François Truffaut à la cinémathèque

exposition-truffaut-dossier-de-presse_0

 La cinémathèque française nous propose une belle exposition consacrée à François Truffaut jusqu’à la fin du mois de janvier. Cet évènement vient célébrer le trentième anniversaire du réalisateur mort en 1984 à l’âge de 52 ans. L’exposition montre parfaitement la passion totale qu’avait François Truffaut pour le cinéma. Il fut un spectateur assidu, un critique féroce, un réalisateur (21 films et quelques courts métrages) et un acteur (« L’enfant sauvage », « La nuit américaine » ou encore « Rencontres du troisième type » de Spielberg). Sa vie entière est un hymne au cinéma. On le sait également hommes de lettres, nombre de ses films furent tirés de romans (« Jules et Jim », « Les deux anglaises et le continent », « Tirez sur le pianiste » par exemple). L’exposition présente de très nombreux documents : extraits de films, scenarii annotés, photographies, lettres ou textes concernant son travail, costumes, etc… François Truffaut gardait tout !

photos

Son amour du cinéma naît très tôt, dès l’enfance. Une section de l’exposition est consacrée à cette partie essentielle de la vie de Truffaut et qui occupera un grand nombre de ses films (« Les 400 coups », « L’enfant sauvage », « Les mistons » ou « L’argent de poche »). François Truffaut faisait l’école buissonnière avec son camarade Robert Lachenay pour aller au cinéma. Il a conservé de cette époque des programmes de cinéma, ses carnets où il notait les films qu’il voyait. Les deux compères fondèrent un ciné-club mais les dettes s’accumulèrent rapidement. C’est pour cette raison que Truffaut fût envoyé en camp de redressement comme le jeune Antoine Doinel dans « Les 400 coups ».

Antoine

La section suivante est consacré au travail de critique de cinéma dans l’hebdomadaire Arts et surtout dans les Cahiers du cinéma. Comme toujours, Truffaut fut précoce et écrivit une centaine de critiques entre 1953 et 1968. Son livre d’entretiens avec Alfred Hitchcock date de 1966. L’article de Truffaut sur le cinéma français des années 40 qualifié de « cinéma de papa » fit grand bruit et on le considère comme fondateur du mouvement de la nouvelle vague.

cahiers

En 1957, François Truffaut créa les films du carrosse (en hommage à Jean Renoir), sa maison de production qui lui permit de réaliser son premier court métrage et surtout son premier film « Les 400 coups ». Le succès est immédiat et il obtint en 1959 le prix de la mise en scène à Cannes à l’âge de 27 ans. « Les 400 coups » est le premier film d’une série de 4 films et un court métrage dans un film à sketches. Une large section de l’exposition est bien entendu consacrée à ce travail unique dans l’histoire du cinéma et s’intitule « L’éducation sentimentale ». Pendant 20 ans, on voit grandir le personnage d’Antoine Doinel (magnifiquement interprété par Jean-pierre Léaud mais faut-il le rappeler?) : de son enfance malheureuse à ses nombreux déboires et hésitations sentimentaux.

Doinel

Dans le même esprit, la salle suivante est consacrée à la passion amoureuse qui occupe de manière centrale les films du réalisateur. François Truffaut aimait passionnément les femmes et ses actrices. Cet amour inconditionnel et sans limite est visible dans des films comme « La femme d’à côté », « La peau douce » ou « L’homme qui aimait les femmes ». Dans « Adèle H », c’est l’héroïne qui devient folle d’amour à cause d’un beau lieutenant.

ni avec toi ni sans toi

La fin de l’exposition est dédié aux prix, hommages et pérennité du travail du réalisateur.

L’exposition de la cinémathèque est très riche et extrêmement bien documentée. Y transparait parfaitement la passion entière de Truffaut pour le cinéma. Dans mon cas, cette exposition restera teintée d’émotion car le jour où je l’ai visitée avait lieu une visite présidentielle. Accompagnant le président de la République et le directeur de la cinémathèque, Jean-Pierre Léaud, incarnation vivante et presque fantomatique du travail de François Truffaut.

Léaud

image

Publicités

6 réflexions sur “François Truffaut à la cinémathèque

    • J’aime vraiment beaucoup les expositions de la cinémathèque, la scénographie est vraiment très réussie. Et puis, c’est Truffaut, c’est forcément intéressant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s