Bilan livresque et films de janvier

janvier

Trois romans lus seulement en ce mois de janvier en raison d’un pavé, d’une fresque nommée « City on fire » et dont j’espère vous parlez très bientôt. J’ai compensé avec des BD de qualité dont mes très, très chers Vieux Fourneaux et un sympathique et maladroit renard.

Les films du mois de janvier ont été pour le moins éclectiques avec un gros coup de cœur :

160118_carol

Therese (Rooney Mara) est vendeuse au rayon jouets d’un grand magasin. C’est là qu’elle rencontre Carol (Cate Blanchett), venue chercher des cadeaux pour ses enfants. Elle oublie ses gants sur le comptoir. Therese lui fait renvoyer et c’est ainsi que commence leur histoire. « Carol » reprend ce qui m’avait séduit dans le sublime « Loin du paradis » (2002) : l’inspiration des mélos de Douglas Sirk, les deux personnages principaux que tout oppose et notamment leurs milieux sociaux respectifs, l’élégance de la mise en scène alliée à celles des costumes et des décors. Therese et Carol sont toutes deux prisonnières de leurs milieux, des préjugés de l’époque. Le film de Todd Haynes racontent leur émancipation aussi bien physique que morale. Les deux actrices sont sublimes dans des registres différents : Cate Blanchett incarne le contrôle, la perfection faite femme tandis que Rooney Mara est toute en timidité, maladresse et fragilité. Le prix d’interprétation au dernier festival de Cannes aurait du revenir aux deux actrices, l’une ne va pas sans l’autre. Un film parfaitement maitrisé, à l’esthétique somptueuse et dont le jeu des actrices est tout en nuances et en subtilité.

Et sinon :

  • « The Danish girl » de Tom Hooper : Einar Wegener (Eddie Redmayne) est peintre et il rencontre un certain succès avec ses paysages alors que sa femme Gerda (Alicia Vikander) peine à percer avec ses portraits. L’une de ses modèles venant à lui faire faux-bond, Gerda demande à son mari de poser pour elle, lui faisant enfiler un bas et une chaussure de femme. Einar prend plaisir à ce déguisement et petit à petit il va construire le personnage de Lili. Einar Wegener fut l’un des premiers hommes à se faire opérer pour devenir pleinement une femme. Nous sommes au Danemark en 1882 et la plupart des médecins le considèrent comme fou. Le film est donc l’histoire d’une naissance mais également de l’incroyable amour de Gerda pour son mari qu’elle accompagne à chaque étape. Le film est esthétiquement très pictural, un peu trop lisse et sage mais la prestation d’Eddie Redmayne est absolument remarquable.
  • « Les premiers, les derniers » de Bouli Lanners : Deux hommes, deux francs-tireurs sont en mission pour récupérer le portable de leur patron. Un couple de jeunes paumés est en possession du fameux objet sans se douter de son importance. Viennent se rajouter un homme énigmatique nommé Jésus et une bande de petites frappes qui fait régner sa loi dans la région. Rien à reprocher aux acteurs qui sont tous très bien et voir Albert Dupontel chez Bouli Lanners est un réel plaisir. J’aime la manière dont Bouli Lanners filme les paysages et les ciels comme de vastes étendues illimitées. Mais j’aurais aimé retrouver un peu du second degré et de l’humour de « Eldorado ».
  • « Gaz de France » de Benoît Forgeard  : Un nouveau président de la République (Philippe Katerine), anciennement chanteur,  a été élu mais sa côte de popularité a dégringolé très rapidement. Il tente de redresser la barre en participant à une émission avec des français mais au lieu de répondre il se met à chanter. Une cellule de crise se réunit alors à l’Élysée pour régler le problème, toutes les idées sont les bienvenues. « Gaz de France » est un petit film totalement farfelu, fantaisiste mais qui souligne bien à quel point la politique est actuellement vidée de son sens pour totalement laisser la place à la communication.
  • « Mistress America » de  Noah Baumbach : Deux potentielles demies sœurs font connaissance à New York : l’une est étudiante et se voudrait écrivain, l’autre papillonne de projet en projet sans aboutir à rien. Autant j’avais aimé la spontanéité et la légèreté de « Frances Ha », autant je me suis ennuyée en regardant le dernier film de Noah Baumbach. Pas foncièrement déplaisant, le film est surtout d’un vide abyssal, on ne comprend pas où veut en venir le réalisateur à part filmer son actrice fétiche Greta Gerwig.
Advertisements

14 réflexions sur “Bilan livresque et films de janvier

  1. Je ne connnaissais pas « Carol », je vais essayer de le voir.

    Et tu m’intrigues avec ta fresque, j’ai hâte de lire ton billet.

    • « Carol » est vraiment un très beau film que je ne peux que te conseiller. Il est tiré d’un roman d’ailleurs, il faudrait que je me penche sur la question…

  2. J’ai hâte de connaître ton avis sur City of Fire, j’envisage de le lire, mais j’aimerais bien savoir ce qu’il vaut avant de me lancer dans 1000 pages!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s