L’histoire de mes dents de Valeria Luiselli

l-histoire-de-mes-dents-939483-264-432

« Je suis le meilleur commissaire-priseur au monde, mais personne ne le sait parce que je suis un homme du genre discret. Je m’appelle Gustavo Sanchez Sanchez, toutefois les gens m’appellent Grandroute, avec affection je crois. Après deux rhums, je suis capable d’imiter Janis Joplin. Je sais interpréter les devises des fortune cookies chinois. Je peux faire tenir un oeuf droit, comme Christophe Colomb dans l’anecdote fameuse. Je sais compter jusqu’à huit en japonais : ichi, ni, san, shi, go, roku, shichi, hachi. Je sais faire la planche. » Après différents boulots, Gustavo voit sur une affiche dans un restaurant l’annonce suivante : « Apprenez l’art de la vente aux enchères. Succès garanti. Méthode Yushimito ». Il commence à pratiquer son métier en Europe, au Mexique, aux États-Unis. Un jour, il doit vendre les dents de Marilyn Monroe. Et c’est là qu’une idée germe dans l’esprit de Gustavo. Il va se faire arracher toute les dents et les vendre comme étant celles de célébrités.

J’aimais beaucoup le point de départ de ce roman et les premiers chapitres ont parfaitement comblé mon attente avec l’histoire totalement farfelue de Gustavo Sanchez Sanchez. La première vente de dents est très amusante puisque le commissaire-priseur y fait le portrait des anciens propriétaires des dents : Platon, Pétrarque, Rousseau, Virginia Woolf, Luis Borges ou Enrique Vila-Matas. L’intrigue est totalement décalée, fantasque comme savent le faire les écrivains mexicains. Mais plus les chapitres avançaient plus je me sentais perdue. Les histoires sur les lots de vente se multipliaient sans que mon intérêt renaisse. Je comprends le sens du projet de Valeria Luiselli qui est de montrer la puissance de l’imagination, des histoires que l’on raconte ou que l’on se raconte. Le roman parle également de l’importance, de la valeur que l’on donne des objets autour de nous. Le dernier chapitre nous montre tout cela et remet en cause tout ce que nous venons de lire. Mais ce qui éclaire le mieux le projet de l’auteur est la postface où elle explique l’origine de ce travail. Pour ceux qui voudraient tenter l’aventure, n’hésitez pas à commencer par cette explication qui éclaire, sans rien dévoiler, le roman.

« L’histoire de mes dents » est un roman dont l’étonnante idée de départ m’avait séduite. Malheureusement, je n’ai pas réussi à suivre le fil fantaisiste de l’intrigue et mon intérêt s’est peu à peu éteint.

Merci aux éditions de l’Olivier pour cette lecture.

Publicités

6 réflexions sur “L’histoire de mes dents de Valeria Luiselli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s