L’inconnu du Nord-Express de Alfred Hitchcock

Dans un train, Guy Haines (Farley Granger) rencontre un inconnu nommé Bruno Anthony (Robert Walker). Ce dernier connaît en réalité précisément la vie de Guy qui est une star du tennis. Il sait qu’il cherche à divorcer pour se remarier avec une riche héritière mais sa femme est réticente. Quant à lui, Bruno ne supporte plus son père autoritaire. Il propose alors à Guy d’échanger leur crime. Chacun éliminant le gêneur de l’autre pour que le meurtrier n’ait aucun lien avec la victime. Le meurtre parfait.

train

Librement inspiré du roman de Patricia Highsmith, « L’inconnu du Nord-Express » est une grande réussite bourrée de scènes cultes. De nouveau, le thème principal est l’échange de meurtres, le transfert de culpabilité. La relation entre Guy et Bruno est des plus ambigües. Lorsque les deux hommes sortent du train, Bruno a annoncé qu’il allait tuer la femme encombrante et vulgaire de Guy et ce dernier qu’il s’occupera du père du premier. La phrase est prononcée sur le ton de la boutade mais Guy n’est-il pas déjà conscient de ce qui va se passer ? Lorsqu’on lui annonce le décès de son épouse, il comprend immédiatement que Bruno est passé à l’acte. Mais Guy n’a sans doute pas mesuré l’ampleur de la folie de Bruno et à quel point ce pacte faustien l’engageait.  Bruno se met à le harceler, il est partout : sur les marches d’un bâtiment public, dans la foule assistant à un match de tennis (le seul à ne pas tourner la tête pour suivre les échanges), il lui téléphone et finit par le menacer.

Alfred_Hitchcock's_Strangers_on_a_Train_Trailer_Tennis_Walker

Bruno a en effet dérobé le briquet de Guy et il décide de le laisser sur le lieu du crime puisqu’il ne remplit pas sa part du contrat. Cela donne lieu à une scène tout en tension. Guy doit arrêter Bruno mais il a un match à jouer avant. Il ne cesse de regarder l’heure cherchant à en finir rapidement. En parallèle, Bruno se dirige vers le lieu du meurtre, il fait tomber le briquet dans le caniveau. Le suspense augmente des deux côtés : Guy finira-t-il son match à temps ? Bruno récupérera-t-il le briquet ? Cette tension arrivera à son paroxysme dans la scène finale où les deux hommes s’affrontent sur un manège.

manège

Hitchcock fait preuve de beaucoup de créativité dans ses plans. Je pourrais citer la scène du meurtre qui se passe entièrement dans les verres de lunettes que la femme de Guy a perdu.

lunette

Mais je voudrais surtout insister sur l’extraordinaire scène d’ouverture. Hitchcock filme l’arrivée de Guy et Bruno à la gare au niveau des pieds. L’une après l’autre, les deux paires de jambes regagnent le quai puis grimpent dans un wagon. Le train démarre, Hitchcock filme les rails qui se croisent et s’écartent. On retrouve nos pieds qui s’installent à une table. Ils s’entrechoquent, la caméra remonte alors sur les visages. La rencontre a lieu. Un début brillant et génial.

pieds

« L’inconnu du Nord-Express » est cinématographiquement très réussi et abouti. L’intrigue est elle-aussi réjouissante, notamment grâce à Bruno Anthony. Pour Hitchcock, meilleur est le méchant, meilleur est le film. C’est le cas ici, Bruno est pervers, cynique et parfaitement interprété par Robert Walker. Un grand classique.

Vu avec ma copine Maggie.

Publicités

6 réflexions sur “L’inconnu du Nord-Express de Alfred Hitchcock

  1. Oui un grand classique et je ne regrette pas de l’avoir vu ! Merci pour le prêt dvd ! J’ai aussi beaucoup aimé les 39 marches, j’en parlerai bientôt ! peut-être que dans ma lancée, je regarderai aussi l’auberge de la jamaique….

    • C’est toujours un plaisir de revoir les grands classiques d’Hitchcock. Je suis contente que tu aies aimé « Les 39 marches », il est très plaisant et amusant. Toujours pas lu « L’auberge de la Jamaïque »… 😦

  2. Nous partageons totalement votre enthousiasme pour ce film, c’est avec grand plaisir que nous avons lu votre billet . Dans son livre d’entretien avec François Truffaut, Hitchcock égratigne pourtant ces acteurs:
    « Je crois que les faiblesses de « Strangers on a train » résident dans le manque de force des deux acteurs principaux et dans l’imperfection du scénario final. Si le dialogue avait été meilleur nous aurions eu une plus forte caractérisation des personnages. Voyez vous, le grand problème dans ce genre de film, c’est que vos personnages principaux ont tendance à devenir simplement des figures. »
    Un peu plus loin il dit que son souhait était d’avoir William Holden à la place de Farley Granger et que Ruth Roman lui fut imposée.

    Pour info, le dimanche 24 février à 11 heures, Vertigo de Hitchcock est diffusé dans la grande salle du cinéma l’arlequin (Rue de Rennes -Paris) dans le cadre de la séance ciné club de Claude Jean Philippe.

    • Je sais que Hitch n’était pas très heureux d’avoir Farley Granger pour ce film. Mais je trouve que sa faiblesse sied parfaitement au personnage qui, comme dans « La corde », se laisse facilement manipuler. Merci pour l’info concernant « Sueurs froides » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s