A l’orée du verger de Tracy Chevalier

Couv-Tracy-Chevalier-À-lorée-du-verger-e1461935990102

En 1838, James Goodenough cultive, avec sa famille,  des pommes dans le Black Swamp, Ohio. Une terre extrêmement marécageuse où il est difficile de prospérer. James et Sadie Goodenough perdent chaque année un enfant en raison de la fièvre des marais. Pour surmonter ces pénibles conditions de vie, James s’occupe passionnément de ses pommiers essayant d’implanter aux États-Unis la reinette dorée qu’il apporta avec lui d’Angleterre. Sadie leur préfère les pommes acides, celles qui donnent l’eau-de-vie dans laquelle elle se noie et se détruit. Les parents se déchirent, se détestent. Les enfants sont spectateurs de cette violence larvée. Robert suit les traces de son père, il aime les arbres et s’intéresse à la culture des pommes. Il protège sa sœur Martha, le souffre-douleurs de sa mère parce que trop douce et trop docile. C’est en 1838 que Robert est poussé à quitter sa famille après un terrible évènement. Il part vers l’Ouest laissant derrière lui sa chère Martha.

Tracy Chevalier nous conte la vie de Robert Goodenough de 1838 à 1856, de l’Ohio à la Californie. La construction du roman est audacieuse et complexe. La première partie est consacrée à l’enfance de Robert et nous est racontée par les voix de James et de Sadie en alternance. La vie de Robert, entre 1838 et 1856, est évoquée par les lettres qu’ils envoie à sa sœur Martha. Plus tard, nous lirons également les siennes nous révélant  ce qui se passa à Black Swamp en 1838. Entre ses deux parties épistolaires, nous suivons le parcours, le voyage de Robert vers la Californie. De nombreuses voix s’expriment sous des formes différentes, l’histoire de Robert nous est racontée par des points de vue variés. La structure narrative de « A l’orée du verger » est d’une grande richesse, d’une belle complexité.

Comme souvent, Tracy Chevalier mêle le souffle de l’histoire et le souci du détail. A travers la destinée de la famille Goodenough, l’auteur évoque les pionniers et la rudesse de la vie qu’ils durent mener en venant s’installer sur de nouvelles terres. Ils sont face à une nature sauvage qu’ils tentent de domestiquer mais qui finit toujours par les dominer. Robert admirera la grandeur de la nature et c’est elle qui l’aidera à se reconstruire. La nature, les arbres sont célébrés dans les pages de ce roman. Face à l’immensité des paysages américains, Tracy Chevalier sait aller au plus près des sujets qu’elle traite comme celui de la culture des pommes, de leur greffe. La première partie est très documentée sur cette thématique et la multitude de détails n’est pas gratuite. Elle souligne et amplifie l’obsession de James pour ses pommes qui phagocyte son esprit et l’empêche de s’occuper de ses enfants.

Âpre, violent, tendu, le dernier roman de Tracy Chevalier est une belle réussite qui nous fait entendre, grâce à sa construction élaborée, les voix et les destins des membres  de la famille Goodenough.

Merci aux éditions Quai Voltaire pour cette lecture.

Publicités

16 réflexions sur “A l’orée du verger de Tracy Chevalier

  1. Je prèfère les premiers romans mais celui-ci m’a davantage plu que le précédent. J’ai beaucoup aimé ce parrallèle entre le voyage de hommes et des arbres.

    • Je n’ai pas lu le précédent, cela faisait un moment que je n’avais pas lu Tracy Chevalier et j’ai eu grand plaisir à la relire. Oui, c’est très intéressant de voir que les arbres voyageait comme les hommes et qu’ils pouvaient s’implanter sur de nouvelles terres.

  2. La construction ne m’a pas gênée, j’ai même trouve que ça relançait l’histoire; mais j’ai lu le tout sans vraiment d’enthousiasme.

    • Je suis comme toi, j’ai beaucoup apprécié la construction du roman. On part sur l’histoire des parents pour ensuite partir sur Robert et des horizons totalement différents.

  3. ça me donne énormément envie de le lire, ce que tu en dis, j’aime ce genre de construction qui sort des sentiers battus, et j’aime beaucoup les romans épistolaires, (même si ce n’est qu’en partie). Je note ce roman, mais j’attendrais qu’il sorte en poche, surement d’ici l’année prochaine.

    • La construction est vraiment originale et très pertinente pour nous faire découvrir toute l’histoire de la famille. J’espère que tu aimeras !

  4. Shocking ! Un roman américain durant le mois anglais !! 👿

    Bon, avec tout ça je ne sais pas si je le note ou pas. Tu as aimé, d’autres pas…. je me tâte et en public, ça fait mauvais genre ! 😆

      • Maiheu, non ! Même si tu n’es plus du comité (ce que je déplore toujours, je suis tenace, un jour, je t’aurai !) tu es obligée, en juin, de lire anglais… regarde la loi et l’article 221b, et tu verras que j’ai raison ! mdr

    • Oui, les avis sont très mitigés. J’y suis allée sans à priori et j’ai vraiment été séduite par ce roman et l’âpreté de son histoire.

  5. J’aime énormément Tracy Chevalier, et j’ai donc très envie de lire ce roman. Ton avis me rassure, car j’avais vu des impressions assez mitigées dessus.

  6. Pingback: A l’orée du verger / Tracy Chevalier | uncoindeblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s