Splendeurs et misères-Images de la prostitution, 1850-1910-Musée d’Orsay

Splendeurs et misères. Images de la prostitution 1850-1910, Musée d’Orsay Paris

L’exposition « Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910 » vient de fermer ses portes. Elle montrait la fascination des artistes, peintres et écrivains, pour cette thématique. Paris était d’ailleurs à l’époque la capitale mondiale de la prostitution.

L’exposition m’a semblé très complète sur le thème abordé, les mouvements artistiques l’illustrant et les médiums exposés. Les œuvres présentaient en effet les différents aspects de la prostitution :

  • la prostituée occasionnelle en raison de fins de mois difficiles et d’une pauvreté galopante (les tableaux soulignent d’ailleurs l’ambiguïté de cette position comme le montre le tableau de James Tissot ou « L’attente » de Béraud)
TissotLa demoiselle de magasin-James Tissot
  • celle qui fait ce métier à plein temps et travaille dans la rue ou dans une maison close
the-salon-de-la-rue-des-moulins-1894Le salon-Toulouse-Lautrec
  • la cocotte ou demie-mondaine, les œuvres qui illustrent cette partie sont présentées dans un véritable boudoir recouvert de tapisserie et agrémenté de meubles ayant appartenu à l’une de ces prostituées de luxe.
Mlle de LanceyMlle de Lancey-Carolus Duran

Mais l’exposition n’en oubliait pas les conséquences ou les raisons de la prostitution. « La prune » de Manet ou « L’absinthe » de Degas montrent bien la tristesse, la désespérance de ces femmes.

degas.absinthe-2L’absinthe-Degas

« La mélancolie » de Picasso illustre le volet consacré à la prison de St Lazare où étaient enfermées les filles de rue. La prison servait également d’hôpital puisque les maladies vénériennes sont rapidement devenues un problème de salubrité publique.

mélancolieLa mélancolie-Picasso

L’exposition montrait un bel éventail d’artistes avec des peintres moins connus comme Beraud, Gervex, Valtat ou Forain et des grands noms comme Manet, Toulouse-Lautrec, Van Gogh, Picasso, Munch ou Van Dongen. Outre les tableaux, de nombreux objets étaient présentés comme le fauteuil de volupté du Prince de Galles, des cartes de visite promettant des massages thérapeutes, une canne de flagellation, un pique-couilles ou des préservatifs. Pour compléter l’ensemble, à l’abri de lourds rideaux rouges étaient présentés des photographies et des films pornographiques d’époque.

f1b3c432-fd48-11e4-88cc-06fdc3d62260Les jarretières violettes-Van Dongen

Manquant un peu d’homogénéité dans sa muséographie et d’un point de vue fort,  « Splendeurs et misères » reste une exposition intéressante abordant le sujet de la prostitution au travers de petits et grands maîtres et de nombreux objets émoustillant l’imaginaire des visiteurs.

challenge-lart-dans-tous-ses-c3a9tats-2015

 

 

Publicités

14 réflexions sur “Splendeurs et misères-Images de la prostitution, 1850-1910-Musée d’Orsay

    • Elle avait le mérite de traiter pleinement le sujet de couvrir une large période de temps. Je ne crois pas avoir été déjà déçue par une expo à Orsay.

  1. J’aurais beaucoup voulu la voir, mais je n’ai pas eu l’occasion ni le courage d’aller jusqu’à Paris…

  2. Je n’ai pas eu le temps de voir cette exposition, je le regrette mais on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut surtout quand on habite dans le Sud-Ouest

    • Malheureusement, il est difficile de tout voir et de tout faire.
      On devrait d’ailleurs remettre au goût du jour les pique-couilles, je ne suis pas sûre qu’aujourd’hui les prostituées aient de quoi se défendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s