Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman

Rendez-vous-avec-le-mal (1)

Un matin, Mme Sheperd rend visite à Samson O’Brien dans son agence de Recherche des Vallons. La vieille dame, qui habite la résidence pour personnes âgées de Fellside Court, pense que l’on cherche à l’assassiner. Elle a relevé des événements étranges comme la disparition de sa montre ou des boutons de manchettes d’un autre résident. Elle aperçoit également quelqu’un roder la nuit dans les couloirs. Un peu mince pour que Samson O’Brien se mette à enquêter. Parallèlement, un fermier vient l’engager pour qu’il l’aide à retrouver un bélier, un mal reproducteur qu’il a payé fort cher. Voilà qui n’est pas extrêmement palpitant pour l’ancien policier londonien qu’est Samson. Pourtant, il faut bien faire vivre son agence et il part donc observer les collines environnant la ferme pour trouver des traces du bélier. L’intérêt de Samson va être à nouveau attirer vers Fellside Court lorsqu’il apprend le décès d’Alice Sheperd. C’est accompagné de Delilah Metcalfe, sa propriétaire et curieuse patentée, qu’il va enquêter dans la résidence pour personnes âgées.

Le point fort de la série de Julia Chapman est sans conteste sa galerie de personnages. On retrouve avec plaisir Samson et Delilah dont l’association, entre flirt et chamailleries, fonctionne bien même si elle est assez attendue. Dans le premier tome, nous avions déjà rencontré les habitants de Fellside Court puisque l’un d’entre eux est le père de Samson. Ce petit groupe de personnes âgées est très sympathique et attachant. Samson renoue tout doucement avec les habitants de Bruncliffe qu’il avait quitté pendant dix ans, c’est notamment le cas avec son père et l’un des frères de Delilah.

Les deux intrigues policières s’imbriquent parfaitement et permettent à l’auteure de varier les univers et la tonalité du livre. L’enquête sur le bélier apporte de la légèreté et de l’humour. On peut en revanche reprocher à Julia Chapman de ne pas du tout faire progresser l’histoire de Samson par rapport au premier tome. Aucune nouvelle information n’est apportée quant à la menace qui pèse sur lui et sur la raison de son départ précipité de Bruncliffe. Certes Julia Chapman ne peut pas tout nous dévoiler d’un coup puisqu’elle écrit une série mais nous donner quelques pistes supplémentaires aurait rajouter un peu de piquant à l’histoire. Autre problème, Julia Chapman force un peu trop le suspens avec des teasings en fin de paragraphes : « Il gravit les marches. Il ne remarqua rien d’inhabituel. Parce qu’il n’y avait rien à remarquer. Pas encore. Quand quelqu’un s’en apercevrait, ce serait trop tard. » , « Elle ne remarqua pas l’étrange éclat de lumière sur le sol, juste devant la première marche ». L’auteure insiste un peu lourdement, cela confine au tic, sur tout ce que les personnages ne remarquent pas et qui les met en danger. C’est un peu lassant…

Malgré mes bémols, « Rendez-vous avec le mal » reste un honnête cosy mystery qui se lit sans déplaisir grâce à sa galerie de personnages et à sa touche so english !

Merci aux éditions Robert-Laffont pour cette lecture.

Publicités

Dorothea Lange : politiques du visible au Jeu de Paume

91er5SWQfnL

« Migrant mother » est sans aucun doute la photo la plus connue de la photographe américaine Dorothea Lange (1895-1966). Le Jeu de Paume présente plus d’une centaine de tirages  de l’artiste réalisés entre 1933 et 1957. L’exposition nous donne une vue d’ensemble de l’œuvre d’une artiste engagée que « Migrant mother » avait quelque peu occultée.

2018_DorotheaLange-01Migrant mother, 1936

C’est l’Histoire qui a décidé du destin de Dorothea Lange. Elle est au départ portraitiste en studio à San Francisco. En 1932, elle se tourne vers la rue et constate les ravages de la Grande Dépression. Elle se met à photographier des scènes de rue, les manifestations, les sans-abris, la récession qui frappe de plein fouet les américains. Ces premières photos en extérieur vont changer sa vie, grâce à elles, elle rencontre Paul Schuster Taylor, professeur d’économie à Berkeley. Il deviendra son deuxième mari et ils travailleront ensemble durant trente ans.

DorotheaLange_WhiteAngelBreadlineWhite Angel Bread Line, 1933

Dorothea Lange travaille alors pour la Farm Security Administration qui cherche à rendre compte des effets du New Deal mis en place par Roosevelt. La photographe parcourt vingt deux états et ce que nous montre l’exposition du Jeu de Paume. Ce sont des milliers d’images qu’elle récolte et qui montre la terrible misère qui s’abat sur le pays. Comme chez Walker Evans, on découvre des visages d’une intensité et d’une grande dignité face au malheur et la famine.

DorotheaLange_MigratoryCottonPickerMigratory cotton picker, 1940

Le gouvernement aimerait que Dorothea Lange se consacre aux travailleurs blancs mais elle ne se laisse pas influencer. Elle photographie aussi les ouvriers afro-américains qui sont toujours plus exclus que les autres, les femmes qui travaillent à présent dans les usines. Elle rend hommage à tous ces travailleurs, elle s’attarde sur leurs visages. Son engagement politique va rapidement se trouver en porte-à-faux avec le gouvernement américain.

DorotheaLange_NearEutahAlabama negro working in field near Eutaw, 1936

L’exposition dévoile une série de photos peu connue et pour cause, elles ne furent oubliées qu’en 2006. Elles avaient été jusque là classées « archives militaires ». Dorothea Lange s’est intéressée à l’internement des citoyens américains d’origine japonaise après l’attaque de Pearl Harbor. Cet événement honteux de l’Histoire américaine, que j’avais découvert grâce à « Certaines n’avaient jamais vu la mer » de Julie Itsuka, a vu 120000 américains d’origine japonaise transférés dans des camps dans des zones reculées de plusieurs états. Malheureusement ce reportage ne sera pas montré à l’époque.

DorotheaLange_19Japanese children with tags, 1942

Continuant à vouloir dénoncer les inégalités sociales, Dorothea Lange suit dans les années 50 un avocat commis d’office et c’est cette série de photos qui clôt la superbe exposition du Jeu de Paume.

DorotheaLange_TowardLosAngelesToward Los Angeles, 1937

Cette exposition montre l’engagement sans faille de Dorothea Lange envers le splus démunis et son humanisme. Au centre des photos, des hommes, des femmes en pleine crise mais à qui la photographe rend leur dignité et leur courage.

 

 

 

L’herbe de fer de William Kennedy

9782714479310ORI

Francis Phelan revient à Albany à la fin du mois d’octobre 1938. Devenu clochard à force de boire, son retour dans sa ville lui fait se remémorer son passé. Ancien joueur de base-ball, père de trois enfants, Francis avait une vie enviable jusqu’à ce que deux évènements lui fassent perdre pied : la mort de son tout jeune fils à cause d’une maladresse de sa part ; la mort d’un homme lors d’une manifestation tué suite à un jet de pierre de la main de Francis. Incapable de supporter le poids de la culpabilité, il abandonne tout et vagabonde. Fuir, encore et toujours pour éviter de s’appesantir. « Et, ce faisant, il se retrouva dans un état qui lui était aussi agréable que naturel : il avait toujours couru, que ce soit pour atteindre la base dès que la batte avait frappé la balle, ou pour échapper aux accusations des hommes et des femmes, à la famille, à la servitude, à cette indigence morale qui était la sienne à force de s’infliger des punitions rituelles. Courir, finalement, pour lui, c’était la recherche de l’essence même de la fuite, comme quelque chose qui viendrait combler ses exigences spirituelles. » Cette fois, Francis a décidé d’arrêter de courir et de revenir chez lui. Mais le passé ne risque-t-il pas de l’envahir ?

La collection vintage des éditions Belfond nous font découvrir une nouvelle pépite avec « L’herbe de fer ». Le roman de William Kennedy fut lauréat du National Book Award en 1983 et du Prix Pulitzer en 1984. Le retour aux sources de Francis Phelan se fait sur fond de Grande Dépression. Le quotidien des laissés-pour-compte est montré avec beaucoup de réalisme : le vagabondage, les soirées à essayer de trouver un endroit pour dormir, les refuges, ceux qui meurent de froid dehors. La misère profonde, dure est montrée sans fard et nous rappelle les romans de John Steinbeck et les photos de Dorothea Lange. Francis erre de villes en villes, de wagons de marchandises en wagons de marchandises cherchant des petits boulots pour ne pas sombrer complètement.

Ce qui est original avec « L’herbe de fer », c’est que le roman ne se contente pas d’être réaliste. Le livre débute au moment de la Toussaint et Francis travaille dans le cimetière où sont enterrés ses parents et son fils. C’est à partir de ce moment que les fantômes de Francis commencent à apparaître. Tout au long du récit et du vagabondage de Francis dans sa ville, les morts, qui ont émaillé sa vie, viennent se rappeler à son bon souvenir. Sa culpabilité s’incarne littéralement, Francis doit rendre des comptes s’il veut réussir à effacer son passé et enfin passer à autre chose.

Roman réaliste sur les conséquences de la Grande Dépression, roman de la rédemption et de la recherche du pardon, « L’herbe de fer » est tout ça à la fois. Le récit intense des errances de Francis Phelan méritait effectivement un Prix Pulitzer.

 Merci aux éditions Belfond pour cette belle découverte.

Sudestada de Juan Saenz Valiente

album-cover-large-36731

Jorge Villafanez est détective privé. Il mène de petites enquêtes comme retrouver des héritiers, enquêter sur le passé de futurs employés, suivre des femmes au comportement étrange. Le moins que l’on puisse dire c’est que Jorge n’a pas beaucoup de scrupules. Tous les moyens sont bons pour qu’il  arrive à ses fins. Jorge est un cynique, un pessimiste quant à l’espèce humaine. Mais une enquête va changer sa vision du monde. Le mari de la chorégraphe Elvira Puente lui demande de suivre sa femme. Celle-ci s’absente durant de longues heures sans que son mari ne sache où elle va.

2418_P7

« Sudestada » se déroule à Buenos Aires. Jorge vit et enquête dans les quartiers pauvres de la ville. Il a la soixantaine et il a du en voir des vertes et des pas mûres à travers ses enquêtes. C’est un personnage peu sympathique, bourru et revenu de tout. Mais il est aussi hanté par des cauchemars qui le réveillent chaque nuit.

837cd52_10821-zk3jkb.wv1wi

Sa rencontre avec Elvira Puente va réveiller son humanité, va le toucher au tréfonds de son âme; « Sudestada » est l’histoire d’une renaissance, un roman noir qui va peu à peu vers la lumière. C’est avec réalisme et beaucoup d’empathie que Juan Saenz Valiente nous raconte l’histoire de Jorge. Le dessin est lui aussi réaliste, rugueux, les personnages ont des trognes marquantes.

PlancheS_60751

« Sudestada » est une bande-dessinée à l’esprit noir, pessimiste mais qui se révèle être une histoire étonnante et touchante.

 

ob_1d7f0a_montage-sncf-polar-h264inf

Police de Hugo Boris

police-974358-264-432

Un soir d’été, Virginie, Aristide et Erik sont volontaires pour une mission qui sort de leur quotidien de policiers. Ils doivent récupérer un homme au centre de rétention administratif pour une reconduite à la frontière. L’homme est un réfugié tadjik, militant des droits de l’homme qui a réussi à s’échapper des mains des tortionnaires de son pays. Son dossier est controversé, les trois policiers doivent l’amener à Roissy. La mission est simple, bien cadrée. Une ballade de routine mais ce soir-là, les choses ne vont pas se dérouler normalement.

Le roman de Hugo Boris est court, tendu de bout en bout. « Police » est presque un huis-clos se déroulant quasiment exclusivement dans la voiture des trois policiers. Tout semble pouvoir arrivé, le meilleur comme le pire. C’est une nuit pas ordinaire qu’il nous raconte dans « Police ». La mission sort déjà des attributions habituelles de ces trois policiers. Virginie l’avait acceptée sans savoir, elle se rend au centre de rétention à contre-coeur. La situation des policiers est également inconfortable. Virginie vit des moments compliqués . Elle doit avorter le lendemain. Elle a eu une aventure avec Aristide alors qu’elle est mariée et qu’elle a un enfant en bas âge. Elle ne s’attendait pas à ce qu’Aristide fasse partie de la mission du soir. Erik, calme, posé, se retrouve coincé entre les deux anciens amants. Le climat dans l’habitacle du véhicule est délétère.

Hugo Boris  ancre son roman dans la réalité, dans les gestes quotidiens des policiers (le gilet pare-balles, la pantalon d’homme trop grand pour Virginie, le ceinturon très lourd). Il montre également leur fragilité, leurs failles et leurs fatigues. Cette nuit pour Virginie est celle de trop. Elle a pourtant vécu des choses plus dangereuses ou compliquées que l’expulsion du tadjik : un match de foot qui se finit en pugilat, un homme qui enferme son enfant dans le frigo pour le punir, une femme battue qu’il faut aider à quitter son foyer. Mais chaque affaire semble avoir ébranlé le sang-froid de Virginie, son professionnalisme. Ce soir, ce n’est pas un retenu qu’elle voit mais un homme avec une histoire et la mort au bout du voyage en avion. L’auteur sait donner chair à ses personnages, à leurs doutes et il reste sans cesse à leur niveau. Il ne les juge pas, il tente seulement de les comprendre.

« Police » est un roman sec, efficace, tendu  et qui dépeint avec réalisme une nuit dans la vie de trois policiers en proie au doute.

ob_1d7f0a_montage-sncf-polar-h264inf

L’origine du monde de Claude Schopp

CVT_L-Origine-du-Monde_8367

Le toujours sulfureux « L’origine du monde » de Gustave Courbet restait énigmatique quant à l’identité de son modèle. Celle-ci est aujourd’hui dévoilée par Claude Schopp et grâce au hasard. L’auteur est un spécialiste d’Alexandre Dumas fils et il travaillait sur la publication de la correspondance de ce dernier avec George Sand. Et c’est là qu’il fit sa découverte. Alexandre Dumas fils évoque en effet le modèle de l’origine du monde dans l’une de ses lettres où il raille l’œuvre de Courbet. Claude Schopp a ensuite collecté de nombreux documents pour étayer sa découverte. Et c’est le résultat de ce travail qu’il nous détaille dans ce livre.

Le parcours du modèle de « L’origine du monde » est absolument surprenant. Constance Quéniaux (1832-1908) est née dans un milieu très modeste, sa mère était analphabète. Elle devient danseuse, elle est engagée dans le corps de ballet de l’opéra en 1847 et elle y restera jusqu’en 1859. Comme certains tableaux de Degas nous le montrent, les danseuses devaient se trouver des protecteurs afin de pouvoir vivre de leur art. Une fois sa carrière terminée, Constance a continué à vivre grâce à des hommes. Elle était ce que l’on appelle une demi-mondaine ou une courtisane. Grâce à « La dame aux camélias » de Alexandre Dumas fils (encore lui !), le regard sur ces femmes avait évolué positivement et elles n’étaient pas en marge de la société. Au contraire, Constance participait aux évènements culturels et mondains aux bras de ses différents protecteurs. C’est d’ailleurs grâce à l’un d’eux qu’elle est devenue le modèle d’un des plus célèbres tableaux au monde.

Khalil-Bey était un diplomate turco-égyptien qui aimait autant les femmes que le jeu. Il commanda deux tableaux à Gustave Courbet : « Le sommeil » et « L’origine du monde » en 1866. Constance Quéniaux était l’une des maîtresses du diplomate qui appréciait sa compagnie notamment lorsqu’il jouait. Constance avait la réputation de porter chance.

Et on peut dire que celle-ci s’est vérifiée pour sa propre vie. Sa vie de courtisane a permis à Constance d’atteindre l’aisance financière. Après que ses charmes se furent envolés, elle continua à bien vivre, elle possédait un appartement rue Royale et une maison à Cabourg. Mais Constance Quéniaux n’oublia jamais d’où elle venait. Elle était une généreuse donatrice pour des orphelinats et diverses œuvres de charité. « Le parcours de Constance semble démentir la vision pessimiste de Zola : il n’y a pas de malédiction irrémédiable. Celle qui fut le modèle de « L’origine du monde », l’un des tableaux les plus célèbres de l’histoire de la peinture, appelle au fond les femmes, toutes les femmes, à combattre. Certes, elle a dû, un temps, se prêter aux désirs des hommes, mais c’est, à la fin, pour triompher. »

« L’origine du monde-Vie du modèle » est une enquête minutieuse, documentée qui révèle le nom du modèle du tableau de Courbet tout en dévoilant le parcours admirable d’une femme qui a su s’élever socialement et s’affranchir des hommes.

ob_689fa3_constance-que-niaux

Constance Quéniaux par Nadar