Le fleuve des brumes de Valerio Varesi

Le-fleuve-des-brumes

« Une eau fine glissait doucement du ciel. On apercevait avec difficulté le réverbère du cercle nautique à travers les gouttes qui tombaient, en dansant, sur la digue principale du fleuve : rien d’autre qu’un fanal pour les chalands des sableurs qui naviguaient dans le noir, de mémoire. » La pluie d’hiver fait grossir le Pô dans la région de Mantoue. Dans une petite ville au bord du fleuve, les anciens du cercle nautique surveillent la montée des eaux. Ils attendront le dernier moment pour évacuer. Une chose les intrigue : la péniche du vieux Tonna circule sur le Pô. La lumière de la cabine est allumée mais l’on n’aperçoit personne à la barre. La péniche semble dériver. A quelques kilomètres de là, le commissaire Soneri est appelé à l’hôpital où un vieil homme s’est défenestré. Le commissaire n’est pas convaincu qu’il s’agisse d’un suicide. L’homme qui vient de mourir se nommait Decimo Tonna. Il s’agit du frère du marinier dont la péniche dérive sur le fleuve. Ce dernier est d’ailleurs introuvable. Les deux disparitions ne semblent pas pouvoir être une coïncidence.

Le commissaire Soneri est le héros récurrent d’une série de romans qui n’avait pas encore été traduite en français. Le commissaire est un personnage un brin mutique, opiniâtre face à sa hiérarchie et au juge d’instruction, il suit son idée quoiqu’il advienne. Ce qui rend le personnage sympathique est son amour pour la cuisine, les vins italiens. Dans ce roman, il passe beaucoup de temps dans une auberge où sont servis des plats traditionnels qui ravissent les papilles de notre commissaire.

Si vous aimez les polars au rythme frénétique, au suspens insoutenable, passez votre chemin. « Le fleuve des brumes » déroule lentement son intrigue. Le rythme du roman se cale sur celui du Pô. Celui-ci est vraiment un des personnages du livre. Il irrigue les pages du livre, Valerio Varesi a l’art de décrire, de faire sentir une atmosphère. La brume, l’humidité nous encerclent au fil des pages.

L’enquête est classique, sa source remonte à la République de Salò, mais il est très plaisant de voir évoluer le commissaire Soneri dans le brouillard hivernal de la vallée du Pô.

STICKER PMP 2017

Publicités

3 réflexions sur “Le fleuve des brumes de Valerio Varesi

  1. Pingback: Bilan livresque et films d’octobre | Plaisirs à cultiver

  2. J’aime bien quand un policier aime la bonne cuisine. Cela me fait penser à un de mes héros chouchous: le commissaire Montalbano.
    Tu me donnes envie de découvrir cette nouvelle série. Je note la référence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s