Jane Eyre de Charlotte Brontë

eyre

Jane Eyre est orpheline, elle vit chez sa tante Mrs Reed. Mais cette dernière n’a aucune affection pour sa nièce et elle la traite de manière sévère et rude. L’enfant est également malmenée par ses cousins qui en font leur souffre-douleur. Jane se révolte contre l’autorité de sa tante qui l’envoie en pension à Lowood. Les jeunes filles de l’institution doivent y apprendre l’humilité, la modestie, l’abnégation, mais cela se fait par la privation et les mauvais traitements. L’établissement change après une terrible épidémie de typhus. Jane y termine ses études et y devient institutrice. Son envie de découvrir le monde la pousse à quitter Lowood. Elle postule alors à un emploi de gouvernante. Elle est engagée à Thornfield Hall afin de faire l’éducation de la jeune Adèle, pupille du propriétaire de Thornfield. Ce mystérieux homme, Mr Rochester, est peu présent sur le domaine. Lorsque Jane finit par le rencontrer, elle découvre un être fougueux, rude et renfermé. Jane est intriguée et elle noue petit à petit une relation particulière avec le maître des lieux.

« Jane Eyre », écrit en 1847, est le grand roman de Charlotte Brontë et un classique de la littérature anglaise. Jane Eyre est un personnage passionné et révolté. Elle s’insurge contre l’ordre familial et social en contredisant sa tante et en se plaçant au même niveau que Mr Rochester. Elle est indépendante aussi bien intellectuellement que financièrement et elle défend les capacités d’action des femmes. « Généralement, on croit les femmes très calmes ; mais elles ont la même sensibilité que les hommes ; tout comme leurs frères, elles ont besoin d’exercer leurs facultés, il leur faut l’occasion de déployer leur activité. Les femmes souffrent d’une contrainte trop rigide, d’une inertie trop absolue, exactement comme en souffriraient les hommes ; et c’est étroitesse d’esprit chez leurs compagnons plus privilégiés que de déclarer qu’elles doivent se borner à faire des puddings, à tricoter des bas, à jouer du piano, à broder des sacs. »

Le roman de Charlotte Brontë est également un roman psychologique tourné essentiellement vers les deux personnages principaux aux caractères complexes : Jane Eyre et Edward Rochester. Jane est une jeune femme disgracieuse – il est d’ailleurs beaucoup question de laideur dans le roman –  mais à la force de caractère remarquable. Elle est tout à la fois observatrice de ceux qui l’entourent et sans cesse dans l’action. Elle n’hésite pas à explorer le monde, à s’opposer à l’autorité, à affirmer ses choix et son indépendance. Mr Rochester est un être blessé, trahi qui se retranche derrière une forme de sauvagerie et une certaine froideur envers les autres. La fraîcheur et la douceur de Jane vont lui permettre de se montrer sous un autre jour, d’oublier ses frasques et son passé douloureux.

Mâtinée de gothique et de surnaturel, « Jane Eyre » est une œuvre multiforme : roman d’apprentissage, roman d’amour et roman féministe. Vingt ans après ma première lecture de ce chef-d’œuvre, je suis toujours frappée par l’audace des opinions défendus par Charlotte Brontë. Elle y présente une héroïne déterminée, indépendante, intelligente qui tombe amoureuse d’un homme beaucoup plus âgé et beaucoup plus élevé socialement.  Étant donné la place de la femme dans la société et la littérature victoriennes, le roman de Charlotte Brontë était pour le moins révolutionnaire.  Un incontournable de la littérature anglaise que je ne peux que vous conseiller de lire et de relire.

1534307_10203975877388315_7502805580694509889_n

image

Publicités

40 réflexions sur “Jane Eyre de Charlotte Brontë

  1. Je trouve ton avis vraiment très bien tourné. Ça me donne terriblement envie de relire ce roman. J’avais beaucoup aimé la première fois, mais j’ai l’impression d’être passée à côté de tellement de choses… As-tu vu les diverses adaptations ? :).

    • Je te remercie, je l’ai écrit en catastrophe hier et j’avais peur que le billet ne sois pas très bon ! Si tu as l’impression d’avoir raté des choses, il faut le relire ! C’est un roman très riche. J’ai vu le film avec Orson Wells et Joan Fontaine qui est très bon, excellente aussi l’adaptation BBC de 2006 et le film avec Michaël Fassbinder que j’ai bien aimé également.

  2. Coup de coeur de jeunesse, je l’ai relu récemment… avec tout autant de plaisir. C’est fou les différents regards qu’on peut y porter dépendant de notre vécu. Et j’ai la mêeeeeme édition!

    • Oooooh c’est une vieille édition, nous avons du le lire pour la première fois à la même époque ! C’est vrai que c’est intéressant de relire des romans que l’on a aimé lorsque l’on était jeune. Je l’aime toujours autant mais je pense avoir été marquée par d’autres choses.

  3. Une de mes oeuvres de chevet! Je l’ai déjà lu, relu. Mais c’est vrai que je le relirais bien encore. Peut-être pour la quatrième édition du Mois anglais…

  4. Un incontournable, lu il y a des lustres, mais que je pourrais bien relire un de ces jours. J’adore aussi les adaptations ciné et BBC, même les moins bonnes ! 😉

  5. C’est vrai que ton billet est très bien rédigé.
    Je l’ai relu avec un réel plaisir, je vois que nous avons la même édition, la préface et les commentaires sont très intéressants.
    Un livre très riche, qu’on peut lire à tout âge.
    Merci de m’avoir accompagnée pour cette LC 🙂

    • C’est moi qui te remercie car cela faisait longtemps que je souhaitais le relire. J’ai vu que nous avions la même édition, c’est amusant ! Ce fut un plaisir de retrouver ces deux personnages forts et complexes.

  6. Un très gros gros coup de coeur pour ce livre ! Pourtant, qui l’eut cru que j’aimasse pareil roman ? Avant, jamais je n’aurais lu ce genre de prose, mais je m’y suis mise avec le challenge « classiques » et bingo, un coup de coeur et une envie que se roman ne se termine jamais… 😉

    • Comme quoi, il ne faut pas avoir d’à priori sur les livres ! Bravo de t’y été mise et j’espère que tu feras d’autres belles découvertes.

      • J’ai mis une partie de mes aprioris sur certains livres de côté et j’ai fait de belles découvertes, je suis toute contente, tiens !

        Bon, me demande pas de lire du Harlequin !!!

        • Ce n’est pas moi qui vais te demander de lire du Harlequin puisque je n’en lis pas….c’est dommage d’ailleurs, j’aurais pu faire un challenge que tu n’aurais pas suivi !

    • Moi aussi je ne l’avais lu qu’une fois avant. Mais il y avait longtemps que je voulais recommencer pour voir s’il me plaisait toujours autant. Finalement, mes goûts n’ont pas beaucoup changé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s