Une photo, quelques mots (204ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

image11© Ada

Je connais chaque recoin de cette chambre, chaque spirale du dessin de la moquette, chaque pli du rideau, chaque étagère de l’armoire, chaque marque sur le mobilier. Tout m’est profondément familier. Cela fait dix ans que je viens dans cette chambre d’hôtel. Quatre à cinq fois dans l’année, nous nous retrouvons ici, dans la même chambre. On dit que les marins ont une femme dans chaque port. Je suis l’une d’entre elles.

Je n’ai jamais osé lui demander combien d’autres femmes l’attendaient aux autres escales. Le temps était trop précieux, chaque minute avec lui comptait. Il valait mieux les passer à s’aimer qu’à se disputer. Un accord tacite entre nous : pas de question sur nos vies respectives en dehors des moments que nous passions ensemble. Sauf que moi, je ne vivais que pour ces heures passées au creux de son épaule. Le reste de ma vie me paraissait fade en comparaison, comme une photo aux couleurs passées.

Dix ans à essayer de ne rien espérer d’autre de cet homme. Dix ans à l’attendre, à guetter l’arrivée de son cargo. Dix ans à me réveiller dans cette chambre, après trois jours passés avec lui, et à trouver les draps froids à côté de moi. Dix ans à regarder par la fenêtre son bateau lentement s’éloigner au large. Dix ans… Comment ai-je pu supporter cette situation aussi longtemps ?

Aujourd’hui, ma patience est à bout. Je ne peux plus continuer. Son odeur, la chaleur de ses bras, son rire éclatant, sa bouche pulpeuse me manqueront. Mais aujourd’hui, je fuis pour me sauver, pour m’offrir une autre vie. Aujourd’hui, c’est lui qui trouvera des draps froids et le vide à ses côtés.

une-photo-quelques-mots-atelier-décriture-en-ligne-300x199

Advertisements

30 réflexions sur “Une photo, quelques mots (204ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

  1. Joli texte. Merci de ce moment… Poésie, verbe et belle chute. Un bon moment d electure.
    Mon texte est dans la liste… Le trouveras-tu ??

    • C’est marrant, j’ai pensé à toi en l’écrivant ! Parfois il faut du temps pour se décider, pour se sentir prêt à changer de vie. C’est compliqué parfois de se défaire d’un lien sentimental puissant.

  2. Il faut parfois du temps pour cesser d’avoir la vertu des femmes de marin… Un joli compliment : ça m’a fait penser à « dis quand reviendras-tu » de Barbara. Je suis contente qu’elle ait eu le courage. Un très beau texte

  3. Ton texte me rappelle une chanson de Jeanne Cherhal dans laquelle une femme rejoint régulièrement son amant dans une chambre d’hôtel. Elle aussi souffre beaucoup.

  4. Joli texte,émouvant…..Tant que cela la rendait heureuse pourquoi pas….Le bonheur ne se mesure pas forcément à la quantité….Mais le moment semble venu où le rapport entre la joie et la peine s’est inversé…..

  5. un très beau texte ! concis et à la fois fort et tellement juste dans les émotions ! Je souhaite à ta narratrice un avenir plus constructif sur les 10 prochaines années, même si elle a parfois profité, même épisodiquement, sur les 10 dernières. merci pour ce texte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s