Coup de foudre à Austenland de Shannon Hale

hale

Jane Hayes est une new yorkaise de 33 ans, désespérément célibataire. Elle voue un culte à l’adaptation de « Orgueil et préjugés » réalisée par la BBC. Elle voit le futur homme de sa vie à l’aune de Colin Firth en Mr Darcy. Bien entendu aucun ne peut rivaliser avec une icône et Jane collectionne les histoires sentimentales. Quand sa tante se rend compte de cette obsession pour la série de la BBC, elle décide d’aider Jane à la surpasser. Elle l’envoie donc passer des vacances à Pembrook Park où les clientes vivent comme dans les livres de Jane Austen.

L’idée de départ de « Coup de foudre à Austenland » est assez amusante, mais finalement pas très originale puisque la série  « Lost in Austen » traite sensiblement de la même chose. On peut d’ailleurs reprocher beaucoup d’autres choses à ce roman. La première est le manque de place prise par l’œuvre de Jane Austen dans le livre, ce qui est paradoxal pour un hommage à celle-ci. En effet, Jane Hayes n’est pas obsédée par Mr Darcy mais par Colin Firth en Mr Darcy. C’est bel et bien la série qui est le fantasme de l’héroïne et pas du tout le livre original. Elle cache le DVD dans ses plantes vertes (d’ailleurs je me demande bien pourquoi il est si honteux de regarder cette série qui est de qualité) mais elle ne nous parle jamais du roman.

Et bien évidemment ce qui intéresse notre new yorkaise c’est l’histoire d’amour entre Elizabeth Bennet et Mr Darcy en occultant toute l’ironie, toute la critique sociétal de Jane Austen. Et c’est totalement insupportable, Shannon Hale fait partie de ces gens qui transforment les romans d’Austen en bluettes dégoulinantes de mièvrerie, en histoire à l’eau de rose type Harlequin. Tout ce que je déteste ! Et pour le coup, son livre ressemble à l’image qu’elle se fait de l’univers d’Austen : il est complètement dépourvu d’humour, l’histoire est cousue de fil blanc et s’achève comme une romance pour midinettes.

« Coup de foudre à Austenland » est un hommage totalement raté à l’univers de la romancière anglaise qui encore une fois passe pour un auteur sans profondeur et à classer au rayon Harlequin. Décidément les austeneries ne sont pas faites pour moi !

Merci quand même Alice de me l’avoir fait gagner, désolée de ne pas avoir aimé !

imageCatégorie romance/chick-lit

Publicités

21 réflexions sur “Coup de foudre à Austenland de Shannon Hale

  1. Je ne l’ai pas lu, son adaptation me fait de l’œil depuis un bout de temps surtout à cause de J.J. Feild qui joue aussi Tilney dans Northanger Abbey O:) ) mais j’avoue que ta critique ne m’étonne pas. Niveau austenerie, l’an dernier, j’avais eu un coup de coeur pour « None but You/ »For you alone » de Susan Kaye, une réécriture de Persuasion du point de vue du capt. Wentworth. Un bijou malheureusement non traduit en français. 🙂

  2. J’ai vu le film, j’ai lu le livre, j’ai préféré le film, de loin… Le casting est fantastique, et j’ai beaucoup ri tant il est rempli de clichés (c’est fait exprès). La relation entre les deux personnages est mieux exploitée…

    • Je suis comme toi, pas fan du tout des romance et encore moins des austeneries ! Je n’avais aucune chance d’aimer ce livre en fait….

    • J’ai craqué pour la couverture que je trouvais très jolie et effectivement j’avais envie d’une lecture légère. Côté légèreté, je n’ai pas été déçue !

  3. C’est exactement ce que je redoute dans ce genre de romans … Donc, je passe mon chemin sans aucun regrets (même si je trouve la couverture assez jolie)

    • J’aime bien la couverture, ce qui m’a attirée. Mais pourquoi toujours cette vision médiocre des romans de Jane Austen ? Ils sont tellement plus profonds et intelligents que ce au ces romans suggèrent.

  4. J’avais emprunté le livre à la bibliothèque pour une copine qui voulait le lire. je pensais le lire aussi avant de le rendre mais j’ai écourté ma lecture ! Au bout de 50 pages j’ai sauté direct aux dernières pages pour savoir le fin mot de l’histoire sans me tartiner 200 pages de mièvreries. Je suis totalement d’accord avec cette chronique. Tout ce qui fait l’intérêt du roman de Jane Austen (critique sociale et sens de la répartie d’Elisabeth) est occulté. Ne reste que l’eau de rose. Beurk !

    • Je suis quand même allée au bout puisque je l’avais gagné chez une amie mais franchement j’aurais aimé faire comme toi ! C’est malheureusement le problème des reprises de Jane Austen, la mièvrerie prend la place de l’ironie, de la critique sociale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s