Une photo, quelques mots (187ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

atelier-ecriture-mer

L’été s’achève. Dernier jour de congé sur cette plage de l’Atlantique où je viens de passer trois semaines. Ma peau est encore chaude des heures passées à lire sur le sable. Mes cheveux sont rêches, asséchés par les plongées en eau de mer.

Bientôt mon horizon va se rétrécir. Bientôt mon nez ne sera plus caressé par l’odeur des embruns. Il faut plier bagage, rassembler les affaires semées aux quatre coins de la maison de famille. Il faut s’éloigner du large, à défaut de le prendre, pour rejoindre la cohorte morose des voyageurs matinaux du RER B. Il faut oublier le temps qui s’écoule lentement au rythme de mes envies pour retrouver la tonitruance de la sonnerie du réveil, le décompte implacable de mes heures, volées par la badgeuse. Tout ce temps que je passe à gagner ma vie, tout en la perdant, derrière les quatre murs d’un bureau, dans un immeuble anonyme à l’architecture grise.

La valise est bouclée. Sur la desserte de l’entrée, trônent les billets de train comminatoires. Comme à la veille de la rentrée lorsque j’étais enfant, une boule d’angoisse m’étreint. Le même cri qu’alors, inutile et vain, veut sortir de ma bouche : je ne veux pas y aller !

Mais je ne suis plus une petite fille, personne ne va me traîner demain matin jusqu’à l’entrée de mon travail. Je suis toute seule à décider. Et cette fois, ma décision est prise : je reste ici et je démissionne !

une-photo-quelques-mots-atelier-décriture-en-ligne-300x199

Advertisements

37 réflexions sur “Une photo, quelques mots (187ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

  1. J’aime beaucoup l’expression « Tout ce temps que je passe à gagner ma vie, tout en la perdant »

    De grosses bises

    • Merci Stephie, c’est souvent l’impression que j’ai quand je suis au boulot ! Tant de livres à lire, de films à voir, de musées à visiter, j’ai mieux à faire que de bosser ! 😉

  2. C’est tellement dur de passer de ce temps de « vacance » à celui, minuté du travail ! Je crois que cette boule d’angoisse ne disparaît jamais…

    • Tu as raison, je crois aussi que la boule d’angoisse sera toujours le signe de la fin des vacances et qu’il est bien difficile de dire au revoir à la liberté des vacances.

    • J’ai toujours préféré la cigale à la fourmi et j’ai toujours trouvé de La Fontaine était beaucoup trop dur avec elle. Il faut bien profiter de la vie !

  3. Tout comme Stéphie! A te lire, je prends conscience de ce qui m’a sans doute amené à inverser la situation; travailler dans une contrée exotique et passer mes vacances à Paris ou dans une grande ville.

    • C’est vrai que c’est un postulat intéressant, tu n’as du coup que le plaisir de la capitale et pas les agacements du quotidien. C’est une belle solution que tu as trouvée !

  4. J’aime beaucoup l’accumulation des « il faut ». Les « il faut » c’est tellement faux, rien ne oblige jamais à… Ils sont joliment contrebalancé par « Je suis toute seule à décider ». Joli texte, jolie chute.

  5. J’adore la chute ! En quelques mots, tu as réellement su installer l’état d’esprit de la narratrice… Bravo 😉

  6. Je me suis vraiment reconnue au début du texte ! Oui, j’aurais bien aimé arrêter le temps moi aussi, tiens, voire même le changer. Mais bon, c’est une autre histoire ! 😀

    De belles expressions « gagner son temps tout en le perdant », oui exactement.

    • C’est d’autant plus vrai pour toi qui continue à faire la rentrée des classes ! C’est un tel sentiment de liberté et de bonheur lorsque les vacances arrivent et elles passent si vite, si vite…

  7. Mais oui ! Elle a bien raison ! Il faut savoir faire des choix, les assumer pour être heureux ! J’aime beaucoup sa réflexion et sa décision.

  8. Je compatis ! J’ai la chance d’aimer mon travail, et j’habite en campagne.
    Et je suis toujours ébahie par ceux capables de prendre de telles décisions.
    Emotions bien communiquées !

    • Après, on peut être très heureux aussi à Paris ! Ce qui est pénible c’est l’installation de la routine et un boulot qui ne passionne pas. Merci Adèle !

  9. Hahaha ! J’adore la fin 🙂 J’ai repris depuis trois semaines, et mardi (je n’y vais pas tous les jours), je me suis sentie agressée par le métro, le bruit, les klaxons, les gens qui bousculent… (et je me suis perdue dans le rer jeudi dernier Oo). Je comprends donc ton personnage 😉

    • Déjà, tu as de la chance de ne pas y aller tous les jours, c’est moins stressant du coup. C’est vrai que le retour en région parisienne peut être pénible. Cette année je suis rentrée en août et c’était agréable car Paris était encore vide. Mais je ne me plains pas, je ne prends pas le RER ! 😉 Merci Estelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s