Une photo, quelques mots (141ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

15487208087_dea3f58e90_o

© Romaric Cazaux

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir prendre en entrée ? La terrine de campagne ? C’est déjà ce que j’ai pris le mois dernier. Voyons…me laisserai-je tenter par l’assiette de saumon fumé ? Ou par le foie gras au chutney de mangue ? Je ne sais même pas ce que c’est que le chutney ! Depuis le temps que nous venons ici, je n’ai jamais osé poser la question. Tous les premiers dimanches du mois, depuis des années et je m’interroge encore sur le menu. Je ne voudrais pas me faire rabrouer par Jeanne pour mes questions idiotes ! Du chutney… non vraiment, je ne vois pas. C’est un peu trop raffiné pour moi ici. Le menu, le décor art déco… C’est Jeanne qui a choisi ce lieu la première fois. Je crois que c’était lorsque les enfants ont quitté la maison. Une manière de célébrer notre travail de parents dûment accompli ! C’est rapidement devenu un rituel, notre sortie mensuelle dans le monde. Honnêtement, je préfèrerais aller au petit troquet à côté de chez nous. Je m’y sens plus à mon aise. C’est à la bonne franquette chez Eugène ! Je ne serais pas obligé de m’habiller aussi convenablement. Jeanne pense que c’est bien de me sortir de mes habitudes. Enfin, si ça peut lui faire plaisir, je veux bien faire un petit effort une fois par mois.

– Tu as choisi Henri ?

– Oui, je vais prendre la terrine de campagne pour commencer.

Toujours sa terrine de campagne, il prend à chaque fois la même chose. On ne peut pas dire qu’il soit plein de fantaisie Henri ! Il n’avait déjà pas l’âme d’un aventurier à 20 ans, alors à 78… Il pourrait quand même changer de plat de temps à autre. Cela fait bien longtemps que j’ai fait le tour de la carte. Les produits sont de qualité mais je commence à me lasser de venir toujours ici. C’est un peu démodé l’art déco, non ? D’autant plus que Huguette m’a parlé d’un nouveau restaurant au croisement de l’avenue Pasteur et de l’avenue du Général Leclerc. C’est un trois étoiles au décor assez contemporain semble-t-il. La cuisine doit être plus recherchée, plus originale qu’ici. Mais Henri ne voudra jamais y mettre les pieds. Il trouve déjà cette brasserie chic alors un restaurant trois étoiles ne risque pas de le tenter. Henri a toujours été plus traditionnel que moi ; il a besoin de certitudes, de stabilité pour être bien. C’est pour cela que nous revenons toujours ici. Une brasserie toute simple en bord de mer. Henri adore regarder la mer, son ressac, ses reflets brillants au soleil, ses vagues fougueuses quand le vent se lève.  C’est un rêveur Henri. Ça m’a toujours plu cette capacité à s’évader, à s’échapper du réel. Et puis c’est vrai que la vue est plaisante ici, été comme hiver. Je peux bien revenir ici si ça fait plaisir à Henri et c’est toujours mieux que chez Eugène ! Je proposerai à Huguette d’aller un soir dans le nouveau restaurant.

– L’assiette de saumon fumé, c’est pour ?

– C’est pour madame, merci.

– Et voici la terrine de campagne.

– Merci. Bon appétit Jeanne !

– Merci, à toi aussi Henri !

une-photo-quelques-mots1-300x199

Advertisements

28 réflexions sur “Une photo, quelques mots (141ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

  1. j’adore ces deux monologues ! ils donnent le sourire tous les 2 avec leurs certitudes à propos de l’autre… Toutes ces années que ça dure, et ils ne savent toujours pas se parler…. on dirait la vraie vie 😉 bravo et merci !!!

    • Merci beaucoup pour ce message ! Oui, après tout ce temps, ils n’osent pas froisser l’autre. Pour moi, c’était une manière de montrer leur amour encore vivant.

  2. C’est dommage qu’ils ne communiquent pas ces deux là…. Ils semblent s’aimer et sont finalement assez attendrissants dans leurs certitudes.

  3. Pingback: Les Vieux (atelier d'écriture) | Bric à Book

  4. J’adore ton texte et je suis presque certaine qu’en vrai ils pensaient ça et puis ça fait du bien car c’est positif après toutes ces années on voit qu’ils s’aiment toujours. Il n’y a pas d’amertume. J’aime le regard que tu as porté sur ce couple

    • Merci beaucoup ! J’avais effectivement envie qu’il y ait encore de la tendresse entre eux, que la vieillesse n’ait pas effacé les sentiments entre eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s