Indignation de Philip Roth

 En 1950, au commencement de la guerre de Corée, le jeune Marcus Messner entre à l’université Robert Treat à Newark. Resté à proximité de New York pour continuer à vivre chez ses parents, Marcus ne tarde pas à changer d’avis : « J’ai quitté Robert Treat au bout d’un an seulement.Je suis parti parce que soudain mon père n’avait même plus confiance dans mon aptitude à traverser la rue tout seul. Je suis parti parce que sa surveillance constante m’était devenue insupportable. La perspective de mon indépendance transformait cet homme par ailleurs d’humeur égale, qui ne se mettait que rarement en colère contre qui que ce fût, en homme capable de se livrer à un acte de violence si par malheur j’osais décevoir son attente, cependant que moi – dont l’imperturbable esprit logique avait fait l’un des piliers de notre équipe de débatteurs – j’en étais réduit à hurler de rage impuissante devant son ignorance et l’irrationalité de sa conduite. «  Marcus s’enfuit donc dans l’Ohio au Winesburg College. Un choix qui peut sembler judicieux étant donné la situation mais qui va s’avérer fatal à Marcus.

Ce court roman de Philip Roth est un roman d’apprentissage qui malheureusement sera bref pour Marcus Messner. Très rapidement dans le roman, nous apprenons que Marcus est en train de mourir à l’hôpital. Le texte prend la forme d’un long flash-back où Marcus nous explique comment, jeune homme brillant et sérieux, il en est arrivé à mourir sur un champ de bataille en Corée du Sud. Il ne s’intéresse pourtant qu’à ses études, à sa tranquillité. Par petites touches, par quelques mauvais choix, Marcus va changer la trajectoire de sa vie. Trop entier, incapable de réfréner ses sentiments, il est incapable de s’adapter aux autres garçons et aux règles de la vie sociale. Marcus changera trois fois de chambre en un an. Mais c’est sa rencontre avec Olivia, une jeune fille déprimée aussi bien qu’aguicheuse, qui va décider de la destinée de notre héros. Comme souvent chez Philip Roth, c’est le sexe qui va changer le cours des choses. Le puritanisme de l’Amérique des années 50 entraînera Marcus à sa perte.

« Indignation » est un excellent roman pessimiste de Philip Roth. Le destin implacable de Marcus se décide sur des actions qui semblent insignifiantes, montrant ainsi le peu d’emprise que l’on a sur nos vies. L’auteur américain retrouvera Newark dans son nouveau roman intitulé « Némesis » qui sortira en octobre chez nous.

Merci à Lise et aux éditions Folio pour cette lecture.

Logo mois américain

Publicités

5 réflexions sur “Indignation de Philip Roth

  1. @Céline : C’est sûr que l’histoire n’est pas joyeuse du tout mais c’est un bon Philip Roth.

    @Valérie : Je te rassure sur celui-ci, il n’y est pas question du 3ème âge ! Le héros meurt jeune ! Je pense que tous les Philip Roth ne se valent pas mais j’ai trouvé celui-ci très bon.

    @Maggie : On est d’accord de nouveau sur un livre, j’ai comme l’impression que nous avons des goûts en commun… 😉

    @Adalana : Je crois que ses livres sont assez variés par leurs thématiques et leurs qualités. Celui-ci est court, ramassé et l’histoire est bien racontée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s