L’ange du bizarre au musée d’Orsay

affiche

L’entrée de l’exposition se fait sous le regard halluciné du Nosferatu de Murnau. La riche et passionnante exposition, dont le titre est emprunté à Edgar Allan Poe, nous présente la naissance et les renaissances du romantisme noir. A chaque fois, le mouvement est lié à des soubresauts de l’histoire :

-la naissance vers 1770, à la veille de la Révolution et jusqu’en 1850 avec la Terreur et les guerres de Napoléon

-la renaissance vers 1860-1900 avec le symbolisme et la 2nd Révolution Industrielle ainsi que la guerre de 1870

-la redécouverte en 1920 par les surréalistes après le 1ère Guerre Mondiale

La Folie de Kate ( Fussli )La folie de Kate de Füssli

Tous ces évènements entraînent le doute, le questionnement. La raison du siècle des lumières ne semble pas en mesure de contrôler le monde ou d’empêcher les catastrophes. Il en sera de même dans les époques suivantes où l’on se questionne sur la force de la démocratie et de la science. Perdre le contrôle permet également de s’affranchir des conventions sociales ou morales. Devant un monde chaotique, la perte de repères semble des plus appropriée.

cauchemarLe cauchemar de Füssli (spéciale dédicace pour Maggie avec qui j’ai vu cette expo)

Les trois temps du romantisme noir se retrouvent autour de certains thèmes centraux. Les artistes émaillent leurs œuvres de références littéraires, mythologiques ou bibliques. Au début du mouvement, les références sont clairement littéraires : « Le paradis perdu » de Milton, les pièces de Shakespeare, « La divine comédie » de Dante, « Faust » de Goethe (exemple : « Dante et Virgile aux enfers » de Adolphe Bouguereau, « Les trois sorcières de Füssli, « Paolo et Francesca » de Delacroix ou « Ophelie » de Auguste Préault).

bouguereau-Dante et Virgile aux enfers de Bouguereau

Le symbolisme se tourne vers d’autres mythes où la femme est vénéneuse et dangereuse : Sphinx, Méduse, Salomé, Cléopâtre (ex: « Méduse » de Lucien Levy-Dhurmer, « Salomé » de Gustave Moreau, « Vampire » de Edvard Munch). Les surréalistes explorent l’oeuvre redécouverte du marquis de Sade et d’autres auteurs gothiques.

Medusa-Levy-LMéduse de Levy-Dhurmer

Le paysage est un thème central développé dès le début par les anglais notamment par Samuel Coleman ou John Martin. Leurs toiles montrent le chaos, des bâtiments en ruines ou en flammes. La version allemande est très différente avec des paysages à priori calme mais d’où se dégage l’étrangeté et qui confinent au sublime (ex: « Le portail du cimetière » de Caspar David Friedrich, « Paysage montagneux : ruines dans une gorge » de Karl Friedrich Lessing.

lessingPaysage montagneux de Lessing

On retrouvera cela chez les symbolistes dans les paysages se Spilliaert, Böcklin ou Williman Degouve de Nuncques.

WilliamDegouvedeNuncques+Nocturne atTheRoyalParkBrussels+1897+MuseedOrsayNocturne au parc royal de Bruxelles de Degouve

Max Ernst sera lui-même obsédé par la forêt (dans laquelle il est resté trop longtemps, n’est-ce pas Maggie ?) et son côté magique, mystérieux.

6.ernstForêt d’arêtes de Ersnt

L’imagerie gothique du romantisme noir est largement reprise par la suite par le cinéma. De nombreux extraits sont visibles tout au long du parcours de l’exposition : « Frankenstein » de James Whale, « Dracula » de Tod Browning, « Rebecca » d’Alfred Hitchcock, « La chute de la maison Usher » de Jean Epstein pour n’en citer que quelques uns.

NosferatuNosferatu de Murnau

Le musée d’Orsay nous offre une exposition très complète sur le mouvement du romantisme noir. De très nombreuses œuvres sont présentées pour nous offrir un large panorama historique. Laissez-vous emporter par les ténèbres !

Caspar_David_Friedrich_-_The_Cemetery_Gate_The_Churchyard_-_WGA8276Le portail du cimetière de CD Friedrich

Publicités

26 réflexions sur “L’ange du bizarre au musée d’Orsay

  1. Encore une visite que je dois faire, j’ai trouvé deux hors série à la librairie de Beaubourg, on doit s’organiser ça avec Miss Bouquinaix !

  2. Je dois y aller samedi et ton billet me confirme que j’ai bien fait de choisir cette expo ! Je ne connais pas du tout le Romantisme noir donc je pense que c’est un moyen sympathique de découvrir ce courant !

  3. J’adore ton billet ! il résume très bien l’ambiance romantico-noir-surréaliste de l’expo ! Un très très beau souvenir !!!! Je suis enchantée de l’avoir vu avec toi ! MERCI pour le cauchemar… Et ca me fait bien rire encore pour Ersnt et ils sont trop longtemps restés dans les bois !

  4. Brrr ! Non Merci, sans façons !
    Bravo pour ton commentaire très bien illustré, mais je m’abstiendrai d’aller voir cette expo qui me semble morbide en diable. J’adore Edgar Poe, Murnau (à petites doses) et les différentes représentations de la folie, mais je les préfère plus souriantes.
    Mais si le coeur vous en dit…

    • Effectivement l’esprit du romantisme noir est assez morbide mais c’est étonnant que tu n’aies pas envie d’y aller si tu aimes Poe et Murnau (qui ne sont pas tellement souriants !!).

    • Je suis bien d’accord avec toi, c’est une vraie réussite. Je ne sais pas si tu avais vu la bande-annonce réalisée par le musée d’Orsay avant l’expo, elle était géniale.

  5. J’ai lu ton billet hier et l’ai trouvé extrêmement bien fait, détaillé juste ce qu’il faut, et terriblement alléchant !
    Je me rends à Orsay la semaine prochaine, après des mois d’attente (je guette cette expo depuis la rentrée 2012, gggrrr !) et enchaînerai -la semaine suivante- avec « De l’Allemagne » au Louvre. L’as-tu visitée ?
    Celle-ci a l’air somptueuse, comme souvent à Orsay, de toute façon ; je n’ai aucune appréhension.

    • Merci pour le compliment ! J’espère que tu vas aimer cette expo autant que moi (je la guettais également depuis un bon moment !). Je n’ai pas encore vu l’expo du Louvre mais je compte bien y aller notamment pour les paysages de Caspar David Friedrich.

  6. J’ai l’intention d’y aller mais je ne sais pas encore quand …
    Pour l’expo du Louvre, je l’ai vu il y a quelques semaines : n’hésite pas, c’est vraiment une excellente expo ! Il y a beaucoup de Casper David Friedrich (dont certains me semblent assez rarement exposés). Mais le reste de l’expo est également passionnant : on apprend énormément de choses sur Goethe (un véritable touche-à-tout autodidacte !), les salles sur le XXème siècle proposent des Otto Dix très intéressants … A visiter sans aucune hésitation !

    • Je pense qu’effectivement l’expo du Louvre est passionnante, d’autant plus que je connais mal la peinture allemande. Rien que pour CD Friedrich je vais faire le déplacement ! Je suis moins fan d’Otto Dix, en tout cas esthétiquement parlant. Tu me diras que ses tableaux n’étaient pas réalisés pour la plaisir des yeux !!! Je te dirai quand j’y serai allée, merci pour le conseil !

  7. J’ai hébergé une amie américaine le mois denier qui a été voir cette expo et m’a dit que ça serait clairement le genre de chose qui devrait me plaire. Malheureusement, je n’ai pas encore eu le temps d’y aller et je doute que les choses s’arrangent 😦

    • Tu as jusqu’au 23 juin pour aller au musée d’Orsay, j’espère que tu pourras t’y rendre car elle est vraiment très complète et pédagogique.

    • Tu auras remarqué que je ne parle pas beaucoup des surréalistes, je n’aime pas tellement ce mouvement. Je crois que je suis trop terre-à-terre pour comprendre leurs œuvres !

        • Je n’irai pas jusqu’à dire que cela gâche l’expo car les surréalistes y ont leur place et c’est bien expliqué dans l’expo. Mais c’est certain que sur le plan esthétique, ça ne m’a vraiment pas passionné !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s