Miss Charity de Marie-Aude Murail

Miss Charity Tiddler est fille unique dans une famille de la gentry anglaise de l’époque victorienne. Contrairement aux autres jeunes filles, Charity n’a aucune appétence pour les bonnes manières ou les réceptions autour d’un thé. Tout cela l’ennuie prodigieusement et cela ne fait qu’empirer avec l’âge surtout quand sa mère commence à évoquer le mariage. Charity aspire à autre chose qu’une alliance financière. Depuis toujours, elle est passionnée par les animaux et par l’étude de la nature. Rapidement, elle fait entrer dans sa nursery tous les animaux qu’elle croise : souris, crapauds, corbeaux, hérissons et lapins. Armée d’une insatiable curiosité, Charity étudie sans relâche, apprend les pièces de Shakespeare par cœur et se met à l’aquarelle grâce à Blanche, sa gouvernante. Au fil des années, elle cherche de plus en plus à affirmer son indépendance et à s’affranchir de la tutelle pesante de sa mère. C’est à force de côtoyer les enfants de ses amis que le moyen d’y arriver lui apparaît : elle va écrire des livres pour enfants à partir de ses animaux de compagnie.

Depuis le temps que j’entends les louanges de ce roman, il fallait bien que je me décide à le lire. Marie-Aude Murail convoque tout ce que j’aime dans la littérature britannique : Dickens, Shakespeare, Oscar Wilde. « Miss Charity » est une biographie romancée de Beatrix Potter. Mais il ne faut pas réduire le livre à cet aspect. L’auteur réussit également parfaitement à restituer l’Angleterre victorienne et la place des femmes dans celle-ci. Les manifestations pour le vote des femmes en sont à leurs balbutiements et la volonté d’émancipation de Charity fait d’elle une originale. Elle risque le pire pour une jeune femme de l’époque : finir vieille fille ! Au fil du temps, les sourires narquois se multiplient surtout chez ses cousines Ann et Lydia qui ont fait de beaux et riches mariages. Mais la passion de Charity et sa réussite lui offrent une belle carapace face à la pression de la société victorienne. Marie-Aude Murail rend également parfaitement compte de la vie théâtrale de l’époque grâce au merveilleux personnage de Mr Ashley. Dans les pages du roman, nous avons le plaisir de croiser Oscar Wilde, au moment de sa gloire puis de sa chute, et Bernard Shaw.

L’autre force du roman, ce sont les personnages. Ils sont nombreux et incroyablement attachants : Tabitha, la bonne à la santé mentale vacillante, Noël, le filleul supérieurement intelligent, Mr King, l’éditeur qui veut que tous ses livres correspondant aux trois B (Beau, Bon et Bien), Kenneth Ashley aussi fantasque que pauvre. Marie-Aude Murail nous les dépeint avec beaucoup de justesse, de tendresse. Chacun est incarné et n’est pas juste une silhouette derrière Charity. C’est tout un univers que l’auteur crée autour de son personnage principal ce qui rend son histoire encore plus dense et plus vivante. Participant à l’enchantement des mots de Marie-Aude Murail, les merveilleuses illustrations de Philippe Dumas ponctuent le livre.

« Miss Charity » est une délicieuse évocation de la vie de Beatrix Potter. Un livre jeunesse tendre, drôle, émouvant qui se dévore à n’importe quel âge !

Publicités

15 réflexions sur “Miss Charity de Marie-Aude Murail

  1. Pingback: Bilan livresque et films de juin | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s