Bilan livresque et films de juin

Fichier 02-07-2016 21 26 26

Un mois de juin aux couleurs de la coupe d’Europe des livres organisée par Plume de Cajou, trois de mes joueurs sont déjà sur le terrain et trois autres partent en vacances avec moi. Je ne suis pas sûre de publier mes billets avant le 10 juillet puisque le rythme du blog va se ralentir en cette période qui n’a d’estivale que le nom (en tout cas pour ceux qui habitent au nord de la Loire).

Le mois de juillet est l’occasion de relancer mon challenge « A year in England » avec un logo relooké pour l’occasion.

Fichier 02-07-2016 20 14 56

N’oubliez pas non plus qu’à partir du 1er septembre, nous traverserons l’Atlantique pour le mois américain et aura lieu, du 8 au 11 septembre, le formidable Festival America de Vincennes. La liste des auteurs attendus est déjà disponible ici.

 De très beaux films sont sortis en juin, j’aurais voulu en voir bien plus mais décidément je cours avec le temps !

ob_346dc6_affiche-love-and-friendship

« Love & friendship » est l’adaptation de la nouvelle « Lady Susan » de Jane Austen. Lady Susan est une belle veuve désargentée qui manie la manipulation comme personne. Elle cherche à tout prix à marier sa fille à un riche gentleman afin de s’assurer une position sociale. Whit Stillman réussit superbement à adapter et à étoffer la nouvelle sans trahir l’esprit de Jane Austen. Il lui rend même ce que trop de réalisateurs oublient : sa véroce ironie. Les dialogues sont un régal de cynisme et d’esprit. Kate Beckinsale est absolument parfaite dans le rôle principal. Elle lance ses piques et met en place ses ruses avec élégance et distinction. Elle semble incroyablement naturelle et à l’aise dans ce rôle. Et elle est parfaitement entourée par une Chloé Sevigny que l’on attendait pas dans un film en costume, Xavier Samuel en gentleman jeune et innocent, Lochlann O’Mearain tout en charisme muet et surtout Tom Bennett qui est d’une extraordinaire drôlerie, il volerait presque la vedette à Kate Beckinsale !  Les costumes et les décors sont au diapason de ce formidable film que je vous conseille très fortement de voir.

Diamant noir

Autre univers, autre époque, « Diamant noir » nous entraîne dans le milieu des diamantaires d’Anvers. Pier Ulmann est un jeune truand parisien qui vient à Anvers pour régler des histoires de famille et venger son père récemment décédé dans la misère. Ce dernier était un tailleur de diamants très doué jusqu’à ce que la main soit broyée par la facetteuse. « Diamant noir » est un film noir extrêmement bien mené. L’histoire de Pier relève de la tragédie antique et semble ne pouvoir se terminer que dans le drame. L’ambiance est sombre, lourde, pesante et les personnages sont tous ambigus, au bord du gouffre. Il faut saluer la prestation de Niels Schneider, méconnaissable avec ses cheveux noirs plaqués en arrière, il incarne le rôle titre avec fragilité et rage. « Diamant noir » est un film noir parfaitement maîtrisé :  violent, tragique  et au plus près des faiblesses humaines.

Et sinon :

  • « Dans les forêts de Sibérie » de Safy Nebbou : Le réalisateur a adapté le récit de Sylvain Tesson et le début du film est très fidèle au livre. Pour étoffer le récit documentaire, un personnage de braconnier en fuite a été rajouté. Je ne suis pas contre cette idée mais il semblait inutile de terminer le film par des séquences larmoyantes et mélodramatiques. Restent des paysages à couper le souffle, un début de film parfait avec des belles scènes de découvertes et de liberté totale et Raphaël Personnaz qui libre une très belle interprétation toute en sobriété.
  • « Ma loute » de Bruno Dumont : Après une première incursion dans la comédie avec la série « P’tit Quinquin », Bruno Dumont poursuit avec ce film totalement délirant. La famille Van Peteghem vient s’installer dans sa maison d’été dans la baie de Wissant. Des disparitions inquiétantes sont signalées dans la région et deux policiers, totalement fantaisistes, mènent l’enquête. Les acteurs, Fabrice Luchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni Tedeschi en tête, semblent prendre beaucoup de plaisir à jouer l’outrance, le snobisme et le ridicule. Il y a des scènes d’un burlesque parfaitement réussi mais j’ai trouvé que tout ne prenait pas. Pourquoi avoir eu recours au cannibalisme ? Trop de fantaisie lasse le spectateur qui trouve la fin du film bien longue.

5 réflexions sur “Bilan livresque et films de juin

    • J’ai vraiment beaucoup aimé « La duchesse de Vaneuse », mon billet ne devrait plus tarder. J’ai un peu traîné à l’écrire comme tu peux le constater ! Merci pour le logo !

  1. Beau match, tu as déjà fait monter tes joueurs sur le terrain, mais pas encore, je vais en faire monter un de suite !

    Je suis de l’année anglaise et je serai du mois américain !😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s