Une photo, quelques mots (140ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

main© Maman Baobab

Je ne me souviens évidemment pas de cette photo. Trop petite pour me souvenir de ce premier contact avec ma mémé. Mes petits doigts lisses dans sa grande main rugueuse. J’aimais regarder ses mains, sa peau comme un parchemin, un paysage accidenté fait de crevasses et de ravins.

Ses mains me racontaient sa vie : la dureté du travail à l’extérieur, le manque de confort, les années qui s’accumulent et qui se font pesantes. Les rides de son visage me disaient ses peines, ses joies, ses rires. Tant d’expériences qu’il fallait découvrir à mon tour.

Son regard fatigué mais si doux me disait que l’on pouvait trouver la sérénité et l’apaisement. La vieillesse sert à cela. Arrêter de chercher, de se battre et se laisser vivre, enfin.

Et son plaisir, c’était de s’occuper de ses petits-enfants. Essayer de comprendre nos lubies du moment, participer à nos jeux, nous donner au goûter des gâteaux toujours trop secs, nous raconter sa jeunesse si éloignée de la nôtre, partager sa tendresse. Elle avait du mal à nous suivre, la société changeait maintenant trop vite pour elle. Dépassée, c’est comme ça qu’elle se sentait face à notre jeunesse, notre vitalité.

Bien sûr, nous n’avons pas assez écouté ce qu’elle nous disait, pas assez profité de son expérience et de son sourire malicieux. Elle avait toujours été là pour nous, nous avions le temps.

Hier soir, ma mémé s’en est allée, doucement, juste en fermant les yeux.

une-photo-quelques-mots1-300x199

Publicités

22 réflexions sur “Une photo, quelques mots (140ème) – Atelier d’écriture de Leiloona

    • Oui lorsque nous sommes enfants, nous avons l’impression que les gens que nous aimons sont éternels et on regrette ensuite de ne pas avoir passé plus de temps avec eux.

  1. Les regrets de n’avoir pas assez profité de ceux qui étaient la… C’est tres delicat, et joliment écrit.

  2. Un très joli texte, rempli d’émotions.
    On aimerait avoir ce genre de photos souvenir …
    Bravo

  3. C’est un texte qui sonne très juste. La jeunesse n’a pas beaucoup de temps à consacrer à ceux qui nous ont tant donné quand nous étions enfants, Très joli.

    • Merci beaucoup, lorsque l’on est enfant, on pense que les adultes sont éternels et que l’on a tout le temps pour écouter leurs histoires. Malheureusement ce n’est pas le cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s