Le meilleur des mondes de Aldous Huxley

le_meilleur_des_mondes

A Londres, en 632 après Ford, un groupe d’étudiants a la chance de visiter la salle de fécondation avec le directeur de l’Incubation et du Conditionnement. Les ovules y sont fécondés jusqu’à 96 fois. Dans la salle des embryons, les étudiants découvrent les technique hypnopédiques (phrases répétées pendant le sommeil) qui permettent de conditionner les futurs individus. Chacun fera partie d’une caste et y sera heureux de son sort. Pourtant Bernard Marx, un scientifique, ne semble pas totalement satisfait des règles de la société. Il aimerait avoir pour lui seul la belle infirmière, Lenina Crown alors que l’exclusivité en matière amoureuse ou sexuelle a été abolie. Afin de parvenir à ses fins, Bernard décide de l’emmener dans une réserve à sauvages, là où les hommes sont encore vivipares.

La célèbre utopie (ou plutôt dystopie car ce monde ne fait pas tellement rêver !) d’Aldous Huxley reste étonnamment moderne. Écrite en 1931, l’auteur s’y questionne sur l’eugénisme. Aujourd’hui les manipulations génétiques font toujours débat. Dans « Le meilleur des mondes », la fécondation naturelle a disparu, la notion de parents également. Les individus ne sont jamais seuls, jamais tristes et quand ils le sont,  ils peuvent prendre une drogue appelée le soma pour retrouver leur bien-être. « Pas de civilisation sans stabilité sociale. Pas de stabilité sociale sans stabilité individuelle. » Plus de sentiments, plus de possessions, plus de jalousie ou de compétition, chacun est heureux là où il est. Les noms des personnages, Bernard Marx et Lenina Crown, ainsi que cette obligation au bonheur communautaire font également référence au système communiste. Mais la critique de Huxley ne se contente pas de cela et il semble avoir eu une prémonition de ce qu’est notre monde aujourd’hui. Quelques-unes des obsessions de notre temps s’y trouvent en effet épinglées.  Le conditionnement est également fait pour que les individus consomment. On leur fait aimer la campagne pour qu’ils consomment du transport et des loisirs. Les vêtements un peu abîmés doivent être jetés pour en acheter d’autres. Personne n’est vieux, les marques de l’âge sont totalement effacées.

Malgré l’intérêt de ces critiques, malgré le fait que la seule personne sensée cite du Shakespeare sans arrêt, je n’ai pas accroché à ce roman. Il m’est difficile d’expliquer pourquoi, je ne suis tout simplement pas rentrée dedans. Peut-être ne suis-je pas assez habituée à l’univers SF, en tout cas je ne vous décourage pas de le lire étant donné les louanges que ce roman a reçues au fil des ans.

I love London logo

Publicités

23 réflexions sur “Le meilleur des mondes de Aldous Huxley

  1. C’est vrai que ce roman est classé comme incontournable et présenté comme une référence de la SF. Pourtant toutes les personnes de mon entourage qui l’ont lu ont le même avis que toi, ne l’ont pas trouvé particulièrement passionnant, mon mari l’a même abandonné. J’essaierai quand même pour voir.

  2. Je l’ai lu ado, je garde un bon souvenir de la critique de la société mais je pense avoir trouvé le style désuet.

  3. Comme quoi, on peut avoir un monstre de la littérature et ne pas arriver à entrer dedans… j’ai eu la même chose avec « Crime et châtiments » 😦

        • Oui, et certains livres n’ont pas besoin d’avis négatifs dans la mesure où même avec ça, ils se vendront !

          Pour certains, quelques coups de pouce sur la blogo ne leur font pas de mal…

          Heureusement que nous ne sommes pas dans un monde où tout le monde devrait penser la même chose… argh, un bon scénar pour un livre d’anticipation !

  4. C’est la première fois que j’entends une critique négative à propos de ce roman ! J’ai adoré personnellement, peut-être parce que j’aime l’univers SF en général.

    • Malheureusement nous sommes assez nombreux à ne pas avoir aimé pour cette lecture du 1er décembre. Je pense que le style ne m’a pas séduit.

  5. Nos avis se rejoignent, personne n’a aimé (du moins jusqu’ici, je n’ai pas fini pour tour des billets). J’espère que la prochaine lecture commune nous emballera davantage !

    • Je suis allée voir les autres billets hier soir et effectivement nous sommes presque unanimement déçus par ce livre. Je suis vraiment désolée car c’était ma proposition !!! Mais je voulais lire « Sans parler du chien » !

  6. Je l’ai lu au collège et je n’avais pas du tout accroché. Je ne me souviens plus précisément si c’était à cause du thème (je suis une indécrottable optimiste et la dystopie n’est pas mon genre favori 😉 ) ou du style, mais je suis sortie de cette lecture avec un profond malaise.

    • Je suis un peu soulagée par tous les messages que je lis, j’avais peur d’être passée à côté d’un monument mais j’ai l’impression qu’il n’est pas si apprécié que ça.

  7. Il faut que je le lise aussi ! Super, une participation de plus ! ( heureusement que tu es là, je ne lis pas beaucoup en ce moment.)C’eet un roman qui a mal vieilli ? Personne n’aime et pourtant il a une réputation de classique…

    • Il a une grande réputation, c’est pour cela que je l’avais proposé. Mais je me rends compte qu’il n’est pas si aimé que ça.
      J’ai oublié de t’envoyer mes liens pour notre challenge…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s