Passé imparfait de Julian Fellowes

9782264065018

Recevoir une invitation de Damian Baxter après plus de quarante ans de fâcherie fut une surprise pour le narrateur de « Passé imparfait ». Par curiosité, il se rend au rendez-vous et découvre un Damian au seuil de la mort. Celui-ci a besoin de son ancien ami pour réaliser une mission : retrouver son enfant dont il a appris l’existence par le biais d’une lettre anonyme. La mère est forcément une des conquêtes de Damian à l’époque où ils étaient amis à la fin des années 60. Notre narrateur devra donc retrouver ses anciennes camarades qu’il n’a plus jamais revues après les évènements survenus lors de vacances au Portugal en 1970.

Scénariste de « Gosford Park » et créateur de « Downton Abbey », Julian Fellowes s’intéresse dans ce roman au même milieu, le sien, celui de l’aristocratie anglaise. A la fin des années 60, pendant que le Swinging London battait son plein, l’aristocratie anglaise tachait de sauver les meubles. Sentant la fin de leurs privilèges arriver, la haute société anglaise organisait la saison des débutantes. Les mères tentaient de marier leurs filles à de beaux partis avant que leurs propres comptes en banque ne s’assèchent. De tea parties en réception à Ascot, Julian Fellowes nous montre la fin d’un mode de vie, d’une noblesse anglaise qui n’allait pas résister aux capitalistes aux dents longues. Damian Baxter semble être l’un d’entre eux. Loin de faire partie de ce monde, il va y entrer de force, gâchant parfois les fins de soirées où il n’a pas été invité. Un ver infiltré dans la pomme. Le narrateur commence à l’admirer avant de le détester totalement d’autant plus que tous deux convoitent la même jeune femme.

Mais le cœur du roman de Julian Fellowes est le temps et il est finalement très proustien. Le narrateur (qui n’a pas de nom comme celui de la « Recherche du temps perdu » et qui est lui aussi écrivain) est plongé dans son passé à la recherche de ce qu’il a vécu, de ce qu’il était. Ses souvenirs, comme ceux de Marcel Proust, redonnent vie à une société, à des mœurs aujourd’hui disparues. Son regard, mâtiné de regrets, est lucide et acide sur cette société sur le point de s’éteindre. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit du temps de sa jeunesse, des espoirs en l’avenir, des possibles qui semblent infinis. Et, malgré leurs destinées parfois douloureuses, les protagonistes de l’histoire resteront figés dans les souvenirs du narrateur dans leur juvénilité et leur beauté.

« Passé imparfait » est le portrait de la bonne société anglaise de la fin des années 60 en train de s’éteindre. Un monde que Julian Fellowes connaît parfaitement et qu’il décrit finement. Malgré quelques longueurs et répétition dans la construction, « Passé imparfait » reste un livre délicieux à parcourir.

Logo by Eliza

Advertisements

24 réflexions sur “Passé imparfait de Julian Fellowes

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman. Etant donné que je n’ai (encore ?) jamais lu Proust, je n’aurais pas pensé à cette comparaison mais c’est très intéressant !

  2. Il est dans ma PAL, je le lirai sans doute dans plusieurs mois faute de temps, mais c’est bien de savoir qu’il est pas mal 🙂

  3. J’ai beaucoup aimé ce roman. Je ne saurais juger sa qualité littéraire, mais son univers m’intéresse. J’ai passé de très belles heures en compagnie de ces personnages.

    • J’aime beaucoup également son univers que l’on retrouve bien dans Downton Abbey ou Gosford Park. C’est toujours un monde qui s’éteint, le sien en l’occurrence.

  4. J’ai eu envie de lire pendant longtemps mais plusieurs billets mitigés voire négatifs m’en avaient découragée…du coup je le renote sur ma liste !

    • Ce n’est pas un roman qui va révolutionner la littérature. Mais c’est un livre très honnête, agréable à lire et j’aime beaucoup son univers.

    • Tu me connais Keisha, je vois Proust partout ! Non, mais sans blaguer, je trouve le procédé identique : se plonger dans ses souvenirs pour faire revivre une société disparue. Il n’a pas le talent de mon cher Marcel mais c’est un livre charmant.

  5. Tu me tentes beaucoup avec cet univers aristocratique anglais et cette question cruciale du temps ! Les longueurs me tentent beaucoup moins par contre, mais je prendrai quand même le risque !

    • Ah oui, je n’ai vraiment pas utilisé les bons arguments pour te séduire ! La thématique m’a fait penser à Proust mais l’écriture n’a rien à voir.

  6. Pingback: A year in England – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s