Avis à mon exécuteur de Romain Slocombe

slocombe

Le lundi 10 février 1941, un homme est retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel. La police conclut au suicide. Quelques années après, un manuscrit est retrouvé dans une poubelle. Il est intitulé « Le grand mensonge » et a été écrit par un certain Victor Krebnistky, ancien agent du renseignement soviétique. Il est rapidement établi que c’est Victor qui a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel. La thèse sur les causes de son décès semble alors suspect car Victor a toujours déclaré qu’il serait un jour suicidé. Son manuscrit raconte ses années au service de Staline et son désenchantement face à la folie du dirigeant russe.

Voilà un livre exigeant qui ne se laisse pas appréhender facilement. Les cent premières pages sont ardues et austères. Le lecteur est noyé sous une énumération de noms, de dates et de sigles. Il faut un certain temps pour s’y retrouver entre la Tchéka, le GPou, le NKVD, le Poum, l’Okhrana, etc… Mais cela vaut le coup de s’accrocher, le récit devient ensuite passionnant et évoque la dérive sanguinaire du parti communiste de Staline.

Le récit de Victor Krebnistky est emblématique de ces idéalistes s’engageant au PC par conviction profonde et qui découvrirent avec horreur la vraie personnalité de Staline. « La révolution valait aussi que l’on mourût pour elle. Qu’importaient nos existences fortuites, négligeables, en regard du bonheur futur de l’humanité ? Nous détruirions le vieux monde, afin de bâtir sur ses ruines noircies le splendide monde à venir. Nathan Poretski et moi-même, déjà inscrits en 1919 au nouveau Parti Communiste des ouvriers de Pologne (KPRP), rejoignîmes le Parti Communiste de Russie lors de la guerre russo-polonaise de 1920. » Toute la première partie du roman de Romain Slocombe est consacrée à la guerre d’Espagne où Staline joue déjà un double-jeu. Son soutien n’est que superficiel, il envoie des armes endommagées avec peu de munitions pour ménager sa possible alliance avec Hitler.

C’est bien évidemment l’accentuation des purges à partir de 1937 qui fait réfléchir Victor Krebnistky. Les trotskistes sont tous éliminés les uns après les autres. Les anciens camarades de Victor sont tous amenés à la Loubianka et n’en ressortent jamais. Victor, grâce à son intelligence et à son sens de l’esquive, réussit longtemps à éviter de franchir les portes du quartier général des services de renseignements soviétiques. Romzin Slocombe rend parfaitement compte de la montée de la paranoïa dans le régime soviétique. Staline est un arriviste, prêt à changer de camp pour conserver le pouvoir et prêt à tout pour se débarrasser des voix discordantes. Il montre aussi sa formidable capacité à faire accepter ses mensonges sous un vernis idéaliste.

« Avis à mon exécuteur » est un roman qui demande de l’attention et de la persévérance à son lecteur. Mais ce dernier est récompensé par un récit extrêmement bien documenté, haletant et au souffle romanesque indéniable.

Un grand merci aux éditions Robert-Laffont pour cette découverte.

Advertisements

4 réflexions sur “Avis à mon exécuteur de Romain Slocombe

  1. Il est dans ma liseuse, mais j’avoue ne pas avoir poursuivi au delà des 40 premières pages. Il faudra que je retente quand j’aurai du temps de cerveau disponible 😉

    • Oui, il faut vraiment se mettre dedans et tenir bon les 100 premières pages. Je crois que si Miss Léo ne me l’avait pas dit, j’aurais fait comme toi !

    • Il y a une remise dans le contexte au début et beaucoup de noms. J’ai tenu bon car Miss Léo m’avait prévenu. La suite est vraiment bien menée et passionnante. Mais je comprends que tu ne sois pas tenté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s