Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta

9782714475954ORI

1968, le Biafra, jeune république, est en guerre contre le Nigéria. Ijeoma a alors onze ans et elle perd son père dans un bombardement. Sa mère, perturbée par ce décès et sans ressource, décide d’envoyer sa fille chez un couple d’amis. Elle y restera tant que sa mère n’aura pas trouvé un moyen de les faire vivre toutes les deux. Le couple fait d’Ijeoma leur domestique en échange du paiement de ses futures études. Alors qu’elle va faire le marché, elle croise la route d’une autre jeune fille, Amina, qui semble également sans famille. Ijeoma réussit à convaincre sa famille d’accueil d’héberger Amina pour qu’elle l’aide dans ses tâches quotidiennes. Rapidement, l’amitié des jeunes filles se transforment en une attirance beaucoup plus sensuelle. Mais au Biafra, dans les années 70, l’homosexualité est interdite. La mère d’Ijeoma vient la récupérer et décide chaque jour de la bombarder de passages de la Bible pour la purifier et la remettre dans le droit chemin.

Chinelo Okparanta a décidé d’écrire ce roman suite à la loi du 7/01/2014 au Nigéria qui criminalise les relations entre personnes du même sexe, ainsi que le soutien apporté à ce genre de relations, rendant de tels actes passibles de peines de prison. Elle explique également, à la fin de son livre, que dans certains états, la lapidation est prévue. Son roman est bien évidemment une mise en lumière des personnes LGBT et de leurs conditions de vie qui sont très loin de s’améliorer dans certains pays. Il faut dire que le Nigéria est l’un des pays les plus religieux. Durant la guerre du Biafra, deux ethnies s’affrontent : les Haoussa qui sont musulmans et les Igbo qui sont catholiques. Les deux religions sont au moins d’accord sur un point : le bannissement (voire le meurtre comme le montre l’une des scènes bouleversantes du roman). des personnes homosexuelles. Ijeoma et Amina sont chacune d’une ethnie et d’une religion différentes. La difficulté n’en est que plus grande de s’aimer.

« Sous les branches de l’udala » est un roman d’apprentissage, on suit Ijeoma de 1968 à 2014. Son parcours est douloureux, brutal mais jamais elle ne se renie, toujours elle gardera au fond de son cœur l’image d’Amina. Malgré la violence de ce qui se joue, Chinelo Okparanta nous raconte son histoire avec une écriture extrêmement fluide et elle arrive à tirer son histoire vers la lumière et l’espoir. A aucun moment, l’auteure ne juge ceux qui rejette Ijeoma. Il n’y a aucune haine, aucun ressentiment dans les pages de « Sous les branches de l’udala ».

Dans son premier roman, Chinelo Okparanta prête sa plume et ses mots au combat des personnes LGBT du Nigéria. Avec limpidité et force, elle nous emporte et nous rend ses personnages extrêmement touchants. Une nouvelle écrivaine à suivre.

Merci aux éditions Belfond pour cette découverte.

Publicités

2 réflexions sur “Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta

    • J’ai complètement découvert la réalité très religieuse du Nigéria et le sort terrible réservé aux homosexuels. Cela fait froid dans le dos…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.