) confirment l’atmosphère humoristique et insouciante.

dumontheuilLaforetdesrenardspendus-3.jpg

Une bande-dessinée qui n’est pas désagréable à lire mais qui, à mon sens, n’a rien à faire dans une sélection pour un prix polar.

prix-sncf-du-polar-2018

 

Publicités

Le château de Cassandra de Dodie Smith

le-chateau-de-cassandra-591146

En 1930, la famille Mortmain vit dans un château en ruine au fin fond de la campagne anglaise. Cassandra écrit son journal et y raconte le quotidien de sa fantasque famille. Le père a publié un seul et unique roman qui fut salué par la critique et les spécialistes. Mais depuis plus rien, le père s’enferme des jours entiers et le reste des habitants du château espère qu’un nouveau roman est en cours d’écriture. La belle-mère, Topaz, est un ancien modèle pour les artistes, un portrait d’elle en pied est accroché à la Tate. Les trois enfants, Rose, Cassandra et Thomas, se débrouillent comme ils peuvent avec le manque d’argent et font preuve de beaucoup d’inventivité pour rendre leur vie moins morose. Ils sont aidés par le jeune et séduisant Stephen qui leur sert d’homme à tout faire. Le quotidien de la famille va être modifié par l’arrivée de nouveaux voisins, deux riches américains emménagent, ils sont les nouveaux propriétaires des lieux et le château leur appartient également. Vont-ils réclamer les nombreux loyers arriérés à la famille Mortmain.

Dodie Smith est l’auteur des « 101 dalmatiens » et « La château de Cassandra » (en vo « I capture the castle ») est un classique de la littérature jeunesse. Ce n’est pas étonnant puisque l’on peut sans peine s’identifier à Cassandra et qu’il s’agit d’un roman d’apprentissage. Outre les difficultés financières et matérielles, l’héroïne connaît ses premiers émois amoureux. Trois hommes peuplent son univers sentimental : Stephen follement amoureux d’elle, Simon et Neil, les deux américains, tourneront autour de la jeune femme. Les personnages sont d’ailleurs tous très attachants grâce à leur originalité et leur extravagance. Même si la vie semble difficile (manque de nourriture, de vêtements en bon état), la vie se déroule dans une bonne humeur, une liberté rafraîchissante. Le château est lui-même un personnage secondaire de l’intrigue. Doddie Smith donne de nombreuses descriptions des lieux qui évoquent bien entendu les romans gothiques. L’auteur parsème également son roman de références littéraires notamment à Jane Austen (les deux filles de la famille trouveront-elles un mari ?) ou aux sœurs Brontë.

« Le château de Cassandra » a beau être un roman jeunesse, il peut se lire avec plaisir à l’âge adulte. La sensibilité du personnage central, les références littéraires et la loufoquerie des personnages en rendent la lecture intéressante à tout âge.

Fichier 02-07-2016 20 14 56

 

 

Christmas pudding de Nancy Mitford

9782264068828

Pour Noël, Amabelle Fortescue a loué une maison à la campagne dans le Gloucestershire. Se joindront à elle, Sally et Walter Monteath, un couple impécunieux, Jérôme Field le meilleur ami d’Amabelle. Sa maison dans les Cotswolds se situera dans les environs de celle de la famille Bobbin dont le fils Bobby amuse beaucoup Amabelle. Celle-ci s’exile de Londres pour éviter le retour de Michael Lewes, éperdument amoureux d’elle et non payé en retour. Son insistance a fini par lasser Amabelle. Paul Fotheringay tient également à être de la partie. Ce jeune auteur a succès souhaite écrire la biographie de l’aïeule de la famille Bobbin. Lady Bobbin lui a refusé l’accès aux archives familiales. Grâce à Amabelle, il va se faire passer pour le nouveau précepteur de Bobby. Tout ce petit monde va donc se retrouver à la campagne pour les fêtes de fin d’année.

« Christmas pudding est le deuxième roman de Nancy Mitford et j’ai eu un grand plaisir à retrouver la plume caustique de cette auteure. Elle dresse un portrait ironique de la haute société anglaise dans les années 30. Autour de Compton Bobbin, la demeure des Bobbin, se jouent les marivaudages des différents personnages. L’intrigue en elle-même n’est pas des plus touffue. Mais ce qui importe ce sont les personnages fantasques nés de l’imagination de Nancy Mitford et leurs réparties bien senties. Paul Fotheringay est certes l’auteur à succès d’une comédie digne de Wodehouse ou d’Evelyn Waugh, le problème c’est qu’il souhaitait écrire un tragique mélodrame ! Walter et Sally sont heureux, leur petite fille vient d’être baptisée et ils devraient pouvoir revendre à un prix intéressant les différents cadeaux qu’elle a reçus à cette occasion. Lady Bobbin, qui ne s’intéresse qu’à la chasse et à ses chiens, compte bien que Noël se passera sans encombres : « La journée de Noël fut organisée par Lady Bobbin avec le soin du détail et la minutie d’un général conduisant son armée à la bataille. Pas un instant des réjouissances ne fut laissé au hasard ni à l’initiative de ses hôtes ; ceux-ci reçurent la veille de Noël leur feuille de route, qui devait être suivie à la lettre sous peine de mort. » Ils sont tous traités avec autant de ridicule et d’ironie. C’est pétillant comme le champagne que Lady Bobbin refuse de servir à ses invités le soir de Noël, drôle et plein  d’esprit.

Après avoir lu « La poursuite de l’amour » et « L’amour dans un climat froid », j’ai retrouvé avec plaisir Nancy Mitford dont les romans légers et piquants sont véritablement réjouissants et savoureux.

Fichier 02-07-2016 20 14 56

Bilan 2017

Cette année, j’ai lu 81 romans et 16 bandes-dessinées, ce qui est mieux que l’année passée. Cela ne fait néanmoins pas baisser ma PAL…il y a parfois des phénomènes physiques inexpliqués…

Mon top 5 de l’année 2017 :

Capture-d_écran-2017-03-09-à-09.19.48  51iWtD0Sn0L._SX210_

A égalité à la tête de mon classement, deux livres très différents par leur style et leur univers mais qui m’ont tous les deux éblouie par leur originalité : l’inclassable et foisonnant « Le séducteur » de Jan Kjaerstad et « Le château » steampunk de Edward Carey. Ces deux romans représentent vraiment l’imagination à l’état pur, la créativité débridée. Les deux livres sont le premier volet d’une trilogie.

41Rc0VidNEL._SX210_

Depuis « L’absolue perfection du crime », je guette avec impatience chaque roman de Tanguy Viel. Le dernier en date est un excellent cru qui évoque l’atmosphère des meilleurs romans de Simenon. Admirablement maitrisé, « Article 353 du code pénal » montre le basculement d’un homme vers le crime suite à de terribles désillusions. Le roman prend la forme d’une confession devant le juge et montre un personnage brisé et terriblement attachant.

9782264066879

J’ai participé cette année au prix du meilleur polar des éditions Points et malheureusement, je n’ai pas lu de roman qui soit du même niveau que « 911 » de Shannon Burke. Ce récit de la vie des ambulanciers à New York est une réussite totale. Son style frénétique, haletant nous emporte à la suite des ambulanciers confrontés à la misère sociale et la violence quotidienne. Un roman noir, réaliste comme j’aimerais en lire plus souvent.

arton7555

Un premier roman et une superbe découverte d’une auteure américaine : « Un travail comme un autre » de Virginia Reeves avait remporté le prix Page des libraires au dernier festival America et c’était largement mérité. L’histoire est originale et raconte l’arrivée de l’électricité dans les campagnes du Sud des États-Unis dans les années 20. Virginia Reeves entrelace parfaitement plusieurs récits, plusieurs époques. La narration est parfaitement maitrisée, le style est déjà là, les personnages sont incarnés et touchants. Vivement son prochain roman !

 ppm_medias__image__2017__9782226392138-x

La vie de Truman Capote est fascinante, l’ange de la littérature américaine des années 50 s’est brûlé les ailes. Melanie Benjamin s’empare de son histoire et nous décrit la vie mondaine dans laquelle il évoluait dans les années 50-70. L’auteure décrit les relations de Truman Capote avec les dames de la haute société new-yorkaise avec beaucoup d’élégance et de subtilité.

Parmi les 16 BD lues cette année, ma préférence va à « La loterie » de Miles Hyman :

91b2N+SVHuL

Cette BD a été sélectionnée cette année pour le prix polar SNCF et ce choix m’a fait grand plaisir. Tirée d’une nouvelle de Shirley Jackson, l’histoire de cette loterie vous glacera les sangs. Le dessin de Miles Hyman rend parfaitement l’atmosphère inquiétante et mystérieuse.

Dans un style totalement différent, j’ai également beaucoup aimé « Juliette » de Camille Jourdy dont j’avais précédemment beaucoup apprécié son album « Rosalie Blum ».

Côté challenges, « A year in England » se poursuit encore cette année, même si j’ai du mal à suivre et à mettre à jour le billet récap… Je prolonge également mon challenge consacré au groupe de Bloomsbury, j’ai encore beaucoup de livres à lire concernant ce passionnant groupe d’artistes. Sur le très riche forum Whoopsy Daisy (si vous ne le connaissez pas, je vous le conseille très fortement), j’ai également lancé un challenge consacré aux soeurs Mitford.

C’est donc reparti pour une nouvelle année de lectures enrichissantes et passionnantes !

Enregistrer

Bilan livresque et films de décembre

512235

Avant 12 jours, les patients internés sans leur consentement dans un hôpital psychiatrique doivent passer devant un juge pour que la procédure se poursuive ou non. Raymond Depardon utilise le même procédé que dans « Flagrants délits » notamment, sa caméra est posée entre le juge et le patient et se fait totalement invisible. Les mouvements de caméra se réduisent à des champs/contre-champs entre les deux parties. Nous assistons, comme si nous étions dans la pièce, à ses entretiens. Ce qui est frappant, c’est l’incommunicabilité entre les deux parties. Les juges tentent, le plus souvent avec bienveillance, d’évaluer les capacités des patients à vivre à l’extérieur. Les patients sont eux bien souvent trop malades, trop désespérés pour comprendre la procédure qu’on leur expose. En découlent des dialogues surréalistes, absurdes qui font rire ou froid dans le dos. Certains montrent toute la violence de notre société et ont été placés après un burn out ou sont atteints de schizophrénie, de paranoïa. Le regard de Raymond Depardon est plein d’humanisme, il est sans jugement envers ses personnes fracassées par la vie. C’est d’ailleurs toujours le cas avec les documentaires de Raymond Depardon ; sa compassion, son regard lucide font du bien.

Reza est éleveur de poissons à la campagne avec sa femme, directrice de lycée, et son fils. Il veut simplement vivre paisiblement de son travail. Mais ce n’est pas ainsi que fonctionne l’Iran aujourd’hui. Comme Reza le dit lui-même, on est soit oppresseur, soit oppressé. Essayant de vivre honnêtement, Reza refuse un pot de vin à un banquier et préfère payer des agios supplémentaires. Ces dettes vont empirées lorsqu’une société va tout faire pour récupérer ses terres. Reza s’entête et refuse de céder aux intimidations malgré les conseils de son épouse. Il ne lâchera rien mais ceux qui sont en face de lui non plus. Le réalisateur Mohammad Rasoulof dresse un portrait noir et pessimiste de la société iranienne.  Il le paie d’ailleurs cher puisque son passeport lui a été retiré, qu’il ne peut plus travailler et qu’il vit sous la menace d’une incarcération. « Un homme intègre » montre une société gangrenée par les pots-de-vin, par la loi du plus fort. Tout s’achète, tout se négocie et tout le monde est complice de ce système. Seuls quelques-uns tentent de résister et changer les choses. Mais la fin du film est glaçante et montre que la définition de Reza est parfaitement exacte. Les acteurs du film sont excellents avec en tête Reza Akhlaghirad, taiseux et tout en colère rentrée.

3761032.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Johnny travaille dur à la ferme familiale perdue au fin fond du Yorshire. Il y vit avec sa grand-mère et avec son père, handicapé suite à un AVC. Son seul échappatoire : des bitures homérique au bar du coin et des étreintes brutales avec le premier garçon qui passe. A la période de l’agnelage, son père embauche un saisonnier roumain Gheorghe. Les deux jeunes hommes se tournent autour, s’apprivoisent petit à petit. Johnny, rustre et rude, met du temps à comprendre qu’un sentiment profond naît entre eux. « Seule la terre » est un film rugueux, rocailleux comme la lande qui entoure la ferme. Les paysages sont d’ailleurs magnifiquement filmés en plan large comme en plan rapproché. De même, les animaux ont une place essentielle dans le film, comme dans la vie des fermiers qui s’en occupent. La relation qui naît entre Johnny et Gheorghe sonne parfaitement juste. Leur histoire d’amour se dessine tout en pudeur, en subtilité. Josh O’Connor est absolument formidable dans ce rôle. Son visage fermé, renfrogné se détend au fur et mesure. Il devient lumineux et incroyablement émouvant dans une confrontation avec Gheorghe à la fin du film.

Et sinon :

  • La villa de Robert Guédiguian : Dans un village surplombant une calanque, l’attaque d’un père oblige une fratrie à se réunir. Armand a pris la suite du restaurant familial, Joseph a été licencié et s’est fait largué par sa jeune fiancée et Angèle est actrice, elle habite sur Paris et n’était pas revenue depuis très longtemps. Chacun ressasse le passé et ses reproches. Chacun doit retrouver ses repères face aux autres. Ce dernier film de Robert Guédiguian est marqué par la perte et par la mélancolie. Le père va bientôt disparaître tout comme l’esprit du village qui se vide. Les belles maisons construites entre amis sont peu à peu achetées par de riches étrangers. L’âme du petit village populaire se perd. La fratrie revit les bons moments et les drames avec nostalgie (très beau moment que cet extrait d’un des premiers films du réalisateur où l’on voit les mêmes acteurs jeunes). On sent une fracture entre les anciens et les jeunes, les opinions diffèrent sur l’importance du travail et de l’argent. Mais le film n’est pas que sombre et désespéré. Il est également lumineux grâce à l’amour qui renait, à la beauté des paysages, à la simplicité de la vie en bord de mer et à l’entraide. Et voir un film de Robert Guédiguian, c’est retrouver une famille, des amis que l’on a plaisir à revoir : Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jean-Pierre Darroussin, Robinson Stevenin, Jacques Boudet.

 

  • Le crime de l’Orient-Express de Kenneth Branagh : L’histoire est des plus connues : un meurtre est commis dans l’un des wagons de l’Orient-Express. Se trouve dans celui-ci le plus grand détective Hercule Poirot qui va donc enquêter sur cet assassinat en huis-clos. La version de Sidney Lumet avait un côté suranné que l’on a plaisir à revoir. Kenneth Branagh a voulu moderniser Agatha Christie. Il le fait par des scènes « d’action » pas forcément pertinentes mais aussi par un jeu extravagant et fantasque. Kenneth Branagh cabotine, prend toute la place par son jeu excessif. Mais ça fonctionne plutôt bien et l’ego surdimensionné de Poirot est bel et bien visible. Il a gardé de Lumet, l’idée du casting cinq étoiles. Nous trouvons dans les différents compartiments : Johnny Deep en voyou, Judi Dench en princesse russe, Olivia Coleman en dame de compagnie, Penelope cruz  en dévote, Michelle Pfeiffer en veuve américaine, Derec Jacobi en valet, Willem Defoe en professeur d’université, etc… Un casting royal, un Poirot exubérant et cabotin rendent ce film parfaitement divertissant.

 

  • L’expérience interdite de Niels Arden Oplev : Pour comprendre ce qui se passe après la mort, cinq étudiants en médecine se lancent dans une expérience dangereuse : l’un après l’autre vont mourir quelque minute. Ce film est un remake d’un film avec Julia Roberts et Kiefer Sutherland sorti en 1990. L’original n’était pas un chef-d’oeuvre mais il était plutôt énergique et le casting tenait bien la route. Le remake est très loin d’être à la hauteur. Nous sommes ici plus proche d’une série B que d’un film. Et le casting est navrant alors même qu’il comporte Ellen Page et James Norton. En bref : passez votre chemin !