Zuleika Dobson de Max Beerbohm

« Zuleika n’était pas absolument belle. Ses yeux étaient un tantinet trop grands et leurs cils plus longs qu’il n’était nécessaire. Une confusion de boucles folles lui servait de chevelure, sombre plateau de rébellion, où chaque mèche affirmait ses droits sur un front qui n’avait rien de méprisable. Quant au reste, ses traits n’offraient pas d’originalité. (…) Son cou était de faux marbre, ses mains et ses pieds de proportions minuscules. Elle n’avait pour ainsi dire pas de taille. Et pourtant, bien qu’un Grec eût souri de son asymétrie, bien qu’un contemporain d’Elizabeth l’eût traité d' »égyptiaque », Miss Dobson, à cette heure, en pleine ère Edwardienne, était la coqueluche des deux hémisphères. » Et pour le plus grand malheur de la jeunesse intellectuelle anglaise, Zuleika Dobson se rend à Oxford où son grand-père est recteur. Pas un étudiant pour résister à son charme, pas un pour ne pas se pâmer devant cette extraordinaire beauté. Même le duc de Dorset, habituellement insensible aux flèches de Cupidon, cède devant Zuleika Dobson. Et elle reste totalement imperméable à tous ces témoignages de dévotion, elle qui cherche un homme qu’elle puisse admirer et respecter. Tous ces jeunes hommes se meurent d’amour pour elle, littéralement…

Max Beerbohm, qui fut lui même étudiant à Oxford, s’amuse à faire souffler un vent fantaisiste sur les collèges. Ces jeunes hommes sont encore plein d’idéaux, ils sont passionnés et s’enflamment instantanément pour leur idole. Et pourtant, elle ne fait pas grand chose pour plaire, Zuleika. Elle est même totalement odieuse, notamment avec ce pauvre duc qui découvre l’amour pour la première fois de sa vie. C’est finalement une fable bien cruelle que nous narre Max Beerbohm, son héroïne est bien immorale. Les Dieux et la muse Clio sont au commande et ils choisissent un destin bien tragique pour nos jeunes étudiants. Mais il est vrai que cela fait une bien meilleure histoire à raconter pour notre écrivain ! Max Beerbohm possède une superbe plume et il manie l’ironie, l’humour à merveille : « Il regardait machinalement par la fenêtre le ciel gris et sombre. Quelle journée ! Quel climat ! Il fallait être fou pour vivre en Angleterre. Il se sentit positivement suicidaire. » Malheureusement le roman pêche par des longueurs qui m’ont franchement ennuyée. Et c’est fort dommage car le début m’avait beaucoup plu.

« Zuleika Dobson » est le seul roman du raffiné Max Beerbohm, malheureusement j’en ressors déçue. J’en profite pour souligner l’excellent travail des éditions Monsieur Toussaint Louverture qui offrent à nouveau un magnifique objet truffé de très belles illustrations.

10155931_10203975880148384_4123958224703969037_n

 

Publicités

6 réflexions sur “Zuleika Dobson de Max Beerbohm

  1. Je confirme ce n ‘est pas avec son roman que l ‘on touche au meilleur de son talent!!Définitivement ses caricatures et ses mots d’esprits sont meilleurs !!! M^me (surtout?) quand elles égratigne mon Rossetti chéri ;o)

    • C’est fort dommage car il partait vraiment très bien ce roman. L’idée de départ me plaisait beaucoup et l’écriture aussi. J’avais lu également un court de texte de Beerbohm qui était plaisamment ironique.

  2. Moi aussi je m’étais ennuyée, alors que j’attendais quelque chose de très enlevé. Dommage ! Enfin, le commentaire de Lamousme me rassure et je lui fais confiance en la matière !

    • J’ai relu ton billet après écrit le mien et j’ai vu que nous avions des avis très proches sur ce roman. Et je suis bien d’accord : quel dommage !

  3. c’est en effet un très beau livre et moi, j’avais été séduite par ces délirantes histoires ! ( je l’ai lu il y a un moment et je ne me souviens pas de tout…) Il me semble qu’elles étaient aussi parodiques…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s