Festival America 2014

affiche14-avec-orange

Encore un festival America qui se termine et qui fut absolument passionnant. Il faut saluer à nouveau la qualité de l’organisation, des débats et la grande disponibilité des auteurs présents. Cette année 65 écrivains outre-Atlantique étaient présents et pour la première fois 40 auteurs français étaient venus compléter l’affiche.

Quelques temps forts durant mon week-end :

-La rencontre entre Joyce Maynard et Frédéric Beigbeder autour de JD Salinger, un débat enjoué et passionné qui mettait face à face l’homme assez vil et l’écrivain génial. Beaucoup d’humour, de bons mots durant ce débat qui ouvrait pour moi le festival 2014. Je suis tombée sous le charme de Joyce Maynard, une femme d’un rayonnement incroyable et qui adore parler français !

100_5815

 

-Cette soirée, ouverte sous l’égide de Salinger, s’est poursuivie dans le Far-West avec une soirée consacrée au mythe de l’Ouest américain avec notamment Jim Fergus, Joseph Boyden et Philip Meyer. Pour Jim Fergus et Philip Meyer, l’ouest était tel qu’il le voyait dans les westerns, ils ont découverts adultes cette partie de leur pays. Tous deux ont été fascinés par les paysages et ont senti une culpabilité très forte envers les amérindiens et les réserves dans lesquels ils devaient vivre. Les trois auteurs travaillent à rétablir une certaine vérité historique (ex : "Le chemin des âmes" de J. Boyden; "Mille femmes blanches" de J. Fergus), de rendre justice aux amérindiens mais également aux premiers colons, aux trappeurs.

100_5832

-Le jour suivant, j’ai eu l’occasion d’assister à une belle rencontre  entre Richard Ford et Philippe Djian. Chacun des deux auteurs défendait la tradition littéraire de l’autre ! Djian trouve que les romans américains ont un souffle romanesque, une ambition qu’il ne retrouve pas dans la littérature française. Lui cherche avant tout le travail de la langue à la manière de Céline. Richard Ford rappelle néanmoins que la littérature française a ouvert des portes grâce à Flaubert ou Stendhal pour le roman ou Maupassant pour les nouvelles. Tous deux sont très humbles devant leurs œuvres et ont en commun une haute idée de ce que doit être la littérature et de son utilité.

100_5825

-J’ai également eu la chance d’assister à la discussion entre Laure Adler et Margaret Atwood. L’auteur canadien est vraiment une grande dame de la littérature, aussi à l’aise dans le thriller que dans la science-fiction ; je suis admirative de sa capacité à changer de genre et de thème dans ses romans. Je l’ai sentie curieuse de toutes choses, passionnée par l’écologie et par l’environnement, ses yeux pétillaient de malice !

2014-09-13 13.27.25

-Mes coups de cœur du salon 2014 sont Joseph Boyden et Philip Meyer (avec qui j’ai passé tout mon week-end puisque je l’ai lu plusieurs fois par jour !). Tous les deux ont su animer les débats avec passion, intelligence, culture et beaucoup d’engagement. Ils sont d’ailleurs devenus inséparables alors qu’ils ne se connaissaient pas avant le festival. J’ai également écouté avec beaucoup d’intérêt Ayana Mathis qui sait magnifiquement parler de son livre ("Les douze tribus d’Hattie" a reçu le prix des lecteurs de Vincennes) et surtout de son personnage central : Hattie, une femme bigger than life ! Il ne me reste plus qu’à lire leurs romans respectifs.

                        2014-09-13 20.04.59                 2014-09-14 17.37.40

100_5830

Encore un week-end qui a passé bien vite et qui fut fort enrichissant. Il me faudra attendre deux ans pour retrouver ce formidable rendez-vous littéraire. Et en attendant, j’ai noté plein (trop !) de romans qui m’emmèneront de l’autre côté de l’Atlantique.

                           2014-09-13 18.28.09        2014-09-13 18.25.20

IMG_0839 (2)

Une photo quelques mots (133ème)- Atelier d’écriture de Leiloona

regard

© Marion Pluss

Ma sœur et moi nous n’avons pas de maison. Nous vivons avec plein d’autres familles dans des caravanes. Mais on a beaucoup changé d’endroits. Là où nous habitons, c’est pas très joli. Une fois, on était même dans une forêt au bord de la route. Ça faisait beaucoup de bruit. Nos parents nous disent que les gens ne nous aiment pas, c’est pour ça que nous devons partir. J’ai demandé pourquoi les autres ne nous aiment pas. Mon papa m’a dit qu’ils avaient peur de nous parce que nous sommes différents d’eux et qu’ils ne nous comprennent pas.

L’autre jour, des policiers sont venus chercher nos voisins. Ils pleuraient et criaient. Ils ne voulaient pas partir. Les policiers ont jeté toutes leurs affaires par terre. J’étais très triste parce que j’aimais bien nos voisins. Je ne veux pas que les policiers nous emmènent aussi, ils sont méchants. Ils ne toucheront pas à ma petite sœur.  Je veux qu’on reste ensemble toujours. Je ne veux pas aller dans un pays inconnu, ça me fait peur et je fais des cauchemars.

Je  veux pas partir aussi parce que l’année prochaine je vais aller à l’école. Je suis pressée de voir les autres enfants. Ils ne seront pas comme moi. Ils vivent dans de vraies maisons solides et bien chaudes. J’espère avoir des copines et qu’elles voudront bien jouer avec moi.

une-photo-quelques-mots1-300x199

Texasville de Larry McMurtry

CVT_Texasville_2784

Lorsque nous les avions quittés à la fin de "La dernière séance", Sonny avait perdu un œil suite à une bagarre avec Duane. Tous deux convoitaient la même fille, la plus belle de Thalia au Texas, Jacy. Suite à cet incident, Duane s’était engagé dans l’armée, ne pouvant plus regarder son meilleur ami en face. Vingt-sept ans plus tard, nous retrouvons les deux amis, toujours à Thalia. Sonny en est même le maire. Duane, quant à lui, a fait fortune dans le pétrole. Mais la crise est passée par là et au début du roman, il est à la tête d’une dette de douze millions de dollars. Il est également le père de quatre enfants tous plus beaux les uns que les autres mais également tous complètement barrés : "Dickie, leur fils de 21 ans, avait été élu le plus beau garçon du lycée de Thalia tout au long de ses études secondaires. Nellie, elle, avait remporté une fois le titre dans la catégorie jeunes filles alors qu’elle était en seconde, mais des jaloux s’étaient arrangés par la suite pour qu’on ne vote plus pour elle. Quant à Jack et Julie, ils étaient, pour autant qu’on le sache, les plus beaux jumeaux du Texas. Dickie gagnait sa vie en vendant de la marijuana et Nellie, avec trois mariages en l’espace d’un an et demi, pulvérisait sans doute le record d’Elizabeth Taylor dans ce domaine avant sa 21ème année. Mais personne ne pouvait nier qu’ils étaient beaux tous les quatre." Il faut ajouter qu’à 11 ans les jumeaux sont les pires garnements de tout le comté, un exemple de leurs méfaits : ajouter du LSD dans les céréales des pasteurs dans leur camp de vacances. Mais la folie furieuse de la famille de Duane s’étend à l’ensemble de la ville et cela ne va pas s’arranger avec la célébration du centenaire de Thalia.

Dans ce deuxième volet consacré à Thalia, c’est Duane qui passe au premier plan. Au milieu des loufoqueries des habitants (les maris et les femmes échangent leur partenaire comme nous changeons de chaussettes), Duane semble être la seule personne saine d’esprit et capable de raisonner. Mais il finit par avoir du mal à contrôler la situation, surtout quand la sublime Jacy fait son retour à Thalia. Duane est alors plongé dans une véritable crise d’identité où se mêlent la culpabilité et la peur de mal faire. Tout cela le paralyse et l’empêche de comprendre ce qui se passe autour de lui et il y a de quoi faire durant le centenaire qui s’achève en une omelette géante !

"Texasville" est beaucoup plus drôle que "La dernière séance", tout part en vrille. Mais derrière cette loufoquerie, Larry McMurtry nous montre une Amérique totalement désemparée et ayant perdu tous ses repères. Désopilant mais pas seulement.

IMG_0839 (2)

La ballade de Gueule-Tranchée de Glen Taylor

9782757825297

Early Taggart faillit ne pas survivre à son baptême en 1903. Sa mère le plongeant dans l’eau glacée d’une rivière et prenant les gémissements de son fils pour la langue de Satan, elle le lâcha. Ona Dorsett le récupéra et le ramena à la vie. Elle avait déjà recueilli Clarissa, un bébé né d’un viol et également abandonné par sa mère. Ona était veuve, son mari était mort à la suite de l’effondrement d’une mine. Elle subvenait aux besoins de sa famille grâce à sa distillerie clandestine. Très habile avec une arme à feu, elle enseigna son art à Early ou plutôt Gueule-Tranchée puisque c’était son surnom. Le pauvre garçon attrapa une infection dans la rivière où sa mère le laissa tomber. Ses gencives en furent infectées et se fendirent. La bouche de Early saignait sans cesse et ses dents pourrissaient. Cette particularité isola l’enfant, l’habitua à une vie en marge. Ses talents de cunilinguiste et de tireur d’élite lui attirèrent rapidement de nombreux ennuis.

Ma chère Lou m’a offert "La ballade de Gueule-Tranchée", livre dont je n’avais  pas entendu parler. Je suis assez mitigée sur ce titre qui pourtant se lit aisément. Toute la première partie est réussie. L’enfance de Gueule-Tranchée et la partie consacrée aux rebellions dans les mines ont un vrai souffle romanesque. Glen Taylor rend bien l’atmosphère de ce début de siècle et les aventures de Gueule-Tranchée sont fort bien contées. Le personnage est haut en couleurs, plein de panache et d’audace.

La suite de la vie de Early est moins palpitante et surtout répétitive. Nous assistons à de multiples résurrections où notre hors-la-loi devient homme des bois, musicien de génie, journaliste de renom, ami de JFK. Tout cela est un peu trop pour un seul homme même si celui-ci est exceptionnel. Et l’écriture perd de son rythme et de sa verve, je la trouve même indolente dans la dernière partie.

Je ne peux pas dire que je me sois ennuyée durant cette lecture, loin de là. Il manque un petit quelque chose pour rendre ce roman bon. Il faut préciser qu’il s’agit du premier roman de Glen Taylor et son inventivité laisse espérer de belles choses. A suivre donc.

IMG_0839 (2)

Une photo, quelques mots (132ème)- Atelier d’écriture de Leiloona

© Leiloona

"Une journée parfaite"

Le jour décline déjà. Elle l’avait pourtant tant attendu. Des semaines à l’espérer, des semaines à l’imaginer, des semaines à le désirer. Des semaines qu’il lui avait proposé de passer le dimanche après-midi à la fête foraine. Enfin elle existait dans ses yeux. Et le bonheur, comme une vague de chaleur, qui monte aux joues et étrangle la voix. Oui avec plaisir, avait-elle répondu dans un souffle.

Et le voici dans l’encadrement de sa porte en ce dimanche après-midi. Enfin le rêve va pouvoir s’animer, prendre vie sous le soleil éclatant de cette journée d’été. Une journée parfaite. Voilà ce qu’elle avait pensé en se levant, cette journée va être parfaite.

Et elle est passée comme un tourbillon. Les tours dans la grande roue, dans les montagnes russes, les frayeurs du train fantôme, la douceur des barbes à papa, les détonations des carabines, les rires des enfants. Elle est ivre d’insouciance, de la légèreté de la fête, d’être avec lui.

Une journée parfaite.

Et pourtant, le soleil commence à descendre. Il est bientôt temps de rentrer. De se quitter. Et rien ne clôture cette journée comme elle le souhaitait. Pas de baiser échangé. Pas de promesse de se revoir très bientôt. Rien. Juste ce pincement au cœur qu’elle dissimule derrière un sourire.

Une journée parfaite … ou presque.

une-photo-quelques-mots1-300x199

MaddAddam de Margaret Atwood

Madd

Quand s’ouvre "MaddAddam", la majorité de l’espèce humaine a été exterminée par une épidémie. Un homme, Crake, ne croyait pas en la possibilité de rédemption de son prochain. Pour en finir avec cette humanité décadente, Crake diffusa une pandémie avec des pillules "JouissePlus". Pour pallier à cette disparition, il créa des êtres purs, pacifistes et herbivores : les Crakers. Mais certains humains ont réussi à survivre et finissent par se regrouper dans un campement de fortune. Certains sont issus des MaddAddam, des terroristes biogénéticiens ; d’autres des Jardiniers de Dieu, une sorte de secte consacrée à la Terre. Tous doivent lutter contre les Painballers qui attaquent, brutalisent et violent les femmes. Ils doivent également affronter les porcons, des hybrides entre les humains et les cochons. Les survivants devront réussir à se défendre et à perpétuer l’espèce humaine.

  "MaddAddam" est le dernier roman de la trilogie d’anticipation créée par Margaret Atwood. Les deux autres volumes, "Le dernier homme" et "Le temps du déluge", sont résumés au début de ce dernier tome ce qui aide à s’y retrouver. Néanmoins, je dois bien avouer avoir eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. Le fait qu’il s’agisse de science-fiction  n’est sans doute pas étranger à cette difficulté. Pourtant le monde de "MaddAddam" est parfaitement cohérent et imaginatif. Margaret Atwood pousse à leur paroxysme nos habitudes, nos manies, nos modes. Le pétrole est devenu l’objet d’une Église avec site internet de donation et médias sociaux. Les hommes mangent des brochettes de Pas1GtteDe100VerC ou des cornets de SojaMiam-Miam. Les plus pauvres évoluent à la marge dans des Plèbezones. Tout cela sonne juste et semble possible.

Ce qui m’a beaucoup plu dans le roman de Margaret Atwood est la manière dont l’Histoire est réécrite. Toby, une ancienne des Jardiniers de Dieu, se fait conteuse chaque soir pour les Crakers. Ces derniers sont trop naïfs pour appréhender les réactions des hommes. Toby doit leur expliquer ce qui les entoure mais également leurs origines. Devant leur parfaite innocence, elle élude, réinvente les évènements. Cette transmission orale ne tarde pas à passer par l’écriture : "Qu’est-ce qui va venir ensuite ? Des règles, des dogmes, des lois ? Le Testament de Crake ? Combien de temps avant qu’il y ait des textes anciens auxquels ils se sentiront obligés d’obéir, mais en ayant oublié comment les interpréter ? Est-ce que je les ai détruits ?" Un questionnement qui porte sur nos propres origines et qui montre également que les hommes n’auraient sans doute pas pu se passer d’une réinvention de celles-ci.

Un roman que je n’ai sans doute pas apprécier à sa juste valeur mais dont l’univers est parfaitement construit et n’est pas si éloigné de notre réalité.

Merci aux éditions Robert-Laffont pour cette lecture.

IMG_0839 (2)

image

Billet récapitulatif du mois américain 2014

IMG_0839 (2)

  • Le 1er :

-Adalana : "Le cœur est un chasseur solitaire" de Carson McCullers

-Belette : "Branle-bas au 87" de Ed McBain

-Claudia Lucia : "Les filles de l’ouragan" de Joyce Maynard

-Coccinelle : "L’épreuve-1 Le labyrinthe" de James Dasher

-Denis : "Long week-end" de Joyce Maynard

-Laure : "Les filles de l’ouragan" de Joyce Maynard

-Marjorie : "Long week-end" de Joyce Maynard et "Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur" d’Harper Lee

-Miss Léo : "Le garçon d’à côté" de Katrina Kittle

-Syl : "M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit" de Robin Sloan

-Sylire : "Et devant moi le monde" & "L’homme de la montagne" de Joyce Maynard

-Titine : "Long week-end" de Joyce Maynard

-Val : "L’homme de la montagne" de Joyce Maynard

 

  • Le 2 :

-Adalana : "La vie devant ses yeux" de Laura Kasischke

-Belette : "La malédiction du gitan" de Harry Crews

-Eva : "Le diable,  tout le temps" de Donald Ray Pollock

-Natiora : "Face au mal" de Bill Loehfelm

-Trillian : "Huckleberry Finn" de Mark Twain

-Val : "Le fils" de Philipp Meyer

 

  • Le 3 :

-A propos des livres : "Le monde de Charlie" de Stephen Chbosky

-Adalana : "Z : le roman de Zelda" de Therese Anne Fowler

-Belette : "Elementary" saison 1

-Delphine :"Le fils" de Philip Meyer

-Laure : " Retour à Little Wing" de Nickolas Butler

-Lou : "Harold et Maud" film et roman

-Miss Léo : "Courtney Crumrin" t1 à t3 de Ted Naifeh

-Val : "The twelves tribes of Hattie" d’Ayana Mathis

 

  • Le 4 :

-Adalana : "Souvenir de l’amour/Chrysis" de Jim Fergus

-Belette : "Les rivaux de Painful Gulch" de Morris et Goscinny

-Claudia Lucia : "Dernier jour sur terre" de David Vann

-Eva : "Désolations" de David Vann

-Val : "The writing of fiction" d’Edith Wharton

-Vio : "Tristesse de la terre" de Éric Vuillard

 

  • Le 5 :

-A propos de livres : "Son of a gun" de Justin St Germain

-Adalana : "Les ailes de l’ange" de Jenny Wingfield

-Belette : "Le 20ème de cavalerie" de Morris et Goscinny ; "Deadwood" saison 1

-Bianca : "Les héritières de Rome" de Kate Quinn

-Eva : "Captive" de Margaret Atwood

-Kowalski : "Virgin suicide" de Jeffrey Eugenides

-Mrs Figg : "Flight" de Sherman Alexie

-Natiora : "La grâce des brigands" de Véronique Ovaldé

-Titine : "MaddAddam" de Margaret Atwood

 

  • Le 6 :

-Belette : "Yellow birds" de Kevin Powers

-Elela : "L’arbre à bouteilles" de Joe R. Lansdale

-Enna : "Maine" de J. Courtney Sullivan

-Eva : "Captive" de Margaret Atwood

-Lili : "Le chat qui lisait à l’envers" de Lilian Jackson Braun

-Lou : "Le mystérieux Mr Kidder" de Joyce Carol Oates

-Val : "Une veuve de papier" de John Irving

 

  • Le 7 :

-Belette : "Criminal minds"

-Cryssilda : "Park avenue" de Cristina Alger

-Galéa : "Absences" de Alice LaPlante

-Laure : "Goat mountain" de David Vann

-Miss Léo : "Les derniers jours du paradis" de Robert Charles Wilson

-Vio : "Lune sanglante" de James Ellroy

 

  • Le 8 :

-Adalana : "Confessions d’un gang de fille" de Joyce Carol Oates

-Belette : "Durango" tome 1 de Yves Swolfs

-Laure : "Le chardonneret" de Donna Tartt

-Mrs Figg : "La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates

-Val : "Rien n’est trop beau" de Rona Jaffe

 

  • Le 9 :

-Adalana : "B comme bière" de Tom Robbins

-Belette : "Durango"tome 2 de Yves Swolfs

-Delphine : "La maison d’à côté" de Lisa Gardner

-Laure : "Arrive un vagabond" de Robert Goolrick

-Marjorie : "La maison d’à côté" de Lisa Gardner

-Somaja : "Maine" de Courtney J Sullivan

 

  • Le 10 :

-Adalana : "Rien n’est trop beau" de Rona Jaffe

-Belette : "Durango" tome 3 de Yves Swolfs

-Delphine : "L’homme du verger" de Amanda Coplin

-Eva : "Indignation" de Philip Roth

-Titine : "La ballade de Gueule-Tranchée" de Glen Taylor

-Syl : "Journal intime" de Chuck Palahniuk

 

  • Le 11 :

-Adalana : "Les sortilèges du Cap Cod" de Richard Russo

-Belette : "Un pied au paradis" de Ron Rash

-Laure : "En ce lieu enchanté" de Rene Denfeld

-Lou : "La double mort de Linda" de Patricia MacDonald

-Syl : "HH Holmes , White City-tome II"

-Val : "Just an evil act" de Elizabeth George

 

  • Le 12 :

-Adalana : "Un été avec Louise" de Laura Moriarty

-Bianca :"La coupe d’or" de Belva Plain

-Eva : "The ritual bath" de Faye Kellerman

-Kowalski : "Rien n’est trop beau" de Rona Jaffe

-Natiora : "Sept pépins de grenade" de Jane Bradley

-Val : "Middlesex" de Jeffrey Eugenides

 

  • Le 13 :

-A propos des livres : "De si jolies ruines" de Jess Walter

-Laure : "La légende de Loosewood Island" de Alexi Zentner

 

  • Le 14 :

-Adalana : "Chrysis" de Jim Fergus

-Belette : "Les guerriers du désespoir-tome 2" de Hermann et Greg

-Lili : "Armageddon rag" de George RR Martin

-Lou : "La dame qui aimait les toilettes propres" de JP Donleavy

-Vio : "L’assassin qui est en moi" de Jim Thompson

 

  • Le 15 :

-Adalana : "A moi seul bien des personnages" de John Irving

-Eva : "Maine" de J. Courtney Sullivan

-Galéa : "Mailman" de J. Robert Lennon

-Laure : "L’homme de la montagne" de Joyce Maynard

 

  •  Le 16 :

-A propos des livres : "La couleur des sentiments" de Kathryn Stockett

-Adalana : "Le monde à l’endroit" de Ron Rash

-Belette : "Chevauchée avec le diable" de Daniel Woodrell

-Chroniques littéraires : "Le bleu de tes yeux" de Mary Higgins Clark

-Denis : "Les feuilles mortes" de Thomas H Cook

-Miss Léo : "Gone with the wind" de Margaret Mitchell

-Mrs Figg : "Homesman" de Glendon Swarthout

-Sylire : "Les apparences" de Gillian Flynn

-Val : "Le temps de l’innocence" d’Edith Wharton

 

  • Le 17 :

-A propos de livres : "L’heure indigo" de Kristin Harmel

-Belette : "Justice blanche, misère noire" de Donald Goines

-Lou : "The haunted bookshop" de Christopher Morley

-Louise : "Home" de Toni Morrison

-Rachel : "Les ailes de la nuit" de Robert Silverberg

-Titine : Bilan du Festival America

 

  • Le 18 :

-Aifelle : "Gemma Bovary" de Posy Simmonds

-Adalana : "Ô nation sans peur" de Philip K Dick

-Belette : "Le ciel est rouge sur Laramie" de Hermann et Greg

-Eva : "Les règles du jeu" d’Amor Towles

-Laure : "Enon" de Paul Harding

-Natiora : "Le secret du bayou" de John Biguenet

-Trillian : "Le grand sommeil" de Raymond Chandler

 

  • Le 19 :

-Bianca : "Une femme simple et honnête" de Robert Goolrick

-Mrs Figg : "L’homme de la montagne" de Joyce Maynard