Un roman anglais de Stéphanie Hochet

Hochet_RomanAnglais

1917, Anna Whig vit dans le Sussex aux côtés de son mari, Edward, un horloger dont la boutique se trouve à Londres. Ils ont un enfant, Jack, âgé de deux ans. Anna aimerait se remettre à travailler, elle traduit des romans français. Elle demande donc l’autorisation à son mari d’engager une garde-malade. Elle choisit une personne prénommée George, en amoureuse de la littérature elle pense à George Eliot et George Sand. Anna est donc fort surprise de découvrir que George est un homme. Celui-ci joue parfaitement son rôle et s’entend merveilleusement bien avec Jack. Anna peut alors librement se remettre au travail. Ce temps disponible pour elle seule, la confiance qu’elle accorde à George vont lui ouvrir l’esprit sur sa position en tant que femme.

« Un roman anglais » de Stéphanie Hochet m’a beaucoup fait penser au travail de Virginia Woolf. Tout d’abord, la thématique première du roman est l’émancipation d’une femme. En ce début de XXème siècle, la société anglaise porte encore le poids des mœurs victoriennes. Anna se doit d’être une bonne femme au foyer et une bonne mère pour son fils. Elle ne réussira à se sortir de ce carcan que grâce à son travail. Ce qui rappelle l’essai de Virginia Woolf « Une chambre à soi ». Anna aspire à plus qu’une simple vie de femme au foyer.

Stéphanie Hochet aborde également le thème de la maternité de manière très intéressante. S’occuper de son fils est difficile, compliqué pour Anna qui semble le porter comme un fardeau. Elle perd facilement patience, s’agace et n’aurait peut-être jamais eu d’enfant si la société ne l’y avait pas obligée. La maternité n’est pas une évidence, un accomplissement obligatoire pour les femmes. La prise de conscience progressive d’Anna accompagne le mouvement des femmes qui réussit à aboutir en Angleterre grâce à la première guerre mondiale.

Stéphanie Hochet décrit très finement la psychologie d’Anna. Elle utilise le flot de pensées, cher à Virginia Woolf, pour plonger son lecteur dans l’esprit de son personnage. Elle construit son roman presque comme un huis-clos. Le domaine d’Anna est la maison qui devient peu à peu étouffante, étriquée.

De part sa thématique et le traitement de la psychologie des personnages, « Un roman anglais » est un très bel et subtil hommage à Virginia Woolf.

Publicités

7 réflexions sur “Un roman anglais de Stéphanie Hochet

  1. De totue façon j’avais déjà beaucoup envie de le lire! (celui que j’ai lu de l’auteur est extrêmement bien écrit et agréable à lire, et intelligent)

    • Tu as du lire son éloge du chat ! Je l’ai aussi acheté avec celui-ci mais je ne l’ai pas encore lu. Le chat, la littérature anglaise, elle a vraiment un goût excellent Stéphanie Hochet !

  2. Il est évidemment noté depuis longtemps, mais malgré les avis positifs, je freine un peu. J’ai peur de ne pas y voir autre chose qu’un hommage à Woolf et de ne pas apprécier ce livre pour lui-même.

    • Sa manière d’écrire est totalement différente, elle lui ai vraiment propre. Son livre est plus une évocation qu’un hommage littéral. Je pense qu’il devrait te plaire.

  3. Pingback: Bilan livresque et films de juin | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s