Bilan livresque et films de janvier

janvier

Des classiques de la littérature, des bandes dessinées, de la littérature jeunesse, des romans policiers, voilà une année 2017 qui débute sous de très bons auspices ! Ma PAL est au beau fixe, elle n’avait pas été aussi dodue depuis longtemps ! Je ne prendrai pas de bonnes résolutions, ne m’imposerai pas de défi pour la faire baisser, il semble que tout cela n’est pas beaucoup d’effet…Mais ce n’est pas pour autant que l’augmentation doit continuer !

L’année cinématographique commence également très bien :

Mes coups de cœur :

mv5bmzuzndm2nzm2mv5bml5banbnxkftztgwntm3ntg4ote-_v1_ux182_cr00182268_al_

Après le formidable « Whiplash », Damien Chazelle s’essaie à la comédie musicale. Dans son dernier film, il rend hommage à l’âge d’or des comédies musicales américaines mais également à Jacques Demy (ce qui est très visible dans la scène d’ouverture qui évoque celle des « Demoiselles de Rochefort »). A Los Angeles, Mia (Emma Stone) et Seb (Ryan Gosling) voient leur vocation contrariée. La jeune femme est serveuse en attendant d’être repérée dans un casting. Seb est musicien de jazz, un puriste qui est incapable de jouer autre chose et qui se fait renvoyer systématiquement des clubs où il travaille. Il voudrait créer son propre club. Les deux vont se croiser, se disputer, s’aimer et s’éloigner. Le film de Damien Chazelle est un véritable tourbillon de couleurs, de chants et de musique.  Mais le jeune réalisateur n’en oublie pas la mélancolie, la désillusion que l’on trouvait chez Jacques Demy. Emma Stone et Ryan Gosling sont époustouflants et fragiles. Je suis ressortie enchantée de la projection.

born_to_be_blue

Restons dans la musique et le jazz avec ce biopic consacré au trompettiste Chet Baker. Los Angeles, 1966, Chet Baker se fait broyer la mâchoire par son dealer à qui il doit énormément d’argent. Grâce à l’amour d’une actrice, Chet réapprend à jouer de la trompette malgré son dentier, malgré la douleur. C’est le moment de sa résurrection, son obstination et son abstinence lui permettent de rejouer et d’enregistrer un disque. Mais il est loin du niveau qu’il voudrait atteindre, celui de Miles Davis ou de Dizzy Gillespie qu’il a vus jouer au Birdland de New York. Ethan Hawke est de tous les plans, il ne quitte jamais l’écran et il est habité par son rôle. Il sait rendre à merveille la fragilité, la fébrilité de cet homme qui semble être un ange déchu, cramé. Chet Baker sans l’héroïne, est-il toujours Chet Baker ? C’est la question qui lui revient sans cesse en tête.

Et sinon :

  • Paterson de Jim Jarmusch : Paterson (Adam Driver) est conducteur de bus à…Paterson ! Il est également poète. Il prend sans cesse des notes, écrit en vers libres sur son quotidien, sur ce qui l’entoure. Il est marié à Laura (Golshifteh Farahani) qui ne travaille pas mais passe ses journées à créer de nouveaux imprimés (en noir et blanc uniquement), de nouveaux cupcakes. Elle est prise par une frénésie de créativité qui la pousse également à apprendre la guitare. Il y a aussi Marvin, le bouledogue anglais, bourru et envahissant qui se dispute les attentions de Laura avec Paterson. Jarmusch nous montre une semaine dans la vie de ce couple, c’est lent, c’est beau comme un poème. Ce sont les infimes variations qui intéressent le réalisateur, les petits riens du quotidiens qui peuvent être sublimés dans une oeuvre d’art. « Paterson » est un film intemporel, doux et méditatif comme son personnage central.
  •  Ouvert la nuit de Edouard Baer : Luigi (Edouard Baer) dirige un théâtre à côté des Champs Elysées. L’argent manque, les techniciens décident de faire grève tant qu’ils n’auront pas été payés. Luigi va devoir aller quémander de l’argent mais également trouver un singe pour jouer dans la pièce de son metteur en scène japonais. C’est alors une véritable traversée de Paris que va effectuer Luigi accompagné d’une stagiaire du théâtre (Sabrina Ouazani). Ce film est à l’image des spectacles d’Edouard Baer : barré, foutraque, débordant d’énergie et d’humour. C’est un hymne à la vie en troupe (on retrouve d’ailleurs celle des spectacles), au hasard des rencontres, à la vie la nuit et à Paris. Le charme et le grain de folie d’Edouard Baer séduisent et nous emportent.
  • Neruda de Pablo Larrain : A la fin des années 40, Pablo Neruda (Luis Gnecco) est jugé comme traître par le gouvernement populiste en place au Chili. Il doit fuir. A ses trousses est lancé un policier étrange et fantasque (Gael Garcia Bernal). Pablo Larrain recrée la fuite du poète communiste de manière poétique et c’est bien un hommage à l’imaginaire de Neruda qui est rendu à travers ce film. Le poète se montre capricieux, jouisseur invétéré mais son charisme l’emporte toujours. Même si le projet est intéressant, je dois avouer être restée en dehors du film.
Publicités

9 réflexions sur “Bilan livresque et films de janvier

  1. Il fait vraiment la quasi unanimité La La land, que j’ai beaucoup aimé, mais à choisir, j’ai préféré Whiplash, qui est en effet sublime, sublimissime même (euh, ça se dit ça ?)

    • Les critiques n’étaient pas toutes enthousiastes pour ce film, certaines étaient assez mitigées. Mais je suis sortie enchantée par ce que j’ai vu.

  2. Je meurs d’envie d’aller voir lalaland depuis sa sortie, je dois attendre demain soir. Je n’avais pas entendu parler du film sur Chet Baker, il est sorti il y a longtemps ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s