La mort s'invite à Pemberley de PD James

A Pemberley House, en ce vendredi 14 octobre 1803, se prépare un grand bal. Elizabeth Darcy et son époux ont décidé de remettre au goût  du jour le bal de Lady Anne, la mère de Fitzwilliam Darcy. Tous les habitants de la splendide demeure sont bien occupés par ce grand évènement qui doit avoir lieu le lendemain. Plusieurs membres de la famille sont déjà arrivés : Jane Bingley, la sœur d’Elizabeth, et son mari, ainsi que le colonel Fitzwilliam, cousin de Mr Darcy. Dans la soirée, une tempête se déchaîne : « La tempête qui faisait rage au-dehors ne contribuait guère à détendre l’atmosphère. Le vent s’engouffrait de temps en temps dans la cheminée, le feu sifflait et crachotait comme un être vivant et il arrivait qu’une bûche embrasée se brise dans un spectaculaire jaillissement de flammes, projetant sur les visages des convives un bref éclat rouge qui leur prêtait un aspect fiévreux. » C’est dans cette ambiance agitée qu’arrive, dans la cour de Pemberley à vive allure, un équipage à bord duquel se trouve une femme hystérique. Celle-ci est en fait Lydia Wickham, la sœur d’Elizabeth et Jane. Elle venait assister au bal auquel elle n’était d’ailleurs pas invitée. En descendant de sa voiture, Lydia se met à hurler : « Wickham est mort ! Denny l’a tué ! Allez donc le chercher voyons ! Mais que faites-vous ? Ils sont là-bas, dans les bois ! Faites quelque chose ! Oh, mon Dieu, il est mort, j’en suis certaine ! » Mr Darcy lance alors les recherches sur son domaine.

Quel plaisir de retrouver Pemberley et ses habitants ! PD James rend hommage à Jane Austen et son roman le plus connu « Orgueil et préjugé ». Pour ceux qui ne l’auraient pas lu (eh oui il y en a encore !), l’auteur anglais rappelle les différents évènements de l’intrigue d’origine dans son prologue et au fil du livre. Le dernier PD James peut donc être lu par tous. Mais bien entendu il s’adresse en priorité aux amoureux de la grande romancière du XVIIIème. Le cadavre retrouvé dans les bois de Pemberley est un prétexte pour PD James. L’intrigue policière n’est pas extrêmement prégnante. Le système judiciaire de l’époque est certes fort bien documenté mais j’ai trouvé la fin un peu rapide.  La révélation finale arrive très brusquement, à point nommé et du coup semble artificielle. L’intérêt du livre est bien évidemment la reconstitution de l’univers austenien. PD James écrit dans la langue, l’esprit de Jane Austen. La psychologie des personnages est parfaitement respectée. Elle décrit parfaitement l’univers, les mœurs dans lesquels les Darcy évoluent. Des clins d’œil aux autres romans amuseront également les amoureux de la romancière. Il ne manque que la piquante ironie de Jane Austen pour rendre le style de « La mort s’invite à Pemberley » parfait.

PD James rend un  hommage délicieux à « Orgueil et préjugé » qui ravira les lecteurs de l’original. Voici une austenerie de qualité, respectant l’univers, la langue et les personnages.

Une lecture commune avec ma chère Lou.

Publicités

14 réflexions sur “La mort s'invite à Pemberley de PD James

  1. Je te sens plus enthousiaste encore que moi même si j’ai passé un très très bon moment moi aussi… c’est vrai que ces références aux autres romans sont sympathiques, tu as bien raison de les mentionner. J’ai aussi pas mal rigolé, comme lorsque Darcy et ses proches sont de suite innocentés sans avoir vraiment eu à se justifier… « bon vous je vous connais c’est bon je sais que c’est pas vous » 🙂 En tout cas c’était très plaisant et nous faisons une équipe de détectives de choc toutes les deux ! (PS : la fille aînée va se retrouver à une soirée avec son fiancé amnésique et remarié, quant à la 2e après des fiançailles brèves mais intenses avec un « sodomite », elle voit son fiancé filer à l’anglaise tandis qu’un scandale sur son compte éclate à Londres suite aux confessions d’un de ses valets…)

  2. Bon, je vois que Lou et toi, vous vous liguez pour nous inciter à lire ce roman… Alors je céderai à l’occasion…

  3. Je suis un peu moins enthousiaste mais c’est vrai que parmi toutes les « austeneries » qui existent, celle-ci fait largement partie du haut du panier 🙂

  4. @Céline : C’est vraiment très sympa et agréable à lire et Pemberley est toujours accueillant !

    @Lou : Comme je lis peu de romans dérivés de ceux de notre chère Jane, je dois dire que je me suis bien amusée avec celui-ci. Je n’étais pas retournée à Pemberley depuis un moment et cela m’a fait du bien. Tu connais d’autres dérivés de « P&P » de qualité et pas en anglais de préférence ?

    @Robert : Si j’arrive à faire partager mes plaisirs de lecture, mon but est atteint !

    @Maggie : Mais oui laisse toi faire, lis ce roman de PD James ! N’as-tu pas envie de retourner à Pemberley ?

    @Emjy : Comme je le disais à Lou, je lis peu d’austeneries et donc j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman de PD James. Je l’ai apprécié plus pour le plaisir de retrouver mes héros chouchous que pour l’intrigue policière mince comme du papier à cigarette !

  5. J’ai été un peu déçu par le côté enquête quasi inexistant mais sinon c’est vrai que côté austenerie, il n’existe pas mieux en français.

  6. @Alice : C’est sûr que si l’on veut une intrigue policière, ce n’est pas le bon PD James ! C’est d’ailleurs étonnant qu’elle est à ce point oublier le suspense qui est quand même sa spécialité. Elle s’est laissée totalement emporter par son amour pour le roman de Jane Austen. Et je me suis laissée gagner par sa passion !

  7. Je l’ai beaucoup aimé ! Je ne l’ai de toute façon pas lu pour l’enquête, qui est effectivement un peu simpliste. Je trouve qu’il s’agit d’un hommage parfaitement réussi, moi qui suis pourtant particulièrement méfiante et sceptique en matière d’austeneries (la plupart ne me tentent pas du tout). On sent tout l’amour que PD James porte à l’original, ce qui crée une connivence des plus réjouissantes. Qui plus est, le style est excellent (je l’ai lu en anglais, et ne sais donc pas ce que vaut la traduction) .

  8. @Miss Léo :Je suis totalement d’accord avec toi, on se fiche de l’intrigue policière puisque nous avons l’immense plaisir d’être à Pemberley !! C’est une des rares dérivés de Jane Austen que j’ai lus et les autres ne me tentent pas non plus. Je pense que la traduction est bonne parce que j’ai aimé le style.

  9. Je note ! Tu penses ! J’adore PD James ET Jane Austen ! C’est vraiment jubilatoire quand on voit toutes les références, on se sent en conivence avec l’auteur…c’est ça aussi que j’aime chez Jasper Fford…mais c’est un autre sujet . 😉

  10. @Somaja : Oui c’est un plaisir de retrouver l’univers de Jane Austen et PD James s’en sort merveilleusement bien dans son hommage. J’apprécie beaucoup les références de Jasper Fforde mais je ne suis pas passionnée par le destin de Thursday…son imagination est incroyable mais je trouve que les intrigues ne sont pas assez travaillées. Je vais m’attirer les foudres des admiratrices de Fforde !!!

    @Romanza : Franchement je te le conseille. Je ne suis pas habituée aux austeneries qui me semblent toujours niaises mais ce n’est pas le cas ici. On retrouve bien l’atmosphère et c’est un réel plaisir de passer à nouveau du temps à Pemberley.

  11. Pingback: La mort s’invite à Pemberley / P.D. James | uncoindeblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s