On s’est déjà vu quelque part ? de Nuala O’Faolain

image

« On s’est déjà vu quelque part ? » est l’autobiographie de Nuala O’Faolain (1940-2008). Celle-ci fut rédigée en 2002 et fut le premier livre de l’écrivain qui se tourna ensuite vers la fiction. Ce livre fut un énorme succès à sa sortie comme en témoigne la très émouvante postface. Nuala O’Faolain a reçu des centaines de témoignages d’affection de gens ayant été touchés par sa vie ou ayant connu les mêmes problèmes.

Nuala O’Faolain est la deuxième d’une famille de neuf enfants vivant dans le comté de Dublin. Son père, journaliste, est séduisant, charmant mais peu préoccupé par sa famille. Sa mère se perd dans l’alcool et ne trouve aucun réconfort dans ses enfants. Nuala réussit néanmoins à s’extirper de ce milieu sans argent et sans espoir. C’est l’amour de la littérature qui la porte. Sa mère est une lectrice compulsive et rapidement Nuala le devient à son tour. « J’ai dû voir déjà chez ma mère que lire est un refuge. Qu’on ne peut pas vous atteindre quand vous avez un livre. Bien sûr, dans mon cas, ma mère était le « on ». Tout ce qu’elle me demandait de faire – chercher des brindilles pour démarrer le feu, aller promener le bébé dans la poussette – dérangeait ma lecture. Dans les livres, je trouvais le bien-être et le réconfort. » Cette passion l’amène a l’université de Dublin puis à Oxford. Elle devient journaliste, productrice à la radio puis à la télévision et enfin chroniqueuse à l’Irish Times. Une belle carrière mais qui ne suffit pas à cicatriser les plaies de l’enfance.

Nuala O’Faolain a toute sa vie cherché l’amour : « Des millions de gens, en dehors de moi, ont pensé qu’un autre être humain était ce dont ils avaient besoin pour combler leur vie et pour combler celle de l’autre – que, ensemble, on peut découvrir le meilleur côté du monde et le meilleur de soi-même. »  Élevée dans une Irlande patriarcale, Nuala O’Faolain reste prisonnière de l’idée qu’une femme doit se trouver un homme, un mari. Malgré son indépendance, malgré son féminisme, elle recherche cela. Et ses relations avec le hommes furent loin d’être satisfaisantes. Nuala se désespère, boit beaucoup et finit par ressembler à sa mère. C’est finalement l’écriture de « On s’est  déjà vu quelque part ? » qui la sauve d’elle-même et qui devient un vibrant hommage aux mots et à l’écriture.

Nuala O’Faolain nous livre un très touchant témoignage sur une femme qui cherche sa place dans une Irlande entrant lentement dans la modernité et voulant conserver ses traditions. Une femme d’une incroyable honnêteté, ne cachant rien de ses fêlures, de ses erreurs et de ses joies. Une femme magnifique dont le parcours m’a vraiment émue.

image

Publicités

19 réflexions sur “On s’est déjà vu quelque part ? de Nuala O’Faolain

    • J’ai été surprise par les avis négatifs, je pensais qu’il n’y aurait que de bons billets ! Il faudra que je continue la découverte avec ses romans.

    • Merci de m’avoir signalé le problème. Je suis contenté de voir que tu as aimé car ce n’est pas le cas de tout le monde. Il fallait oser de présenter sous un jour aussi déplaisant, c’est vraiment courageux.

  1. Me conseillerais-tu de commencer à découvrir cette auteure par son autobio ? J’ai repéré plusieurs titres chez Sabine Wespieser (maison d’édition où j’ai récemment découvert Claire Keegan) mais je ne sais vers quel roman me tourner en premier … Mais l’évocation de l’Irlande m’attire inévitablement lol

    • C’est difficile de te dire de commencer par ce livre car je n’ai pas lu ses romans, je ne peux donc pas comparer. Mais tu as une évocation intéressante de l’Irlande dans ce livre puisque Nuala O’Faolain ne s’est intéressée que tardivement au Nord. J’aime beaucoup aussi les nouvelles de Claire Keegan. Que de grandes écrivains en Irlande !

  2. Je ne sais pas si je le lirai prochainement, PAL oblige, j’essaie de prioriser un peu, mais malgré les avis partagés sur ce livre aujourd’hui je suis plutôt séduite par ce que tu dis de son parcours et du rôle de la lecture dans sa vie… j’aime les livres qui parlent de lecteurs et du rapport à la lecture.

    • Je suis comme toi, j’aime les livres qui parlent de la passion pour la lecture, on s’y reconnaît toujours. J’aimerais lire ses romans mais PAL oblige, ça attendra !

  3. J’ai eu pas mal de difficulté avec ce livre (et cette femme)… Mais sa dénonciation de la condition féminine en Irlande et du carcan de l’église catholique me paraît intéressante. Un très beau passage sur la lecture.

    • Je trouve que c’est très courageux de se présenter comme elle le fait. Effectivement elle n’est pas forcément aimable, sa vie n’est pas un modèle mais elle transcende son expérience par l’écriture et la lecture.

  4. Il faudrait que je reprenne la lecture de cette autobiographie car j’avais commencé et j’avais bien aimé son écriture simple et qui semblait sincère ( il me semble qu’elle ne manquait pas d’humour).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s