Trois séries anglaises estivales : The living and the dead, Love, Nina et Brief encounters

  • The living and the dead, BBC one

living_and_the_dead_0

En 1894, dans une ferme du Somerset, Nathan Appledy rend visite à sa mère accompagné de sa femme Charlotte. Malheureusement, la mère décède pendant le séjour du couple. Nathan décide d’abandonner son métier de psychologue pour s’occuper de l’exploitation avec Charlotte. Mais depuis le retour de Nathan d’étranges phénomènes se produisent, des esprits du passé viennent hanter les vivants.

Dans cette série de la BBC, en six épisodes, le passé revient hanté les vivants et les morts viennent demander des comptes. Chaque épisode est une histoire en soi tout en gardant une continuité dans la série. Certaines histoires sont vraiment déchirante comme celles du groupe d’enfants morts au fond d’une mine parce qu’il était trop cher d’aller les récupérer. C’est toute la société victorienne qui est interrogée : le travail des enfants, la place des femmes, les vieilles superstitions.

Le côté fantastique est parfaitement maîtrisé, l’ambiance est gothique à souhait. L’esthétique n’est pas sans évoquer celle de « Sleepy Hollow » de Tim Burton. Le couple de héros est très attachant : Charlotte Spencer est lumineuse, optimiste et moderne face à un Colin Morgan torturé et perturbé par ses visions surnaturelles.

Malheureusement (et malgré la fin qui laissait présager autre chose), il n’y aura qu’une seule et unique saison à cette série gothico-fantastique.

  • Love, Nina, BBC one

love-nina-bbc-one

Cette série est tiré du livre éponyme de Nina Stibbe. Il s’agissait d’un recueil de lettres entre Nina et sa sœur Victoria. La première s’installe à Londres où elle devient la « nanny » des deux fils d’une éditrice divorcée. Nina ne sait pas cuisiner, ne s’est jamais occupée d’enfants et refuse de porter des chaussures !

Chaque épisode de la série est composé de petites vignettes, de petits chapitres avec titres nous racontant les aventures et déboires de la fantasque Nina dans une famille qui ne l’est pas moins. C’est une feel-good série plein de drôlerie (Nick Hornby a écrit le script), de tendresse. Les deux actrices principales sont impeccables. Helena Bonham Carter est d’une grande sobriété et c’est ainsi que ressort au mieux son talent. Nina est interprété par la délicieuse et ingénue Faye Marsay. Ce joli duo est complété par une belle galerie de personnages : Malcolm, l’écrivain célibataire qui vient dîner tous les soirs avec la famille et asticote Nina sur ces plats ; Nunney qui s’occupe du voisin handicapé de la famille et flirte gentiment avec Nina ; Max et Joe les deux enfants brillants,drôles et très mâtures.

La série est composé de six épisodes de trente minutes, c’est frais, rythmé et totalement irrésistible.

  • Brief encounters, ITV

TV-PROD-Brief-Encounters

1982, Sheffield, le thatchérisme bat son plein et le chômage aussi. Le mari de Stephanie se retrouve sans emploi, celui de Mrs Spake voit sa boucherie péricliter depuis l’arrivée du supermarché, celui de Nita replonge dans le petit banditisme et Dawn doit s’occuper de ses frères et de son père affalé dans le canapé toute la journée. C’est Stephanie qui trouve la solution à leurs problèmes : une annonce de la société Ann Summers pour vendre des sous-vêtements et accessoires coquins à la manière des soirées Tupperware.

Comme « Love, Nina », « Brief encounters » est une feel-good série. C’est une pétillante comédie en six épisodes qui montrent l’émancipation de la femme dans les années 80 quel que soit le milieu social d’origine. Toutes doivent s’en sortir et gérer leur famille et ce sont elles qui prennent tous les risques et trouvent les solutions. Elles sont dynamiques, solidaires et n’hésitent pas à sortir du rôle qui leur est assigné à l’époque : mère au foyer. Il y a des scènes vraiment réjouissantes comme celle des premières démonstrations où les vendeuses sont aussi mal à l’aise avec les objets que les potentielles acheteuses ou celle où Mrs Spake, la bourgeoise de la bande, annonce à un policier qu’elles sont en plein épanouissement sexuel !

Les actrices ne sont pas pour rien dans la réussite de cette série. Sophie Rundle a enfin le premier rôle qu’elle mérite, Sharon Rooney est extrêmement drôle et gouailleuse. Mais la palme revient à la formidable Penelope Wilton en Mrs Spake, aussi émouvante que drôle.

« Brief encounters » est une très sympathique et dynamique série dont le quatuor d’actrices est particulièrement réjouissant.

 

17 réflexions sur “Trois séries anglaises estivales : The living and the dead, Love, Nina et Brief encounters

  1. Merci beaucoup Titine pour mettre en avant ces 3 séries dont je n’avais pas encore entendu parler ! elles ont toutes l’air vraiment sympas, même si elles sont très différentes les unes des autres.

    • De rien Eva, je suis contente de voir que ce billet t’intéresse. Ce sont effectivement des séries très différentes, il y en a vraiment pour tous les goûts !

  2. Chouette billet !
    Les chaînes anglaises nous ont vraiment gâtés ces derniers temps. Mon plus gros coup de coeur est Love, Nina que j’ai trouvé comme tu le dis si bien « absolument irrésistible ». Je crois que c’est l’une des séries les plus drôles, touchantes et insolites que j’ai vues ces dernières années.
    J’espère qu’on aura droit à d’aussi bonnes séries cet automne !😀

    • Des trois, c’est également Love, Nina qui est ma préférée. Comme tu le dis, la série est vraiment drôle et les personnages sont très touchants. Chaque épisode se dévore comme un bonbon acidulé. J’espère aussi que nous aurons de belles découvertes pour le reste de l’année.

  3. Super ces recommandations! Je note les titres, les deux dernières me paraissent particulièrement savoureuses! Mais j’aime aussi la première, par contre je devrai la regarder seule car pas sure que Monsieur accroche à ce genre d’ambiance (moi par contre j’adore!).

    • Si tu aimes les ambiances gothiques, tu vas être servie avec « The living and the dead » ! Et les deux autres sont vraiment de jolies comédies qui font passer un très bon moment.

  4. J’ai tenté The Living and the Dead et je n’ai pas tenu le premier épisode. J’adore Colin Morgan, mais ce n’est vraiment pas le genre de séries qui m’attire.
    Par contre, j’ai adoré Love, Nina et lors que j’ai fini le dernier épisode, je n’attendais que de voir la suite. C’est frais, c’est joyeux, et ça met de bonne humeur.
    Je n’ai pas entendu parler de la seconde (je ne regarde que la BBC, il faut dire), mais ça à l’air sympa. En plus en 6 épisodes, ça se mange bien.😀

    • C’est sûr qu’il faut accrocher à l’ambiance de The living and the dead. Je suis ravie de voir que tu as aimé autant que moi Love, Nina et j’aurais aimé que la série dure plus longtemps tellement j’étais bien en compagnie de ces personnages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s