And then there were none, BBC 2015

6056

Pour le 125ème anniversaire d’Agatha Christie, la BBC a tourné une adaptation des « Dix petits nègres ». L’histoire se déroule en 1939 et dix personnes d’horizons fort différents se font piéger sur une île du Devon par les mystérieux M. et Mme Owen.

Agatha-Christie-murder-And-Then-There-Were-None-BBC-UploadExpress-James-Rampton-627981

L’adaptation est dans l’ensemble très fidèle au roman, même dans son rythme. La série se découpe en trois épisodes avec un premier de présentation et de mise en place. Le début du roman est lui-même plutôt lent, il faut présenter chacun des dix personnages pour ensuite installer le huis-clos. Nous découvrons la visage de chacun au début de la série lorsque leurs noms sont tapés sur une machine à écrire. Ensuite nous les retrouvons dans le train, leur voiture, comme dans le roman, en direction de l’île. De judicieux flash-back nous permettront d’en savoir plus sur sur les crimes pour lesquels ils sont mis en accusation. Comme dans le livre, les événements s’accélèrent jusqu’au dénouement.

and-then-there-were-none-homepage-header

Dans cette adaptation, il y a quelques arrangements avec le livre qui ne sont pas dérangeants. La fin en fait partie  et c’est la plus grosse différence avec l’original. Sans en dévoiler trop, le roman se termine par une lettre jetée à la mer qui explicite longuement ce qui s’est déroulé sur l’île. Très explicative, très détaillée, cette fin n’aurait pas été très télégénique et je trouve le choix de la scénariste astucieux et pertinent. Certains meurtres sont également modifiés, ceux perpétrés par M. Rogers et le général MacArthur. Ils sont plus violents, plus directs comme pour les empêcher de se trouver des excuses. C’est un peu dommage car c’était l’intérêt du roman d’interroger son lecteur sur la nécessité d’un châtiment pour certains personnages. Mais le seul vrai défaut pour moi de cette adaptation est la relation entre Vera et Philip Lombard, les faire coucher ensemble est totalement inutile et n’apporte rien.

And-Then-There-Were-None

Je chipote, je chipote car « And then there were none » est parfaitement réussie. La tension psychologique et physique est parfaitement présente dès le début et ne se relâche à aucun moment. La photographie, les décors et la réalisation sont particulièrement soignés. Et que dire du casting cinq étoiles ? Charles Dance, Sam Neil, Anna Maxwell Martin, Miranda Richardson, Toby Stephens, Douglas Booth, Aidan Turner, pour ne citer que les plus connus, sont tous impeccables dans leurs rôle respectif, leur performance fait tout le sel de ce glaçant huis-clos.

And-Then-There-Were-None (1)

La BBC nous offre ici ce qu’elle sait faire de mieux : une adaptation soignée, parfaitement maîtrisée au casting de haute volée. A voir absolument.

Logo by Eliza

Publicités

21 réflexions sur “And then there were none, BBC 2015

  1. Honnêtement, les libertés prises avec un tel roman, et surtout sur son dénouement, me feraient plutôt fuir à vrai dire….

    • C’est juste la façon dont nous est révélé le fin mot de l’histoire qui est changé pas l’intrigue elle-même. Le scénario est vraiment très fidèle au roman, ce sont des petits détails qui changent mais qui ne modifient en rien l’atmosphère ou l’histoire.

      • Absolument ! Je ne sais pas si tu regardes, mais elle est en train de diffuser une adaptation de Guerre et Paix et pour l’instant, j’aime beaucoup (je n’ai pas lu le livre ;)).

        • Mais je regarder aussi l’exceptionnelle adaptation de War & peace !!! C’est un bonheur absolu de la regarder, je ne lui trouve que des qualités.

  2. J’ai aimé la fin car c’est plus judicieux et plus sombre dans la série que dans le roman et celui qui nous la livre est magnifique dans le rôle assigné. C’est limite horrible, cette fin, ça colle des frissons partout et j’ai adoré.

    Le fait que les deux couchent ensemble renforce, pour moi, l’impression que pourrait avoir les autres de complicité. Le médecin voulait bien faire équipe avec le juge, là, les autres se sentent un peu lésé d’en voir deux se rapprocher ainsi. Surtout quand tu es la 5ème roue du carrosse. Plus fort aussi pour la scène de la plage, c’est plus difficile de… l’homme avec lequel tu as partagé une nuit torride, non ?? 😆

    • Je suis entièrement d’accord avec toi sur la fin, elle est bien plus sombre que dans le livre.
      Par contre, je ne suis toujours pas convaincue par le fait de faire coucher ensemble Lombart et Vera. Le rapprochement entre les deux étaient suffisant sans cette scène et créait déjà de la suspicion auprès des autres personnages.

      • Le final entre tu sais qui et tu sais qui, en équilibre instable était à se damner. Magnifique !

        Moi, à la place de Vera, j’aurais couché depuis longtemps avec Lombart… mais ceci n’est que mon point de vue, sur le fait d’un rapprochement plus physique entre les deux protagonistes, et puis, de nos jours, faut de la mort et du sexe.

  3. Cette adaptation a l’air passionnante. J’avais déjà beaucoup aimé celle de « Partners in crime » … Il faut que je trouve la VOST et je saute dessus 🙂

    • J’ai également beaucoup apprécié « Partners in crime », la BBC nous gâte cette année ! J’espère que tu vas la trouver rapidement, si tu as du mal, fais-moi signe je l’ai en vostfr.

  4. Pingback: A year in England – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  5. Pingback: Un tag : petites manies de lectrice | Plaisirs à cultiver

  6. Pingback: Un tag : petites manies de lectrice | Plaisirs à cultiver

  7. Pingback: Deux séries de fin d’année sur la BBC | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s