Pietra viva de Léonor de Récondo

pietra-viva,M117935

Au printemps 1505, Michelangelo est touché par la mort d’un jeune moine Andrea. Le sculpteur fréquentait le couvent où les moines lui permettaient de disséquer des corps. Il était également fasciné par la beauté angélique d’Andrea. Le chagrin le fait s’éloigner de Rome. Il prend la direction de Carrare où il doit choisir des marbres pour la dernière commande du pape Jules II ; Michelangelo doit réaliser son tombeau. Il passe six mois dans la carrière pour sélectionner les plus belles pierres, les plus pures. Sa connaissance du marbre le rapproche des carriers. Il partage leur quotidien dans la poussière de la pierre, partage leur amour pour la beauté des montagnes. Le solitaire et ombrageux sculpteur, qui ne cesse de questionner la disparition d’Andrea, se laisse approcher par les habitants. Il y a là Cavalino qui se prend pour un cheval et surtout Michele, un enfant qui vient de perdre sa mère et qui se prend d’amitié pour l’artiste. La douceur de l’enfant ravivera les souvenirs de Michelangelo, l’éloignera de ses sombres pensées.

Comme il est périlleux d’écrire sur ce monument de l’art de la Renaissance ! Mathias Enard avait déjà choisi le sculpteur comme personnage principal de son roman « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ». Il avait choisi un épisode peu connu et peu documenté de la vie de l’artiste. Léonor de Récondo se glisse elle aussi dans les interstices de la biographie de Michelangelo. Comme chez Mathias Enard, le début du roman nous montre un Michelangelo solitaire, colérique, tourné uniquement vers sa recherche de la beauté, la perfection de son art. C’est dans ses rencontres avec les habitants des carrières que se place toute la sensibilité de l’auteur. Le sculpteur, ébranlé par la mort du jeune Andrea, apprend à écouter les autres, à les prendre en considération. Léonor de Récondo propose très joliment de sortir Michelangelo de ses ténèbres intérieures, de l’amener doucement vers la lumière, vers l’altérité.

La beauté est le cœur de ce roman et au cœur de la vie de Michelangelo. Le corps, notamment celui d ‘Andrea, n’est que sensualité et perfection. C’est ce que cherche à sublimer le sculpteur dans son travail du marbre, sa raison de vivre. Et la beauté est également celle des paysages qui entourent les habitants de Carrare et qui est parfaitement rendue par Léonor de Récondo : « Lorsqu’il arrive à la carrière ce jour-là, il est parmi les premiers. Le soleil se lève à peine. La lumière dorée de septembre embrase la végétation et les parois de marbre découpées. L’endroit est sublime. L’harmonie de ses proportions est ici naturelle. S’il doit concevoir un jour une église, il puisera son inspiration directement ici, au sein de cette carrière où la nature élève la pierre avec tant de grâce. »

C’est avec douceur, limpidité et musicalité que Léonor de Récondo nous raconte les six mois que Michelangelo passe à Carrare. Elle imagine un artiste sensible, douloureux mais capable de voir l’humanité de ceux qui l’entourent. Un beau et lumineux moment littéraire.

Advertisements

18 réflexions sur “Pietra viva de Léonor de Récondo

  1. Je l’ai lu et pas chronique l’an dernier. Je l’avais trouvé un peu fade à côté de celui de Mathias Enard. J’avais été déçue mais je pense que j’en attendais trop et que ce n’était pas le bon moment. J’avais été déçue mais je pense que j’en attendais trop et que je suis peut-être passée à côté… 😣☺️😊

    • Les deux romans sont vraiment très différents, celui ci est plus doux, plus mélancolique alors que celui de Mathias Enard est plus ténébreux, brûlant.

  2. J’ai découvert Léonor de Récondo avec ce beau roman il y a quelques mois. Et son dernier roman, Amours, est encore mieux ! Miam !

  3. Mon préféré de l’auteur, et je ne le compare absolument pas à celui de Mathias Enard, ils ont chacun leurs qualités, leur valeur propre. Celui-ci restera vraiment gravé dans ma mémoire par sa sensualité (tous les sens mis en éveil pour replonger dans l’enfance, faire enfin le deuil de la mère), son côté très intimiste (et cependant universel). L’auteure est vraiment charmante en plus.

    • Je te rejoins totalement sur le fait qu’il ne faut pas comparer les deux romans tant ils sont différents. J’ai apprécié les deux pour des raisons très différentes. Et je suis d’accord sur Leonor de Récondo, elle est absolument charmante, souriante et abordable.

  4. C’est une romancière que j’ai très envie de découvrir, peut-être avec ce titre ou son dernier roman qui me tente bien aussi, je n’ai pas lu le Mathias Enard non plus !

    • Je sais que tu as publié ton billet sur Amours mais étant donné ma connexion pourrie sur mon lieu de vacances, je n’ai pas encore le plaisir d’aller te lire ! J’espère que tu as aimé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s