Les filles au lion de Jessie Burton

les-filles-au-lion,M434855

En 1967, Odelle, originaire de Trinidad et Tobago, est installée à Londres depuis cinq ans. Elle travaille avec son amie Cynth chez un marchand de chaussures. Mais Odelle est plus ambitieuse et se rêve écrivain. Elle candidate alors pour un poste de secrétaire dans une galerie d’art et est retenue. Elle y travaille pour Marjorie Quick avec qui elle sympathise rapidement. Odelle fait également la connaissance dans une soirée de Lawrie Scott. Ce dernier a besoin des conseils de spécialistes en peinture. Il a en effet hérité de sa mère d’un tableau mystérieux représentant deux jeunes filles et un lion. Odelle le met en relation avec Marjorie Quick. Le tableau éblouit tout ceux qui l’approchent par son audace et son originalité. Son auteur serait un certain Isaac Robles qui aurait vécu en Espagne dans les années 30. Il aurait peint peu de toiles et sa biographie est assez énigmatique. Toutes ces interrogations titillent la curiosité d’Odelle qui va tenter d’en savoir plus sur ce tableau des filles au lion.

J’avais trouvé « Miniaturiste », le premier roman de Jessie Burton, extrêmement prometteur. J’attendais donc impatiemment son deuxième roman. J’y ai retrouvé son talent de conteuse, son art de la construction et le sens de la reconstitution historique qui m’avaient séduite dans le premier roman. Jessie Burton entrelace les histoires d’Odelle en 1967 et d’Olive Schloss, jeune anglaise venue avec sa famille en Espagne en 1936. Son père est viennois, marchant d’art et il a senti le vent du fascisme arriver sur son pays. Entre la guerre d’Espagne en 1936 et le devenir des anciennes colonies de l’Empire Britannique dans les années 60, on sent une très solide documentation, une mécanique de précision sur laquelle peuvent se poser les destins romanesques des deux jeunes femmes.

Odelle et Olive évoluent pour nous en parallèle. Leurs histoires se croisent, se nouent autour du tableau des filles au lion. Toutes deux connaissent les premiers émois de l’amour. Mais surtout, toutes deux sont des artistes, des créatrices. L’une peint, l’autre écrit. Chacune se cache pourtant, n’osant pas montrer son travail au monde. Olive sait que son œuvre ne serait pas prise au sérieux puisqu’elle est une femme. Odelle possède un handicap supplémentaire : sa couleur de peau. Et chacune d’elle devra à une autre femme la révélation de son talent aux autres et son affirmation en tant qu’artiste.

Avec « Les filles au lion », Jessie Burton nous entraine dans une narration parfaitement construite, aux descriptions fines et précises. Elle en profite également pour questionner la place des femmes dans l’art au travers de deux époques différentes. De nouveau, j’ai été conquise par ce roman.

 

Les cygnes de la cinquième avenue de Melanie Benjamin

ppm_medias__image__2017__9782226392138-x

« Alors, Truman avait surgi au milieu d’elles et soudain, les ragots étaient devenus délicieux, les distractions plus nombreuses. Il s’était assis sur les lits de chacun de ses cygnes en murmurant à chacune combien elle était belle, précieuse, combien il lui était dévoué, qu’elle était la seule qui comptait, et même si elles savaient toutes qu’il disait la même chose à chacune d’entre elles, peu leur importait. Car, derrière leur beauté, elles étaient toutes sacrément seules. » C’est en 1955 que Truman Capote pénètre le cercle de la grande bourgeoisie new-yorkaise. Il y fait la connaissance de plusieurs élégantes à l’allure raffinée qu’il surnomme ses cygnes. Il se lie tout particulièrement avec Babe Paley, la femme d’un très riche propriétaire de médias. Truman amuse la galerie avec son humour piquant et ses commérages. Mais il sait également écouter et comprendre l’immense solitude de ces femmes exhibées par leurs maris en soirée et délaissées le reste du temps. Truman les accompagne partout, il est de toutes les soirées, les vacances sur les yachts. Il se fond dans cette société, en adopte les codes. Sa gloire littéraire accompagne son apogée sociale jusqu’à son mémorable bal en noir et blanc. Le rêve de glamour et de paillettes ne dure pourtant pas. Il s’achève le jour où Truman publie « La côte basque » en 1975 dans Esquire où il égratigne profondément ses cygnes.

Le roman de Melanie Benjamin nous présente une reconstitution particulièrement soignée du New York des années 1950-1970. La haute société est faite d’élégance, de distinction et de champagne. Les cygnes de Truman incarnent la perfection, le luxe. Babe Paley, Slim Hayward, Gloria Guiness, Marella Agnelli et les autres font les couvertures de Vogue. Mais derrière l’apparence, Truman Capote découvre une tristesse, une solitude qui rejoignent les siennes. Lui, le petit garçon maigrichon du Sud, délaissé par sa mère, moqué pour son physique et sa voix, trouve de l’amour et du réconfort auprès d’elles. « Les cygnes de la cinquième avenue » souligne le rôle de potiche que devaient tenir ces femmes qui faisaient pourtant rêver le monde entier. Leurs relations avec leurs époux sont inexistantes, elles ont divorcé au moins une fois et n’ont d’autre occupation que celle de se mettre en valeur. Des futilités mondaines qui ne peuvent en rien combler le vide de leur existence.

Mais « Les cygnes de la cinquième avenue » ne se contente pas d’être une excellente restitution d’une époque. Melanie Benjamin retrace avec subtilité la tragique chute de Truman Capote. Ses cygnes lui apportent tout ce qu’il a toujours cherché : la notoriété, le luxe, l’appartenance à un milieu social qui n’est pas le sien, la reconnaissance. Babe Paley lui donne ce que sa mère lui refusait : de l’amour. L’amitié fusionnelle entre Babe et Truman est magnifique et elle va bien au-delà des simples apparences. C’est à cette époque que Truman Capote écrit ses œuvres les plus importantes, comme porté par les sentiments de Babe. Et puis, il y eut « De sang froid ». Ce roman, cette période de la vie de Truman Capote me fascinent totalement. L’écriture si éprouvante de ce chef-d’œuvre, qui invente le non-fiction novel, va ruiner moralement son auteur. La réussite et la déchéance se trouvent ici inextricablement mêlées. Rendu bouffi par l’alcool, incapable d’écrire une ligne, Truman parachève son suicide social avec « La côte basque ». Il signe alors la fin de sa relation avec la haute société new-yorkaise et surtout la fin de son amitié avec Babe Paley. Melanie Benjamin rend parfaitement compte dans son roman du destin tragique de Truman Capote et des souffrances engendrées par la publication de cette nouvelle.

Le roman de Melanie Benjamin examine avec finesse la gloire et la chute de Truman Capote mais également la fin d’une époque, la fin d’une certaine idée de l’élégance.

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour cette lecture.

 

Délire d’amour de Ian McEwan

ob_be06ee_delire-d-amour

Après avoir récupéré sa femme à l’aéroport, Joe Rose s’arrête dans un parc pour un pique-nique de retrouvailles. C’est là qu’un terrible incident survient : un aérostat se met à dériver, à descendre dangereusement. Un enfant est à bord. Joe et d’autres hommes présents au parc se précipitent pour essayer de faire atterrir le ballon. Malheureusement, l’un de ces hommes va périr. Mais ce n’est pas l’évènement en lui-même qui va changer la vie de Joe Rose. Parmi les hommes ayant aidé le pilote, Joe croise la route de Jed. Ce dernier devient totalement obsédé par Joe et le harcèle par téléphone, par courrier et il surveille ses allées et venues. Joe perd totalement pied face à cet individu et ne sait plus comment réagir au point de mettre en danger sa vie quotidienne.

Ian McEwan apprécie tout particulièrement ce type de dispositif : il place son personnage dans une situation délicate, perturbante et il observe ses réactions. Comme dans « Samedi », le quotidien du héros est totalement déstabilisé par un évènement extérieur qui finit par tout remettre en cause. L’auteur oppose ici la rationalité de Joe qui écrit des articles sur des publications scientifiques (le protagoniste de « Samedi » était médecin et se raccrochait également à la science face au hasard) et la folie de Jed, fou de Dieu atteint du syndrome de Clérembault. Cette opposition n’est sans doute pas faite avec beaucoup de subtilité. Ian McEwan appuie beaucoup sur l’amour des sciences de Joe et détaille par le menu certaines idées, certains articles. Il en résulte quelques passages assez fastidieux qui ne me semblent pas apporter grand chose à l’intrigue.

En revanche, ce qui est intéressant et parfaitement maîtrisé, c’est le malaise qui s’installe entre Joe et sa femme Clarissa. Celle-ci ne croit pas son mari lorsqu’il lui parle de Jed. Et pour cause, elle ne l’a jamais vu en bas de leur immeuble, Joe a effacé les messages sur le répondeur et l’écriture de Jed ressemble étrangement à celle de Joe. Se met alors en place une très forte et passionnante ambiguïté entre Clarissa et Joe mais également entre Joe et le lecteur. Le roman est effectivement écrit à la première personne du singulier, c’est Joe qui nous raconte les évènements. Faut-il croire tout ce qu’il nous dit ? N’est-il pas comme Clarissa le pense en train de basculer dans la folie ? C’est cette question qui nous tient en haleine, cet inconfort dans notre position de lecteur qui donne tout son intérêt à ce roman.

Comme souvent, « Délire d’amour » souligne le talent de Ian McEwan à instiller le malaise dans la vie de ses personnages et dans les lignes de ses romans. En raison de quelques longueurs, ce livre ne se classera pas parmi mes préférés de l’auteur mais j’ai apprécié son atmosphère chargée d’angoisse et d’ambiguïté.

ob_41fd7f_blogoclub

Valet de pique de Joyce Carol Oates

livre_galerie_335

Andrew J. Rush est un écrivain de romans policiers à succès. Il a vendu plusieurs millions d’exemplaires de ses livres et il a été qualifié de « Stephen King du gentleman » par les critiques. Il vit dans le New Jersey dans une vaste demeure avec sa femme, ses enfants sont partis faire leurs études. Une vie calme, paisible dédiée à la création de romans policiers où le mal est toujours vaincu par le bien. Mais la nuit, lorsque Andrew ne dort pas, ce sont d’autres livres qui s’écrivent sous le pseudonyme de Valet de pique. Et cette fois, c’est la noirceur, la violence, le sordide qui l’emportent. Andrew arrive à maintenir l’équilibre entre ses deux vies d’écrivain et à garder mystérieuse l’identité du Valet de pique. Tout bascule lorsqu’une habitante de sa ville l’accuse de vol et de plagiat. Cela aurait pu n’être qu’une blague mais la vieille femme intente un procès contre Andrew. Ce dernier va peu à peu perdre pied au profit du Valet de pique.

Joyce Carol Oates est décidément une auteure qui réserve des surprises à ses lecteurs. Elle s’essaie ici au thriller fantastique et exploite la thématique du double. Son « Valet de pique » fait bien évidemment penser aux Jekyll et Hyde de Stevenson. Plus on avance dans le roman et plus le double maléfique prend de la place. Il adresse des invectives, des conseils, des ordres à Andrew. Sa personnalité change, il devient violent et vindicatif. Toutes les personnes autour d’Andrew se transforment en menace, en ennemi. L’atmosphère familiale se plombe, le malaise s’installe et les non-dits refont surface. C’est le cas du talent de la femme d’Andrew, Irina, qui écrivait lorsqu’elle était jeune et était beaucoup plus talentueuse que son mari. Elle a tout sacrifié pour son succès mais la rancune était juste tapie sous la surface. Tout comme la jalousie d’Andrew à son égard.

Joyce Carol Oastes semble particulièrement s’amuser à écrire son roman. Elle y rend un hommage appuyé à Stephen King, le maître du malaise et du fantastique. D’ailleurs, lui aussi aurait plagié la vieille voisine d’Andrew ! Joyce Carol Oates n’oublie pas non plus de saluer les créateurs du genre : Edgar A. Poe, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu, Mary Shelley, Henry James et son « Tour d’écrou ». Mais beaucoup d’autres auteurs, en dehors du cercle de la littérature fantastique, sont évoqués dans ce roman.

L’intrigue du « Valet de pique » n’est certes pas d’une originalité folle mais le roman est parfaitement maîtrisé, Joyce Carol Oates manie avec virtuosité le malaise et la folie. « Valet de pique » est un roman court, incisif, sombre qui se dévore.

Merci aux éditions Philippe Rey pour cette lecture.

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

111449534

Eugène croise Tatiana dans le métro. Voilà dix ans que ces deux là ne s’étaient pas vus. Tatiana avait alors 14 ans et elle se mourait d’amour pour le bel Eugène, dandy mélancolique. « Il a le mal d’un siècle qui n’est pas le sien. Il se sent l’héritier amer d’un spleen ancien. Tout est objet d’ennui pour cet inconsolable. Ou de tristesse extrême, atroce, épouvantable. Il a tout essayé, et tout lui a déplu. Il a fumé, couché, dansé, mangé et bu, lu, courir, voyagé, peint, joué et écrit : rien ne réveille en lui de plaisir endormi. » C’est donc avec brutalité et inconséquence qu’il brisera le cœur de Tatiana. Ce qu’il regrettera longtemps. Mais Tatiana est de nouveau dans sa vie. Elle a 24 ans et fait une thèse sur le peintre Gustave Caillebotte. L’histoire va pouvoir reprendre, Eugène va enfin avoir la deuxième chance à laquelle il a tant rêvé.

Cette histoire vous rappelle quelque chose ? Clémentine Beauvais s’est effectivement lancée un défi périlleux : moderniser « Eugène Onéguine« . Il faut commencer par saluer l’ambition du projet. Écrire un roman en vers pour des adolescents est vraiment audacieux. Et il faut reconnaître que cela fonctionne à merveille. Clémentine Beauvais exploite parfaitement les moyens de communication actuels dans son texte : échanges anxieux de sms, discussion à distance sur skype. Mais tout cela ne change pas le cœur de l’histoire, l’amour contrarié d’Eugène et Tatiana. Clémentine Beauvais reprend également les digressions du narrateur omniscient. Elle s’amuse, se moque de ses personnages. Elle crée des calligrammes à la manière d’Apollinaire. Tout cela est fait avec beaucoup d’intelligence, de légèreté et d’humour.

Le pari de Clémentine Beauvais de moderniser ce grand classique qu’est « Eugène Onéguine » est parfaitement réussi. Elle apporte de la fraîcheur, un ton acidulé au roman de Pouchkine. Je lui tire mon chapeau pour l’audace dont elle a fait preuve en s’attaquant à un tel monument.

 

Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine

712qiuuo6wl

Eugène Onéguine est un jeune dandy de St Pétersbourg. Il promène son spleen de soirée en soirée. Son père ayant ruiné la famille, l’héritage d’un oncle tombe à point nommé. Eugène se retire alors à la campagne dans la maison de son oncle. Le jeune oisif change de vie, devient asocial et rustre. Il fait néanmoins la connaissance d’un jeune poète romantique Vladimir Lenski. Ce dernier est fiancé à Olga Larine. Celle-ci a une sœur prénommée Tatiana. Vladimir présente son ami Eugène à la famille Larine et Tatiana en tombe follement amoureuse. Eugène, plongé dans sa vie ascétique, éconduit Tatiana. Mais notre héros s’ennuie et envie le bonheur lumineux de Vladimir et Olga. Ses sentiments vont provoquer un drame irréparable.

« Eugène Onéguine » est le grand classique de la littérature russe. Composé en vers (je tiens d’ailleurs à souligner ici la splendide traduction de André Markowicz, elle aussi en vers), entre 1823 et 1831, le roman est tout d’abord publié en chapitres avant une publication totale en 1833. En 1837, Pouchkine livre une version définitive avec des strophes fantômes que vous trouverez en fin de livre dans la version des éditions Actes Sud. On peut notamment y lire le chapitre qui devait clore l’histoire d’Eugène intitulé : « Extraits du voyage d’Onéguine ».

Eugène Onéguine est un personnage d’une grande complexité et il m’a évoqué deux autres chefs-d’œuvre de la littérature. Tout d’abord, mon très cher Oblomov lorsqu’il refuse l’amour de Tatiana sous prétexte de ne pouvoir la rendre heureuse. On retrouve cette volonté de repli par rapport au monde et à la vie caractéristique du personnage de Gontcharov. Eugène refuse de s’investir dans une relation amoureuse avec Tatiana comme Oblomov repoussait Olga. L’autre grand personnage littéraire auquel m’a fait penser Eugène Onéguine, c’est le narrateur de la Recherche du temps perdu de Marcel Proust. La relation entre Eugène et Tatiana n’est pas sans rappeler celle du narrateur et d’Albertine. Le narrateur de la Recherche est toujours amoureux d’Albertine à contre-temps. Il la fuit quand elle est auprès de lui et la désire lorsqu’elle est loin. Eugène se comporte de la même façon avec Tatiana, il tombe amoureux d’elle lorsque celle-ci est devenue totalement inaccessible.

« Eugène Onéguine » est un roman qui se lit très aisément, le fait qu’il soit écrit en vers n’est en aucun cas un obstacle. Le ton du roman est très ironique, l’histoire d’amour dramatique d’Eugène et Tatiana est décrite avec beaucoup d’humour. C’est notamment le cas dans les nombreuses interventions et digressions de Pouchkine qui commente, donne son avis sur ses personnages et leurs décisions mais raconte également des moments de sa propre vie. Cela apporte beaucoup de distance au lecteur par rapport à l’intrigue. L’autre point intéressant est la manière dont Pouchkine ancre son roman dans le quotidien que celui-ci soit la vie mondaine pétersbourgeoise ou la vie campagnarde. Le texte regorge d’indications, de détails sur le quotidien, la réalité concrète des personnages.

« Eugène Onéguine » est un chef-d’œuvre de la littérature russe qui tient toutes ses promesses. L’écriture est fluide, l’histoire moderne et passionnante. Un vrai régal qu’il faut déguster avec lenteur.

L’été Diabolik de Smolderen et Clerisse

9782205073454-couv

A l’été 1967, Antoine a quinze ans. Il est en vacances avec son père ; sa mère et sa sœur sont parties en Irlande. Le jeune adolescent est laissé assez libre ce qui lui permet de lier connaissance avec un nouvel ami Erik avec qui il partage la passion du tennis. Par l’intermédiaire de son père, Antoine est invité dans une villa luxueuse et y rencontre Joan, une jeune américaine. Un été lumineux où notre héros connaitra ses premiers plaisirs sensuels et les effets surprenants de la drogue. Malheureusement pour Antoine, cet été sera aussi celui de la disparition de son père. Celle-ci fut précédée d’évènements bizarres et inexplicables. Cet été 1967 hantera Antoine pendant des années, jusqu’à ce qu’il finisse par comprendre ce qui se tramait réellement.

2017-05-20 12.07.41

La bande-dessinée de Smolderen et Clerisse a gagné cette année le 5ème prix BD Fnac et elle a également été sélectionnée pour le prix SNCF du polar 2017. Bien entendu, l’histoire qui nous est racontée est un polar, Antoine cherche à élucider la disparition soudaine de son père. Mais elle n’est pas que ça. « L’été Diabolik » est également un récit initiatique, où les évènements poussent Antoine vers l’âge adulte, et une histoire d’espionnage. La bande-dessinée est parsemée de courses-poursuites, de bagarres, de découvertes surprenantes et d’un personnage maléfique et masqué. Smolderen et Clerisse évoque Diabolik, une sorte de Fantomas italien dont les aventures étaient extrêmement populaires dans les années 60. Leurs références culturelles ne s’arrêtent néanmoins pas là et elle symbolisent parfaitement la fin des 60’s : James Bond, Andy Warhol, Monsieur Hulot, etc…

2017-05-20-12-15-39.jpg

J’ai tout particulièrement apprécié le changement de couleurs en fonction des époques. L’été 67 est une explosion de couleurs psychédéliques. C’est l’adolescence d’Antoine, le moment des découvertes : la liberté sexuelle et le pouvoir des drogues qui illustrent bien l’ambiance de la fin des 60’s. On retrouve Antoine vingt ans après les faits, il a écrit un livre sur son père. C’est l’automne, l’innocence a passé et les couleurs sont plus sombres et seules quelques teintes apparaissent : beige, rouge, bleu, noir.

2017-05-20-12-10-52.jpg

« L’été Diabolik » m’a séduite par son splendide graphisme, son choix de couleurs mais aussi par son histoire, où s’entrelacent différents genres, et qui est particulièrement bien menée.

2017-05-20-12-13-24.jpg

Merci au Prix SNCF du polar pour cette découverte.