A very english scandal de Stephen Frears, BBC

p067jhnh

« A very english scandal » est une mini-série de trois épisodes écrite par Russell T. Davies, d’après le livre éponyme de John Preston, et réalisée par Stephen Frears. Elle est inspirée d’une réelle affaire qui se déroula dans les années 70. Jeremy Thorpe est député du parti libéral, puis leader du parti lui-même, a une liaison avec un jeune homme rencontré à la campagne, Norman Scott. Leur histoire prend un tour plus sérieux quand ce dernier décide de venir à Londres. Jeremy Thorpe l’installe alors dans une garçonnière où il peut venir en toute discrétion. L’homosexualité a certes été dépénalisée à la fin des années 60, elle n’en reste pas moins une pratique honteuse. Jeremy Thorpe, en pleine ascension politique, ne peut se permettre un scandale. Il clôt sa liaison avec Norman, se marie et pense avoir évité les ennuis. Mais Norman est un jeune homme fragile émotionnellement, il menace Jeremy de tout révéler. Le député imagine donc de se débarrasser physiquement du jeune homme.

_101066543_scandal7_976bbc

Cette série est une réussite totale qui alterne parfaitement rire, émotion et gravité. Le scénariste et le réalisateur ont choisi le ton de la comédie pour nous raconter ce scandale qui a marqué les esprits en Angleterre. Il faut dire que Jeremy Thorpe choisit fort mal les personnes à qui il confie la sombre tâche d’éliminer Norman Scott. Une vraie bande de pieds-nickelés ! Le summum étant la scène où Norman est mis en joue par un tueur du dimanche et qui bien évidemment rate lamentablement sa cible pour tuer un grand danois que promenait Norman. Si l’histoire n’était pas vraie, elle paraîtrait trop fantasque pour être crue ! Les épisodes sont rythmés, les personnages secondaires sont tous parfaits et donnent du relief à l’histoire. Sous le couvert de la comédie, la série souligne bien évidemment la difficulté à être homosexuel au grand jour. Les associations gays de l’époque étaient présentes lors du procès. Jeremy Thorpe, qui défendait pourtant des idées progressistes au parlement, ne leur en demandait pas tant !

landscape-1526023102-ben-wishaw-a-very-british-scandal

La série est également un vrai plaisir car ses deux acteurs principaux sont absolument exceptionnels. La prestation de Ben Wishaw est de plus en plus remarquable au fil des épisodes et de la pousse de ses cheveux ! Il incarne un Norman Scott enfantin, immature et hypersensible. Et que dire de Hugh Grant, acteur extraordinaire et malheureusement souvent sous-employé ? Dans le premier épisode, il est rayonnant, charmant, littéralement primesautier. Il est extrêmement séducteur et l’on découvre au fur et à mesure son égotisme, son hypocrisie et sa soif de pouvoir. Hugh Grant joue ce personnage aux multiples facettes avec beaucoup d’habileté et de subtilité. Stephen Frears ne pouvait rêver mieux pour son casting.

5897fa93-e4c2-4298-a93b-1904f436f2b2-aves

« A very english scandal » est une farce, une comédie aux côtés sombres qui met en scène la relation, dans les 70’s, de Jeremy Thorpe, député, face à son ex-amant Norman Scott. Excellemment interprété et réalisée, cette mini-série vaut vraiment le détour.

18765906_10213155997074855_5743726261200979000_n

Publicités

16 réflexions sur “A very english scandal de Stephen Frears, BBC

  1. Elle est sur ma liste des mini-séries et films à rattraper cet été entre deux pièces de théâtre ^^
    Et c’est vrai que Hugh Grant est de plus en plus sous-exploité. C’est vraiment dommage. 😦

    • Ton été est déjà bien occupé à ce que je vois ! 😉 Oui c’est vraiment dommage que Hugh Grant ne soit pas utilisé à sa juste valeur. C’est vrai un acteur excellent au panel de jeu large.

  2. Oh dis donc, je n’avais même pas reconnu Hugh Grant ^^ Une série qui m’a l’air fort intéressante (en plus 3 épisodes, ça va : ça évite les séries à rallonge où l’on finit par se lasser !) ! Je note !

    • L’acteur a été très maquillé pour ressembler au véritable Jeremy Thorpe. Oui, on ne risque pas de perdre le fil ou de se lasser avec trois épisodes !

  3. oh punaise..punaise je ne peux pas lire ta critique…je veux la voir…tout m’attire dans cette mini-serie…;)

  4. Pingback: Bilan livresque et cinéma de juin | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.