Crime d’honneur de Elif Shafak

Des filles, des filles, rien que des filles. Dans le village de Mala Çar Bayan près de l’Euphrate, Naze espérait avoir enfin un fils. Mais elle accouche de jumelles : Jamila et Pembe. Une véritable malédiction pour cette famille très traditionnelle : encore deux filles qu’il faudra marier. Des deux sœurs, seule Pembe se marie. Jamila devient sage-femme aux fins fonds de la Turquie, aidant et guérissant ceux qui viennent la chercher. Pembe épouse Adem qui l’emmène à Istanbul. Iskender et Esma naissent dans la capitale turque, avant que leurs parents ne décident de s’installer à Londres. Un eldorado où la vie sera forcément plus douce et où Pembe met au monde un dernier enfant : Yunus. Mais le mirage londonien est de courte durée. Adem se perd dans les salles de jeu, Iskender dans la colère jusqu’au terrible drame qui le conduit en prison.

« Crime d’honneur » est une formidable saga familiale couvrant plusieurs générations (des années 50 au début des années 90) et plusieurs pays. Les chapitres alternent les époques, les points de vue et nous transportent des bords de l’Euphrate à ceux de la Tamise où la famille de Pembe est venue vivre. A travers la trajectoire de Pembe et des siens, Elif Shafak aborde de riches thématiques : le poids des traditions, du déracinement, la place des femmes, l’éducation. Les trois enfants de Pembe incarnent les différentes réactions des immigrés. Iskender, l’aîné et « sultan » de sa mère, est le plus perdu. Il n’arrive pas à trouver sa place à Londres, il se cherche et pense trouver des réponses dans le repli communautaire. Ce retour irréfléchi aux traditions l’amènera à commettre un crime d’honneur impensable et impardonnable. Yunus, le cadet, est né à Londres et la question de l’intégration ne se pose pas pour lui. Ses souvenirs sont ancrés dans les rues et les squats londoniens. Esma est entre les deux mondes. Jeune femme moderne, elle n’a pas pour autant oublié ses racines turques : « Istanbul … Dans les circonvolutions de ma mémoire, le nom de la ville se distingue des centaines de mots que j’ai rangés tout au fond, au fil de ma vie. Je le pose sur ma langue, je le déguste lentement, avec envie, tel un bonbon. Si Londres était un bonbon, ce serait un caramel – riche, intense et traditionnel. Istanbul, par contre, serait un morceau de réglisse à la cerise – un mélange de saveurs opposées, capable de transformer l’aigreur en sucre, la douceur en amertume. » Les femmes de la génération précédente n’auront pas la chance de profiter de la libération de la femme. Pembe et sa sœur Jamila sont les deux sacrifiées, leurs vies gâchées et gaspillées par l’impossibilité d’échapper à la tradition.

« Crime d’honneur » est l’histoire déchirante de deux sœurs, de leur famille cherchant désespérément la liberté, le bonheur et qui ne trouve que la violence et la peur.

I love London logo

Publicités

19 réflexions sur “Crime d’honneur de Elif Shafak

    • Merci ! Je ne suis d’ailleurs pas la seule à avoir aimé puisque « Crime d’honneur » a été choisi pour le mois d’avril du Prix Relay.

  1. Ce livre me semble très bien pour sortir un peu de mes lectures habituelles (j’essaie de diversifier un peu l’origine des auteurs que je lis, parce que jusque là c’est pathologique).

    • Si je n’avais pas participé au Prix Relay, je ne l’aurais pas lu spontanément. Je suis comme toi, j’ai du mal à sortir de mes domaines littéraires habituels.

  2. La bâtarde d’Istanbul fut un coup de coeur. Je’ai ensuite été déçue par cette auteure mais je crois que là, elle a renoué avec ce que j’aime. Il est arrivé daNs ma LAL.

  3. Je note « La bâtarde d’Istanbul » pour poursuivre ma découverte de cet auteur. J’ai trouvé celui-ci vraiment très bien construit avec des thématiques profondes et intéressantes.

  4. J’ai adoré « La bâtarde d’Istanbul » et beaucoup aimé « Bonbon palace ». Je note bien entendu celui-ci ! J’hésite à lire celui qui traite du soufisme mais les avis sont plus mitigés.

  5. C’est amusant car je viens de te laisser un commentaire dans lequel j’évoque un essai (aussi drôle que passionnant) de cette auteure et j’ai failli emprunter « Bonbon Palace », l’un de ses romans, cette semaine (mais cela n’aurait pas raisonnable).
    « Crime d’honneur » semble tout à fait intéressant, sujet et construction. Un roman apparemment prenant, dans lequel on doit prendre beaucoup de plaisir à se glisser. Je ne manquerai pas de l’emprunter ou de me l’offrir prochainement, PAL boudeuse ou pas !

    • Oui c’est amusant que tu n’aies parlé de cet auteur que je viens juste de découvrir. J’ai noté le titre dont tu me parlais car je ne manquerai pas d’en lire d’autres d’Elif Shafak.

  6. Merci pour cette participation ! Heureusement que tu es là ! Mais maintenant, I’m back je vais pouvoir lire un peu sur Londres ( enfin presque !). En revanche, j’avoue que cette saga familiale ne m’attire pas trop…

    • Il faudrait que je lise plus sur Londres, je suis loin d’avoir lu tout ce que je voulais. Je voudrais devenir insomniaque pour lire plus !!! Il faut que l’on se mette d’accord avec Miss Léo pour la date de la LC du livre de Boris Johnson.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s