Virginia Woolf et Vanessa Bell, une très intime conspiration de Jane Dunn

La biographie de Jane Dunn étudie la complexe et étroite relation entretenue tout au long de leur vie par les sœurs Stephen : Virginia et Vanessa. L’auteur étudie dans un premier temps l’enfance, terreau de leurs émotions et de leur créativité, pour ensuite étudier de grandes thématiques comme maris et sœurs ou l’art contre la vie.

Les deux sœurs ont connu une enfance parfaitement victorienne où les filles restent à la maison pendant que les garçons partent étudier en pension puis à l’université. La mort frappe très tôt les enfants Stephen. Leur mère, Julia, décède le 5 mai 1895, Vanessa a 16 ans et Virginia 13. Stella Duckworth, leur demie-sœur, prend le relais de leur mère mais décède à son tour en 1897. Face aux épreuves et la rigueur de leur éducation, les deux sœurs deviennent inséparables. Leur relation se noue autour de cet amour fusionnel mais également autour d’une concurrence, d’une jalousie. « Les souvenirs que conservait Vanessa de leurs premières années exprimaient de manière à la fois explicite et allusive une concurrence profondément enracinée entre elle et Virginia et le sentiment de comparaisons habituellement défavorables avec sa cadette. Les deux petites filles avaient dès le départ décidé de leur destin. Virginia serait écrivain, Vanessa peintre : « C’était un arrangement heureux, car il signifiait que nous allions chacune notre chemin et qu’une source de jalousie au moins disparaissait. » Cette distribution tacite des rôles devait se perpétuer à l’âge adulte et impliquer la plupart des aspects de leur vie, car aussi longtemps que chaque sœur limitait ses talents et ses intérêts à l’arène qu’elle s’était choisie, les vieilles jalousies s’atténuaient, laissant libre cours à leur affection et à leur admiration mutuelles. »

A la mort de leur père, Leslie, les enfants Stephen décident de prendre leur indépendance et s’installe dans le quartier de Bloomsbury où les amis de Cambridge de Thoby (Leonard Woolf, Lytton Strachey, Clive Bell, Roger Fry, Maynard Keynes,…) se joignent à la famille pour des discussions intellectuelles et artistiques. Les deux sœurs peuvent enfin exprimer leur talent respectif. Elles sont brillantes et passionnées. C’est grâce à l’impulsion de Vanessa que la famille s’installe à Bloomsbury, c’est elle qui coupe le cordon avec les autres membres de la famille Stephen. « Ce changement radical et libérateur initié par Vanessa et mené à terme avec fermeté, sens pratique et lucidité caractéristiques, fut un exemple parfait de l’efficacité et de la justesse de son instinct. Elle était parfaitement consciente des « fortes pressions » exercées par la famille et les vieux amis pour la dissuader de quitter la sécurité et la « respectabilité » de Kensington ou de Mayfair au profit des environs distants et décidément moins convenables de Bloomsbury. Ce genre de pression et d’interférence contribua précisément à pousser Vanessa au-delà des limites de commodité pour les visiteurs et fit entrer l’euphonique « Bloomsbury » dans le langage universel. »  C’est également Vanessa qui, en se mariant, rompit le pacte de coalition contre le monde qu’elle avait établi avec Virginia. On retrouve à l’âge adulte la même idée de séparation des compétences, des territoires pour limiter les jalousies : à Vanessa le mariage, la maternité et la sensualité (la vie sentimentale de Vanessa ne se limita pas à son mari, Roger Fry fut son mant et le fascinant Duncan Grant également), à Virginia l’esprit, l’intelligence et la réussite artistique. Cette dernière se mariera plus tard avec Leonard Woolf et ils n’auront pas d’enfants, ils se consacreront à la littérature et à leur maison d’édition, la Hogarth Press.

Vanessa Bell, bien que moins connu que sa cadette, réalisa plusieurs expositions de ses peintures, devint décoratrice et illustratrice (notamment des couvertures de livres de sa de Virginia pour la Hogarth Press). Mais elle jalousera toujours le talent, la virtuosité, le succès de sa cadette tandis que celle-ci lui enviera sa vie de famille. Mais dans la douleur ou la maladie, chacune reste le soutien indéfectible de l’autre, un appui et une force qu’elle ne trouveront chez personne d’autre.

Le livre de Jane Dunn est foisonnant, dense et extrêmement documenté. Les idées énoncées dans la biographie se répètent parfois d’un chapitre à l’autre. Mais l’auteur souligne avec beaucoup de pertinence les influences de chaque sœur sur l’oeuvre de l’autre. Son étude éclaire souvent les romans de Virginia Woolf et donne envie de les lire ou de les relire. Ce travail, à l’écriture fluide, est de grand qualité et dresse finement le portrait des sœurs Stephen et de leur entourage.

logo-bloomsbury

Publicités

3 réflexions sur “Virginia Woolf et Vanessa Bell, une très intime conspiration de Jane Dunn

  1. Pingback: The Life in square challenge – billet récap | Plaisirs à cultiver

    • Tu devrais effectivement aimé, c’est une très belle et intéressante biographie. Son idée de parler des deux soeurs dans un même livre est tout à fait pertinente. C’est aucun doute la relation la plus importante dans le vie de Virginia Woolf.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s