Désirs et volupté à l’époque victorienne au musée Jacquemart-André

exposition-desir-volupte_1

En cette rentrée, le musée Jacquemart-André propose une exposition à laquelle il m’était difficile de résister : Désirs et volupté à l’époque victorienne. Les tableaux présentés sont issus d’une grande collection privée sud américaine, celle de Juan Antonio Pérez Simon. Quelques grands artistes sont présents dans l’expo (Dante Gabriel Rossetti, John Everett Millais, John William Waterhouse, Edward Burne-Jones, Lawrence Alma-Tadema ou Albert Moore) mais également des moins connus comme Emma Sandys, Edwin Long ou Henry Payne.

jeunes_filles_grecques_-_apercuJeune fille grecques ramassant des galets au bord de la mer – A. Moore

Les deux parties du titre sont antinomiques, le désir et la volupté cadrant mal avec le rigorisme, la pudicité du règne de Victoria. L’exposition montre que la luxure n’avait pas sa place dans les arts de cette période. Les représentations du corps de la femme restent extrêmement sages. Le cadre choisi, les thèmes traités par les peintres mettent à distance et permettent de garder la moralité intacte.

la_couronne_de_lamourLa couronne de l’amour – JE Millais

Les fouilles archéologiques, notamment à Pompéi ou Herculanum, offrent un cadre idéal à ces peintures en permettant de s’extraire du cadre quotidien de l’industrialisation et ainsi permettre de garder la morale sauve. Lawrence Alma-Tadema se consacre à l’Antiquité romaine comme le montre la première salle de l’exposition. Tandis que Frederik Goodall se tourne vers l’Égypte. Il s’agit bien entendu d’une idéalisation de l’Antiquité. Le Moyen-Age et la littérature inspirent également fortement les oeuvres de cette période.

roses_dheliogabaleLes roses d’Héliogabale – L. Alma-Tadema

Les femmes sont elles aussi bien loin du quotidien. Les peintres choisissent des héroïnes comme Antigone ou Andromède. Elles peuvent également être magiciennes comme chez Waterhouse. Leurs corps sont  idéalisés et sont traités comme des sculptures. Il n’y a rien de vulgaire dans ces nus, rien de trivial. Le titre de l’exposition en devient quelque peu étrange et les visiteurs qui s’y rendraient en espérant y sentir l’odeur du stupre seront déçus.

la_boule_de_cristalLa boule de cristal – J. Waterhouse

Il ne faut pas oublier que ce courant de la peinture anglaise se voulait hautement esthétisant. La peinture avait un but décoratif et se fondait dans le reste du programme décoratif des intérieurs. L’art était partout et l‘exposition de 2011 au musée d’Orsay le montrait très bien. Je trouve d’ailleurs que celle de Jacquemart-André souffre de la comparaison. Celle du musée d’Orsay était si complète, si réussie que l’on reste sur sa faim en terminant celle de Jacquemart-André. Les oeuvres présentées sont également plus mineures. L’espace d’exposition est bien entendu beaucoup plus réduit qu’au musée d’Orsay mais j’aurais aimé que l’exposition soit plus dense. Et comme toujours, je trouve le prix (11€) vraiment rédhibitoire. Le billet donne accès au musée mais quand on l’a déjà fait, on ne recommence pas à chaque fois.

andromedeAndromède – EJ Poynter

Une exposition que je conseillerais avant tout aux amateurs de cette période car elle permet de découvrir quelques artistes et voir quelques œuvres vraiment intéressantes.

venus_verticordiVenus Verticordia – DG Rossetti

L’avis de Noctenbule.

Publicités

31 réflexions sur “Désirs et volupté à l’époque victorienne au musée Jacquemart-André

  1. J’irai !
    A l’expo permanente, il y a un Vigée le Brun de toute beauté ! sans oublier de passer à la pause thé-gâteau dans le beau salon…

  2. Bonjour, je reviens justement de JA: j’ai trouvé de très belles peintures (la boule de cristal) et d’autres qui m’ont laissée de marbre; une jolie expo que j’ai apprécié, surtout la dernière salle!

  3. J’ai été déçue aussi par l’exposition. Cela m’a donné envie de me rebalader au musée d’Orsay où l’on trouve dans les expositions permanentes des peintures semblables.
    Le prix est vraiment excessif. Pour 1€ de plus tu vas au Louvre ou à Orsay 🙂
    Beau billet et belle écriture, comme d’hab 🙂

    • Nous avons la même impression sur l’expo, on reste sur notre faim. C’est vrai que pour le même prix, il vaut mieux aller au Louvre ou à Orsay. Merci pour le compliment !

  4. Pingback: Désir et volupté à l’époque Victorienne – Musée Jacquemart-André | 22h05 rue des Dames

  5. Très beau et bon billet pour une exposition que j’espère visiter la semaine prochaine.

    Tout ce que tu mets en avant, le meilleur comme le pire, correspond à ce que j’imaginais…
    En effet, l’expo présentée à Orsay autour du « même » thème était tellement fabuleuse que j’avais quelques réserves concernant celle-ci, surtout connaissant la mesquinerie (n’ayons pas peur des mots) des expositions du musée JA. On en fait très vite le tour, les salles offrent peu de recul pour profiter pleinement des oeuvres et ces petits désagréments n’excluent pas la pratique de tarifs honteux.

    Ceci étant, ce musée est de toute beauté et je ne résiste jamais à ses propositions… Et comme j’ai la Carte Blanche Orsay, la carte Louvre-Jeunes et la Carte Sésame qui me permettent un accès « gratuit » aux autres grands musées parisiens, je me dis que cela équilibre.

    Petit arrangement avec moi-même 😉

    Bref.

    Tout ça pour dire que le musée JA reste fidèle à lui-même, nous offre le minimum syndical mais dans un irrésistible écrin.

    • Je suis bien d’accord avec toi sur les expos de Jacquemart, c’est souvent trop cheap !!! Ce n’est pas la première fois que je reste sur ma faim et le prix me semble d’autant plus exorbitant. Mais comment résister à une expo sur la peinture de l’époque victorienne ? Il savent choisir leurs thèmes d’expositions pour nous faire craquer !

  6. Je suis très très mortifiée de ne pas voir cette expo même si j’ai eu la chance d’avoir tes jolies cartes et marque-pages. Je ne suis encore jamais allée dans ce musée… ca a l’air magnifique même si je comprends qu’elle soit moins intéressante par rapport à celle de Orsay : il y a une thématique très restreinte tout de même….

    • Si tu n’as jamais vu le musée, la visite vaut vraiment le coup. Il y a quelques pépites qui valent le détour et le lieu est magnifique. La thématique est plus restreinte et je pense que Jacquemart n’a pas les moyens d’Orsay. Mais je suis toujours un peu frustrée en sortant de leurs expos !

  7. J’ai raté l’expo à Orsay (j’adore les expos à Orsay…), et celle-ci me tentait beaucoup. J’irai quand même, mais ton billet me refroidit un peu. Pour me consoler si ce n’est pas bien, j’irai au salon de thé !

    • Si tu n’avais pas vu celle d’Orsay, tu seras peut-être un peu moins frustrée que moi. L’espace d’expo de Jacquemart est assez réduit donc il ne faut jamais s’attendre à une expo grandiose. Il semble que le salon de thé vaut le déplacement à lui tout seul !

  8. Je compte bien y aller aussi ! J’aimerais bien aussi aller au Musée de la vie Romantique qui propose une belle expo aussi sur les esquisses à l’époque à l’époque romantique avec Delacroix notamment 😉 !

    • J’aime beaucoup le musée de la vie romantique, le lieu est vraiment charmant. Je vais regarder ce qu’ils proposent, je n’avais pas repéré cette expo.

  9. J’hésite toujours et ton billet ne m’aide pas à me décider. Je me ‘méfie’ beaucoup des musées privés (chers !) et JA m’a déjà offert de sacrées déconvenues … En revanche, je plussoie en ce qui concerne le salon de thé : il est magnifique et on y mange bien (je te conseille le brunch du dimanche même s’il faut venir tôt pour avoir une place !)

    • J’hésite toujours à aller voir les expos de JA pour les mêmes raisons que toi. Là je n’ai pas pu résister à l’appel de l’époque victorienne ! Merci pour le conseil, j’ai maintenant très envie de tester leur salon de thé !

  10. Je n’arrive pas à me décider à propos de cette expo. J’ai un excellent souvenir de celle d’Orsay sur la même période et j’ai peur que celle-ci soit très succincte. Mais il semble que les oeuvres présentées cette fois-ci proviennent toutes de collections privées… C’est aussi l’occasion de les découvrir !

    • Il est certain que les œuvres présentées ne le seront pas tous les jours. Mais sur la même période, celle d’Orsay était beaucoup plus complète.

  11. Tu me connais, je suis bien incapable de manquer une exposition sur la période victorienne, même si celle-ci semble bien inférieure à l’exposition remarquable du musée d’Orsay. Tu as bien raison de souligner le prix exorbitant compte tenu de la taille du musée et de la dimension des expositions.

    • Tu es comme moi, il suffit que le mot victorien apparaisse pour que tu sois attirée ! Tu verras que tout n’est pas remarquable mais certaines œuvres valent néanmoins le déplacement.

  12. Pingback: Deux jours de novembre à Paris – 2ème partie | Thé, lectures et macarons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s