Bilan plan Orsec et films d’août

Août

Après un mois de juillet pléthorique, retour à la normale avec cinq livres lus et une bande-dessinée. Comme vous pouvez le constater, toutes ces lectures sentent bon les États-Unis et l’arrivée du mois américain ici-même. Je vous retrouve donc, avec plaisir, à partir du 1er septembre pour parler de culture américaine.

amarica

Un mois d’août un peu morose au niveau cinématographique, pas vraiment de coups de cœur mais des films néanmoins intéressants, très différents les uns des autres et dont deux sortent un plus du lot.

surlaligne

Dans les années 80 en Tchécoslovaquie, Anna est acceptée dans l’équipe nationale d’athlétisme. Elle court le 200 mètres. A l’époque, les athlètes communistes doivent être les meilleurs, peu importe de quelle manière. C’est ainsi qu’Anna reçoit des piqûres d’anabolisants. Elle fait un grave malaise suite à cela mais sa mère veut à tout prix qu’elle soit qualifiée aux Jeux Olympiques. L’ambiance de l’ancienne Tchécoslovaquie est parfaitement rendue, l’inquiétude sourd de chaque situation. La pression mise sur les épaules d’Anna est implacable, elle doit choisir entre son rêve sportif ou sa santé. La force et l’intégrité de la jeune femme sont absolument remarquable. De son côté, sa mère tente de faire en sorte que sa fille puisse s’enfuir à l’ouest, s’échapper de ce pays sans avenir. Sans pathos, Andrea Sedlackova nous montre ce qu’était la vie d’une jeune sportive dont les espoirs sont gâchés par la dictature.

jesuismort

Après la mort de leur chanteur, un groupe de vieux punks décide de faire quand même leur tournée aux États-Unis avec lui. Il leur faut tout d’abord récupérer l’urne funéraire chez le frère du défunt, un riche bourgeois très éloigné des idéaux de notre bande (la scène est absolument irrésistible). Nos amis découvrent ensuite que leur chanteur vivaient depuis des années avec un militaire. Ce dernier veut les suivre aux USA. La cohabitation s’annonce difficile. Voilà un petit film hautement sympathique, totalement loufoque comme nos amis belges savent l’être. Un film plein de tendresse sur l’amitié avec Bouli Lanners qui est comme toujours parfait.

Et sinon :

  • « Coup de chaud » de Raphaël Jacoulot : Dans un petit village de campagne, la chaleur et la sécheresse commencent à échauffer les esprits. Le jeune Josef Bousou, simplet et en marge, n’arrange rien. Il vole, est intrusif et violent. Il ne tarde pas à devenir le bouc-émissaire de tous les problèmes rencontrés par les habitants du village. Les instincts primitifs remontent, le vernis social s’effrite et le malaise s’installe. Raphaël Jacoulot sait parfaitement rendre celui-ci, il suinte et nous met mal à l’aise. Le découpage du film est très intéressant notamment par ses ellipses. Le casting est impeccable. Mais le scénario est sur certains points trop évident ce qui a un peu gâché mon plaisir.
  • « La femme au tableau » de Simon Curtis : Après une modification des lois autrichiennes sur la restitution des œuvres d’art aux juifs, Maria Altmann se met en contact avec un jeune avocat pour savoir si elle a une chance de récupérer les tableaux familiaux. Parmi eux se trouve un chef-d’œuvre de Klimt : le portrait d’Adele Bloch-Bauer, la tante de Maria. C’est le tableau le plus connu et le symbole du musée du Belvédère de Vienne. Autant dire que Maria et son avocat ne sont pas au bout de leurs peines. Film très hollywoodien, un peu longuet, il vaut essentiellement pour la prestation de la toujours impeccable Helen Mirren. Ryan Reynolds est transparent et manque singulièrement de charisme à ses côtés. Reste le portrait d’Adele Bloch-Bauer d’une beauté à couper le souffle.
  • « Aferim ! » de Radu Jude : En 1835 en Valachie, Costantin et son fils sont chargés, par le maître du domaine où ils travaillent, de ramener un esclave en fuite. Ce dernier a couché avec sa femme. Nous sommes dans un western en noir et blanc avec chevaux, grands espaces et chasseurs de primes. Le fugitif est tsigane et sa situation résonne fortement avec l’époque contemporaine. La haine des roms ne datent pas d’hier comme nous le montre Radu Jude. Un film cru, dur mais qui évoque également l’univers foutraque de Emir Kusturica.
  • « While we’re young » de Noah Baumbach : C’est l’histoire d’un couple de bobos new-yorkais qui ne veut pas vieillir. Josh était un documentariste plein de promesses qu’il croit toujours pouvoir tenir à 40 ans passés. Sa femme, Cornelia, ne veut pas avoir d’enfants et se moque de ses amies devenues mères. Ils rencontrent un jeune couple avec qui ils vont se mettre à passer tout leur temps. Le mimétisme se fait de part et d’autre, le couple de quarantenaires cherchent à rajeunir tandis que les jeunes cherchent de la crédibilité. Un jeu de dupes auquel se rajoute une histoire de documentaire truqué. Ce film n’a pas la fraîcheur de « Frances Ha », pas l’humour de Woody Allen mais reste plaisant à regarder grâce à sa belle brochette d’acteurs.
Publicités

18 réflexions sur “Bilan plan Orsec et films d’août

  1. Je n’avais pas entendu parler de Sur la ligne, je ne sais pas s’il est sorti près de chez moi, mais en tout cas, il me tente bien (dis celle qui est en train de regarder les championnats du monde d’athlé).

    • C’est une autre façon de parler de la dictature communiste et les deux actrices sont vraiment excellentes. Si tu as l’occasion, le film vaut le coup.

    • Oui, je suis très en avance ce mois-ci !!! Il fallait que je le case avant le début du mois américain et je ne vais pas finir mon livre en cours d’ici là. Je me doute que tu trépignes d’impatience vilaine Belette !!!

      • Je ne saurais pas être aussi productive qu’en 2014, hélas pour moi, hourra pour toi… :'(( J’ai publié la liste dans laquelle je vais puiser, mais hormis du temps que j’aurais en plus, je ne saurai jamais battre ou égaler mon score de 2014 qui était de 36 fiches.

        Mon bilan mensuel sera pour lundi ou mardi ;-))

  2. J’ai aussi quelques billets en préparation pour le mois américain. Pas le Brian Morton que j’ai déjà commenté…
    Quant au ciné, j’y suis allée encore moins que toi, mais ai apprécié While we’re young, pas un chef d’œuvre mais on passe un bon moment, et il est bien joué.

    • Zut, j’ai raté ton billet sur Florence Gordon, il faudra que j’aille te lire.
      Entièrement d’accord avec toi sur While we’re young, un film tout à fait plaisant à regarder mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

  3. Je ne sens pas d’enthousiasme pour le mois américain de septembre 2015 au point que j’ai pensé qu’il était annulé ou reporté.

    • Est-ce que tu es sur la page facebook du mois américain Denis ? Il y a toujours moins de participants au mois américain qu’au mois anglais. Et comme il y a eu les vacances, il a été peu annoncé sur les blogs. J’attends tes billets Denis !!!

  4. pas grand chose à se mettre sous la dent au cinéma cet été, j’ai aussi été voir Coup de chaud et j’ai bien aimé le rythme du film, les acteurs et les personnages.

    • J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de choses intéressantes dans Coup de chaud et le casting en fait partie. Il y a juste des petites faiblesses dans le scénario mais dans l’ensemble c’est un bon film.

  5. Pingback: Mois américain avec Titine | PatiVore

  6. Bonsoir Titine, pas mal de films en commun même Aferim (je n’ai pas écrit de billet dessus). Ce film roumain est très particulier avec des personnages racistes. La vie en Roumanie au XIXème siècle n’était pas rose. Pour La femme au tableau, H. Mirren est impériale. Je suis mort mais j’ai des amis vaut le coup pour Bouli Lanners. Enfin, Coup de chaud: bien mais j’ai été un peu déçue par la fin. Bonne soirée.

    • C’est sûr que Aferim! ne donne pas envie d’aller vivre en Roumanie !!! Finalement, nous avons vu beaucoup de films sauvés par leurs acteurs cet été ! Et je suis d’accord pour la fin de Coup de chaud, elle était trop évidente malheureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s