Long week-end de Joyce Maynard

L63281

Le long week-end du Labor Day 1987 s’annonce caniculaire. La rentrée des classes approchant, Henry, 13 ans, et sa mère Adele se rendent au supermarché pour acheter un  nouveau pantalon. C’est là que Henry est abordé par un homme. Ce dernier demande de l’aide au jeune garçon : « C’est alors que je l’ai vraiment regardé. Il était grand. Avec des muscles apparents sur le cou et la partie des bras que ne couvrait pas la chemise. Une de ces personnes dont le visage révèle ce que serait le crâne sans la peau. Il portait la chemise des employés de pricemart – rouge, avec le nom inscrit sur la poche : Vinnie. Et puis, j’ai vu que sa jambe saignait, au point que le sang avait traversé le tissu du pantalon et imprégnait la chaussure, ou plutôt la savate. » Adele accepte de lui venir en aide et le ramène chez eux. Rapidement, l’identité de l’homme est mise à jour : son nom est Frank, il vient de s’évader de l’hôpital de la prison où il était détenu pour meurtre. Adele et Henry deviennent ses otages.

Ce huis-clos nous est raconté par Henry une fois devenu adulte, ce qui lui permet d’avoir du recul sur ce week-end si marquant dans sa vie et celle de sa mère. L’atmosphère est dès le départ très particulière. Frank n’emploie à aucun moment la force pour s’introduire chez Adele. Cela ressemble peu à une prise d’otages et cela tient à la personnalité de la mère d’Henry. Entrelacées dans le récit du week-end, des brides de la vie d’Adele nous permettent de mieux la connaître. Elle vit quasiment en recluse dans sa maison, ne préparant que des surgelés ou des soupes Campbell à son fils. Adele est divorcée, Henry passe tous ses week-ends avec son père et sa nouvelle femme mais il s’intègre mal dans sa deuxième famille. On comprendra au fil du récit les évènements qui ont ébranlé la vie d’Adele et ont fait d’elle une femme si étrange, une femme prête à recevoir chez elle un meurtrier recherché par la police. Et à créer une relation intime avec lui, Frank prend la place du compagnon/du père qui a déserté la maison. Tous les trois vivent dans une bulle, se réinventent le temps de ce long week-end.

« Long week-end » est un roman captivant à l’intrigue parfaitement menée. Il dresse avec beaucoup de sensibilité et de tendresse le portrait d’une femme blessée par la vie et qui renaît le temps d’un week-end.

IMG_0839 (2)

Publicités

18 réflexions sur “Long week-end de Joyce Maynard

  1. Je ne connais Joyce Maynard que de nom mais en effet ce roman doit être saisissant à te lire ! Je me laisserais bien tenter !

    • Je ne peux pas te dire s’il faut commencer par celui-ci ou par un autre puisque c’était mon premier de Joyce Maynard ! Néanmoins, je pense que c’est une bonne manière de la découvrir.

  2. Ce fut un énorme coup de cœur pour moi. Et puis répondre à Claudia (je me permets lol), oui, il est beaucoup plus ‘fort’ et bouleversant que « Les filles de l’ouragan » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s