Catharsis de Luz

couve_catharsis_tel-600x814

« Catharsis » est bien le terme qui exprime ce que Luz a voulu faire avec cette bande dessinée et son utilité pour lui. Après les attentats de Charlie-Hebdo, auxquels Luz échappa grâce à l’achat d’une galette des rois, le dessinateur n’arrivait plus à pratiquer son art. Ne sortaient de son stylo que de petits personnages aux yeux gigantesques, images de la sidération de Luz face à la mort violente de ses amis. Le dessin est revenu peu à peu et il exprime toute la douleur, la culpabilité d’être encore en vie.

mep-catharsis-7-tel

Luz raconte dans « Catharsis » le jour de l’attentat (le jour de son anniversaire) et la vie d’après, celle des médias, des gardes du corps, de l’angoisse qui le tenaille sans cesse (pour l’apprivoiser, Luz l’appelle Ginette !) et du deuil impossible (très belles pages intitulées « Faut que je te raconte » où Luz discute devant la tombe ouverte de Charb comme pour achever un dialogue brutalement interrompu).

ginette

Mais il y a aussi de la lumière dans « Catharsis », des frémissements de retour à la vie : la lecture de « Shining » qui fait taire Ginette, un rêve autour de l’architecture de Frank Lloyd Wright, l’évasion imaginaire de la surveillance des gardes du corps et surtout l’amour. La compagne de Luz est très présente dans l’album et c’est sa présence, ses caresses qui ramènent le dessinateur du côté de la vie.

catharsis-p40-hd-tt-width-700-height-949-bgcolor-FFFFFF

« Catharsis » est un album douloureux, désespéré mais il est également empreint de poésie, d’espoir. Jamais larmoyant, il montre juste un homme essayant de rester debout.

Merci au site de bandes dessinées en ligne Sequencity pour cette lecture.

Logo Sequencity

Publicités

14 réflexions sur “Catharsis de Luz

  1. Rho il me met à moitié les larmes ton billet … c’est très beau et une fois n’est pas coutume je note une BD. Quand tu penses que depuis, il a, je crois, laissé ses responsabilités au sein du journal, je trouve très belle cette démarche. Il y aura pour nous tous un avant et un après 7 janvier, mais pour lui plus que tout autre c’est évident.

    • C’est vraiment très beau ce qu’il exprime dans cette BD et il n’est à aucun moment dans le pathos. Devoir sa vie à une galette des rois, c’est tellement dingue et impensable.

  2. Je ne sais pas si j’ai envie de lire cette BD. Surtout, justement, parce que ça touche à l’intime du dessinateur forcément… et que j’ai du mal avec ces lectures-là

    • C’est fait avec beaucoup de pudeur je trouve, c’est un retour douloureux à la vie grâce à l’amour. J’aurais pensé que ça t’aurait plu mais c’est vrai que c’est une BD vraiment très personnelle.

  3. Pingback: Catharsis – Luz | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Catharsis, Luz | Bric à Book

  5. Pingback: Catharsis – Luz – White Pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s