Valet de pique de Joyce Carol Oates

livre_galerie_335

Andrew J. Rush est un écrivain de romans policiers à succès. Il a vendu plusieurs millions d’exemplaires de ses livres et il a été qualifié de « Stephen King du gentleman » par les critiques. Il vit dans le New Jersey dans une vaste demeure avec sa femme, ses enfants sont partis faire leurs études. Une vie calme, paisible dédiée à la création de romans policiers où le mal est toujours vaincu par le bien. Mais la nuit, lorsque Andrew ne dort pas, ce sont d’autres livres qui s’écrivent sous le pseudonyme de Valet de pique. Et cette fois, c’est la noirceur, la violence, le sordide qui l’emportent. Andrew arrive à maintenir l’équilibre entre ses deux vies d’écrivain et à garder mystérieuse l’identité du Valet de pique. Tout bascule lorsqu’une habitante de sa ville l’accuse de vol et de plagiat. Cela aurait pu n’être qu’une blague mais la vieille femme intente un procès contre Andrew. Ce dernier va peu à peu perdre pied au profit du Valet de pique.

Joyce Carol Oates est décidément une auteure qui réserve des surprises à ses lecteurs. Elle s’essaie ici au thriller fantastique et exploite la thématique du double. Son « Valet de pique » fait bien évidemment penser aux Jekyll et Hyde de Stevenson. Plus on avance dans le roman et plus le double maléfique prend de la place. Il adresse des invectives, des conseils, des ordres à Andrew. Sa personnalité change, il devient violent et vindicatif. Toutes les personnes autour d’Andrew se transforment en menace, en ennemi. L’atmosphère familiale se plombe, le malaise s’installe et les non-dits refont surface. C’est le cas du talent de la femme d’Andrew, Irina, qui écrivait lorsqu’elle était jeune et était beaucoup plus talentueuse que son mari. Elle a tout sacrifié pour son succès mais la rancune était juste tapie sous la surface. Tout comme la jalousie d’Andrew à son égard.

Joyce Carol Oastes semble particulièrement s’amuser à écrire son roman. Elle y rend un hommage appuyé à Stephen King, le maître du malaise et du fantastique. D’ailleurs, lui aussi aurait plagié la vieille voisine d’Andrew ! Joyce Carol Oates n’oublie pas non plus de saluer les créateurs du genre : Edgar A. Poe, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu, Mary Shelley, Henry James et son « Tour d’écrou ». Mais beaucoup d’autres auteurs, en dehors du cercle de la littérature fantastique, sont évoqués dans ce roman.

L’intrigue du « Valet de pique » n’est certes pas d’une originalité folle mais le roman est parfaitement maîtrisé, Joyce Carol Oates manie avec virtuosité le malaise et la folie. « Valet de pique » est un roman court, incisif, sombre qui se dévore.

Merci aux éditions Philippe Rey pour cette lecture.

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

111449534

Eugène croise Tatiana dans le métro. Voilà dix ans que ces deux là ne s’étaient pas vus. Tatiana avait alors 14 ans et elle se mourait d’amour pour le bel Eugène, dandy mélancolique. « Il a le mal d’un siècle qui n’est pas le sien. Il se sent l’héritier amer d’un spleen ancien. Tout est objet d’ennui pour cet inconsolable. Ou de tristesse extrême, atroce, épouvantable. Il a tout essayé, et tout lui a déplu. Il a fumé, couché, dansé, mangé et bu, lu, courir, voyagé, peint, joué et écrit : rien ne réveille en lui de plaisir endormi. » C’est donc avec brutalité et inconséquence qu’il brisera le cœur de Tatiana. Ce qu’il regrettera longtemps. Mais Tatiana est de nouveau dans sa vie. Elle a 24 ans et fait une thèse sur le peintre Gustave Caillebotte. L’histoire va pouvoir reprendre, Eugène va enfin avoir la deuxième chance à laquelle il a tant rêvé.

Cette histoire vous rappelle quelque chose ? Clémentine Beauvais s’est effectivement lancée un défi périlleux : moderniser « Eugène Onéguine« . Il faut commencer par saluer l’ambition du projet. Écrire un roman en vers pour des adolescents est vraiment audacieux. Et il faut reconnaître que cela fonctionne à merveille. Clémentine Beauvais exploite parfaitement les moyens de communication actuels dans son texte : échanges anxieux de sms, discussion à distance sur skype. Mais tout cela ne change pas le cœur de l’histoire, l’amour contrarié d’Eugène et Tatiana. Clémentine Beauvais reprend également les digressions du narrateur omniscient. Elle s’amuse, se moque de ses personnages. Elle crée des calligrammes à la manière d’Apollinaire. Tout cela est fait avec beaucoup d’intelligence, de légèreté et d’humour.

Le pari de Clémentine Beauvais de moderniser ce grand classique qu’est « Eugène Onéguine » est parfaitement réussi. Elle apporte de la fraîcheur, un ton acidulé au roman de Pouchkine. Je lui tire mon chapeau pour l’audace dont elle a fait preuve en s’attaquant à un tel monument.

 

Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine

712qiuuo6wl

Eugène Onéguine est un jeune dandy de St Pétersbourg. Il promène son spleen de soirée en soirée. Son père ayant ruiné la famille, l’héritage d’un oncle tombe à point nommé. Eugène se retire alors à la campagne dans la maison de son oncle. Le jeune oisif change de vie, devient asocial et rustre. Il fait néanmoins la connaissance d’un jeune poète romantique Vladimir Lenski. Ce dernier est fiancé à Olga Larine. Celle-ci a une sœur prénommée Tatiana. Vladimir présente son ami Eugène à la famille Larine et Tatiana en tombe follement amoureuse. Eugène, plongé dans sa vie ascétique, éconduit Tatiana. Mais notre héros s’ennuie et envie le bonheur lumineux de Vladimir et Olga. Ses sentiments vont provoquer un drame irréparable.

« Eugène Onéguine » est le grand classique de la littérature russe. Composé en vers (je tiens d’ailleurs à souligner ici la splendide traduction de André Markowicz, elle aussi en vers), entre 1823 et 1831, le roman est tout d’abord publié en chapitres avant une publication totale en 1833. En 1837, Pouchkine livre une version définitive avec des strophes fantômes que vous trouverez en fin de livre dans la version des éditions Actes Sud. On peut notamment y lire le chapitre qui devait clore l’histoire d’Eugène intitulé : « Extraits du voyage d’Onéguine ».

Eugène Onéguine est un personnage d’une grande complexité et il m’a évoqué deux autres chefs-d’œuvre de la littérature. Tout d’abord, mon très cher Oblomov lorsqu’il refuse l’amour de Tatiana sous prétexte de ne pouvoir la rendre heureuse. On retrouve cette volonté de repli par rapport au monde et à la vie caractéristique du personnage de Gontcharov. Eugène refuse de s’investir dans une relation amoureuse avec Tatiana comme Oblomov repoussait Olga. L’autre grand personnage littéraire auquel m’a fait penser Eugène Onéguine, c’est le narrateur de la Recherche du temps perdu de Marcel Proust. La relation entre Eugène et Tatiana n’est pas sans rappeler celle du narrateur et d’Albertine. Le narrateur de la Recherche est toujours amoureux d’Albertine à contre-temps. Il la fuit quand elle est auprès de lui et la désire lorsqu’elle est loin. Eugène se comporte de la même façon avec Tatiana, il tombe amoureux d’elle lorsque celle-ci est devenue totalement inaccessible.

« Eugène Onéguine » est un roman qui se lit très aisément, le fait qu’il soit écrit en vers n’est en aucun cas un obstacle. Le ton du roman est très ironique, l’histoire d’amour dramatique d’Eugène et Tatiana est décrite avec beaucoup d’humour. C’est notamment le cas dans les nombreuses interventions et digressions de Pouchkine qui commente, donne son avis sur ses personnages et leurs décisions mais raconte également des moments de sa propre vie. Cela apporte beaucoup de distance au lecteur par rapport à l’intrigue. L’autre point intéressant est la manière dont Pouchkine ancre son roman dans le quotidien que celui-ci soit la vie mondaine pétersbourgeoise ou la vie campagnarde. Le texte regorge d’indications, de détails sur le quotidien, la réalité concrète des personnages.

« Eugène Onéguine » est un chef-d’œuvre de la littérature russe qui tient toutes ses promesses. L’écriture est fluide, l’histoire moderne et passionnante. Un vrai régal qu’il faut déguster avec lenteur.

L’été Diabolik de Smolderen et Clerisse

9782205073454-couv

A l’été 1967, Antoine a quinze ans. Il est en vacances avec son père ; sa mère et sa sœur sont parties en Irlande. Le jeune adolescent est laissé assez libre ce qui lui permet de lier connaissance avec un nouvel ami Erik avec qui il partage la passion du tennis. Par l’intermédiaire de son père, Antoine est invité dans une villa luxueuse et y rencontre Joan, une jeune américaine. Un été lumineux où notre héros connaitra ses premiers plaisirs sensuels et les effets surprenants de la drogue. Malheureusement pour Antoine, cet été sera aussi celui de la disparition de son père. Celle-ci fut précédée d’évènements bizarres et inexplicables. Cet été 1967 hantera Antoine pendant des années, jusqu’à ce qu’il finisse par comprendre ce qui se tramait réellement.

2017-05-20 12.07.41

La bande-dessinée de Smolderen et Clerisse a gagné cette année le 5ème prix BD Fnac et elle a également été sélectionnée pour le prix SNCF du polar 2017. Bien entendu, l’histoire qui nous est racontée est un polar, Antoine cherche à élucider la disparition soudaine de son père. Mais elle n’est pas que ça. « L’été Diabolik » est également un récit initiatique, où les évènements poussent Antoine vers l’âge adulte, et une histoire d’espionnage. La bande-dessinée est parsemée de courses-poursuites, de bagarres, de découvertes surprenantes et d’un personnage maléfique et masqué. Smolderen et Clerisse évoque Diabolik, une sorte de Fantomas italien dont les aventures étaient extrêmement populaires dans les années 60. Leurs références culturelles ne s’arrêtent néanmoins pas là et elle symbolisent parfaitement la fin des 60’s : James Bond, Andy Warhol, Monsieur Hulot, etc…

2017-05-20-12-15-39.jpg

J’ai tout particulièrement apprécié le changement de couleurs en fonction des époques. L’été 67 est une explosion de couleurs psychédéliques. C’est l’adolescence d’Antoine, le moment des découvertes : la liberté sexuelle et le pouvoir des drogues qui illustrent bien l’ambiance de la fin des 60’s. On retrouve Antoine vingt ans après les faits, il a écrit un livre sur son père. C’est l’automne, l’innocence a passé et les couleurs sont plus sombres et seules quelques teintes apparaissent : beige, rouge, bleu, noir.

2017-05-20-12-10-52.jpg

« L’été Diabolik » m’a séduite par son splendide graphisme, son choix de couleurs mais aussi par son histoire, où s’entrelacent différents genres, et qui est particulièrement bien menée.

2017-05-20-12-13-24.jpg

Merci au Prix SNCF du polar pour cette découverte.

Pur d’Antoine Chainas

Pur

Un accident sur l’autoroute: Patrick Martin reprend conscience en contrebas de la route. Sa femme n’a pas survécu à l’accident. Mais Patrick considère qu’il ne s’agit pas d’un accident. C’est ce qu’il explique à la police, au commissaire Durantal. Le couple aurait été poursuivi depuis la station service par deux jeunes arabes. Ces derniers leur auraient tiré dessus. Le commissaire n’est pas convaincu par le témoignage de Patrick. Aucune trace de balles n’a été retrouvée sur le lieu de l’accident. Sachant qu’un sniper sévit sur l’autoroute depuis quelques temps, Patrick Martin n’aurait-il pas imaginé les coups de feu ? Et pourquoi le sniper s’en prendrait-il à ce couple de blancs alors que jusque là il ne tuait que des arabes ?

« Pur » d’Antoine Chainas est un roman d’anticipation mais qui finalement n’est pas si éloigné de notre réalité. La France de « Pur » est celle de la ségrégation sociale. Les plus riches sont enfermés dans des propriétés fermées, protégées et perpétuellement sous surveillance. Pour y habiter, il faut répondre à un questionnaire précis, il faut être sans tâche. La fracture sociale est belle et bien consommée. Les pauvres sont relégués dans les quartiers périphériques, loin  des lieux de résidence des privilégiés.

Cette discrimination sociale et aussi raciale est savamment entretenue par les médias et les politiques. Le fait divers de Patrick Martin va être exploité pour exacerber les violences entre les communautés. Les extrémistes sont encouragés à laisser libre court à leur haine. La police, la mairie sont corrompues et manipulent tout le monde. Les thématiques d’Antoine Chainas sont extrêmement politiques et la société qui nous est présentée ne nous est pas complètement étrangère. La montée des extrêmes, les manipulations des faits divers à des fins électoralistes, les différences sociales accrues donnent au roman une troublante et inquiétante vérité.

Roman choral à l’écriture clinique, « Pur » nous montre une réalité glaçante où l’appartenance à une classe termine le cadre de vie. Un roman noir, bien mené, qui rend compte d’une société, d’un pays sur le fil du rasoir.

Jardins au Grand Palais

affiche-jardin

Les Galeries Nationales du Grand Palais proposent une exposition très originale et pluridisciplinaire sur les jardins. Le fait de présenter les jardins dans un musée peut sembler antinomique, comment présenter des organismes vivants dans un lieu clos et figé ? L’exposition s’attache à évoquer les différentes dimensions de la constitution d’un jardin mais aussi ses représentations au travers du temps de Pompéï à nos jours.

C’est d’ailleurs une peinture pompéienne, datant de 30-35 avant JC, qui nous accueille et montre un lieu paradisiaque et harmonieux, une nature domptée et sophistiquée.

La maison du bracelet d'or

La suite de l’exposition montre les différents composants qui sont à la base du jardin : l’humus nécessaire à la pousse des plantes avec l’incroyable installation « Soil library » de Kôichi Kurita, l’eau avec les deux études de nuages de Constable. Il faut ensuite des plantes qui sont présentées ici sous plusieurs formes : herbiers, xylothèque, photogrammes, peintures, modèles de cire, bijoux, etc …

anna-atkins-photogramme-dalguesPhotogramme-Anna Atkins

Il ne manque plus qu’un jardinier pour ordonner ces différents éléments et il arrive sous la forme d’une monumentale et saisissante peinture de Emile Claus. Dans cette salle se trouve également une importante collection d’outils de jardinage anciens.

600_72dpi_emile_clausLe vieux jardinier – Emile Claus

La deuxième partie de l’exposition se penche alors sur la création des jardins et leurs représentations. Peintures, galerie de plans d’Androuet du Cerceau ou Calamity Brown, extraits de films comme « Shining » ou « Edward aux mains d’argent », photos, installation imitant une grotte, les médiums se multiplient et invitent à la flânerie. La scénographie rappelle celle d’un jardin avec des détours, des allées, des recoins ou des bosquets. On butine véritablement d’une œuvre à l’autre.

9.Fragonard-La-Fête-à-Saint-Cloud-La fête de St Cloud – Fragonard

Vers la fin de l’exposition se trouve la salle qui m’a le plus séduite et on ne se refait pas, c’est une salle presque entièrement consacrée à la peinture des 19ème et 20ème siècles. A part les incontournables et indispensables « Nympheas » de Monet, les commissaires de l’exposition ont mis en valeur des œuvres et des artistes peu souvent exposés : Edouard Debat-Ponsan et son charmant « Jardin du peintre », les splendides « Soucis » de Koloman Moser, les parterres de marguerites de Caillebotte récemment acquis par le musée des impressionnistes de Giverny, les fleurs de Ernest Quost, « Les pivoines » de Emil Nolde, etc… La pièce s’achève sur la série de photos qu’Eugène Atget a réalisé sur le parc de Sceaux. Sans présence humaine, sous le ciel gris de l’hiver, le parc prend des allures de ruines gothiques.

IMG_5282Les soucis – Koloman Moser

La richesse des supports, la scénographie originale et pertinente qui invite à la promenade, font de l’exposition Jardins une réussite.

Enregistrer

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

9782714474322

En 2010 dans le Donegal, Daniel s’apprête à partir en voyage. Il retourne aux États-Unis, après une longue absence, pour l’anniversaire de son père. Il vit retiré au fin fond de l’Irlande dans une maison protégé par douze portails. Daniel doit s’y prendre longtemps à l’avance lorsqu’il doit partir pour donner ses cours de linguistique à Belfast. Cette fois, sa femme et ses deux enfants, Marithe et Calvin, l’accompagnent jusqu’à l’aéroport. Soudainement, Daniel se raidit dans l’habitacle de la voiture. A la radio, il entend une voix venue de son passé. Participant au débat à l’antenne, Nicola, une brillante jeune femme qui fut son premier amour à l’université. Lors de l’émission, il comprend qu’elle est malheureusement décédée. Qu’a-t-il bien pu lui arriver et quand ce drame a-t-il eu lieu ? Un tourbillon d’émotions prend possession de Daniel et l’arrache à sa vie actuelle.

Le dernier roman de Maggie O’Farrell ressemble à un patchwork. Chaque chapitre s’intéresse à un personnage, à une époque différente. Nous voyageons ainsi dans le temps et dans l’espace, de la Bolivie à New York, de 1944 à 2016. Et ce ne sont pas que les personnages principaux qui ont droit à la parole. Les personnages secondaires font également l’objet de chapitres. Mais Maggie O’Farrell a le talent de ne pas nous perdre. Chaque chapitre donne un éclairage différent ou nouveau sur l’histoire principale. Chacun enrichit l’histoire de Daniel, complète le puzzle.  Les chapitres sont presque comme des nouvelles, des entités qui peuvent se détacher du reste.

Foisonnant, parfaitement construit, « Assez de bleu dans le ciel » souligne à nouveau la délicate empathie de Maggie O’Farrell pour ses personnages. Ce sont les erreurs, les blessures du passé qui sont au cœur du roman. Celles qui laissent leurs empreintes définitivement,  qui nous culpabilisent et rendent le présent si difficile à vivre. Le livre est le long et lent cheminement de Daniel et de ses proches qui doivent surmonter les drames et les non-dits, les accepter et les dépasser.

Entremêlant les lieux et les époques, « Assez de bleu dans le ciel » nous offre encore une fois la démonstration du talent et de la capacité d’empathie de Maggie O’Farrell envers ses personnages.

Merci à Babelio pour cette lecture.