L’armée furieuse de Fred Vargas

armee-furieuse-fred-vargas-cover

Au retour d’une enquête, le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg se trouve confronté à deux problèmes : un pigeon dont les pattes sont attachées et qui se meurt ; une femme, Mme Vendermot,  lui parle de la venue de l’armée furieuse dans son village d’Ordebec en Normandie. L’armée du seigneur Hellequin prévient de la mort imminente de certains individus au passé louche, elle les emporte pour les punir. Cette légende existe depuis le Moyen Age et certaines personnes peuvent voir cette apparition fantasmatique. C’est le cas de Lina, la fille de Mme Vendermot, qui a reconnu trois des quatre personnes emportées par l’armée furieuse. Et justement l’une de ces trois personnes a disparu. Parallèlement à cette enquête, Adamsberg doit s’occuper de la mort d’un riche industriel, Antoine Clermont-Brasseur, sa voiture a explosé avec lui-même à l’intérieur. Un habitué des embrasements de voiture est immédiatement désigné coupable mais Adamsberg n’y croit pas.

Il y avait un moment que je n’avais pas fréquenté Adamsberg, le pelleteur de nuages. J’avais été un peu déçue par « Un lieu incertain » et j’avais laissé traîner « L’armée furieuse » dans ma PAL. Mais nos retrouvailles furent concluantes et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre ces trois enquêtes (oui le pigeon fera l’objet d’une investigation pour savoir qui a eu la cruauté de lui attacher les pattes). Adamsberg est fidèle à lui-même : lunaire, distant, terriblement attachant et efficace. Il est toujours entouré de ses fidèles lieutenants (Danglard, Veyrenc, Retancourt…), une équipe constituée de personnages aussi atypiques que leur commissaire qui les décrit ainsi : « -Parmi mes hommes, capitaine, il y a un hypersomniaque qui s’écroule sans crier gare, un zoologue spécialiste des poissons, de rivière surtout, une boulimique qui disparaît pour faire ses provisions, un vieux héron versé dans les contes et légendes, un monstre de savoir collé au vin blanc, et le tout à l’avenant. Ils ne peuvent pas se permettre d’être très formalistes. » Et tout ce petit monde réussit à s’entendre et à se compléter.

Comme toujours chez Fred Vargas, l’enquête est rythmée et nous tient en haleine. Et j’apprécie ses trouvailles historiques, elle parvient toujours à dénicher des légendes incroyables lui permettant de construire son intrigue. C’est sa marque de fabrique, ses romans nous entraînent dans un univers poétique et étrange.

Un commissaire à part pour des enquêtes étonnantes et des lecteurs ravis !

Publicités

8 réflexions sur “L’armée furieuse de Fred Vargas

  1. Ça fait un bail que je n’ai pas lu Fred Vargas – je me suis arrêtée à « Un lieu incertain » – il est noté mais ça sera quand j’aurai le temps, je n’en fais pas une priorité !

    • Je suis d’accord, c’est ce qui fait son charme. Et vivement un nouveau ! Je sais qu’elle prend toujours beaucoup de temps pour chaque livre, elle fait un gros travail de recherche à chaque fois.

  2. il faut que je le termine ! Mais je suis tout à fait d’accord avec ton billet, adamsberg est aussi lunaire que jamais, j’aime bien quand il se trompe sur toute les expressions alors qu’il a l’insctinct très sûr ! surtout, j’adore son équipe que tu as bien résumé par ta citation.

    • Je ne t’avais pas parlé de mon billet pour te faire la surprise ! Nous étions très en phase dans nos lectures (ou écoute !). Quelle drôle de commissariat que celui d’Adamsberg ! Mais il ne pouvait être entouré que de personnes aussi étranges que lui !

  3. Je n’ai pas du tout aimé mon seul Fred Vargas (« Le Cercle Bleu ») du coup j’en ai un autre dans ma PAL que je n’ai jamais lu, je me demande même si je ne m’en suis pas débarrassée. Je ne sais pas si je me laisserai de nouveau tenter, j’avais été complètement réfractaire au style de Vargas et n’avais pas trop adhéré au fond non plus. C’est bien d’attaquer sa PAL, mes vacances me permettent de faire de même, ça fait plaisir !

    • Tu as quel autre roman dans ta PAL ? Je n’ai pas lu celui dont tu parles, j’ai commencé avec « Pars vite et reviens tard » et j’avais adoré ce mélange de mythe et de réalité contemporaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s