Les dames de Grâce Adieu de Susanna Clarke

 « Les dames de Grâce Adieu » de Susanna Clarke est un recueil de huit contes féériques. Il a été écrit deux ans avant le grand succès de l’auteur « Jonathan Strange & Mr Norrell ». les différentes histoires ont pour point commun de nous montrer la proximité entre le monde réel et le pays des fées. Le monde magique peut se trouver au détour d’un pont, derrière un bosquet, le passage de l’un à l’autre se fait insensiblement.

L’imagination débordante de Susanna Clarke peuple ses contes de personnages plus incroyables les uns que les autres : le fantasque Tom Brightwind capable de construire un pont en une nuit, Mrs Mabb si nuisible et invisible, les dames de Grâce Adieu magiciennes féministes. Susanna Clarke mêle à ses créations des personnages historiques comme le Duc de Wellington ou Marie reine d’Écosse qui tous deux ont des problèmes de broderies ! Certaines légendes européennes sont présentes également comme celle de Rumpelstiltskin tiré d’un conte des frères Grimm. L’univers développé dans les nouvelles n’est pas sans faire penser « Au songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare, d’ailleurs Obéron et Titania sont bien présents. On retrouve la même magie, la même féérie. L’atmosphère y est également légère et bucolique : « Des arbres majestueux d’un âge et d’une ramure vénérables entouraient une grande pelouse d’un vert velouté. Les arbres étaient tous taillés dans des formes égales et arrondies, chacun plus grand que le clocher de l’église de Kissingland, chacun un mystère à part entière, et chacun doté par le soleil du soir d’une longue ombre, aussi mystérieuse que lui. Loin, bien loin au-dessus, une lune minuscule pendait dans le ciel bleu comme son propre fantôme inconsistant. »

Les histoires peuvent aussi être humoristiques comme la dernière « John Uskglass et le charbonnier ». John Uskglass « roi du nord de l’Angleterre et de parties de Féérie, et le plus grand magicien qui eût jamais vécu » va voir ses pouvoirs contrecarrés par un simple charbonnier mécontent et têtu !

Pour les admirateurs de « Jonathan Srange & Mr Norrell », le premier des deux magiciens fait son apparition dans la nouvelle éponyme du roman. Il semble que celle-ci soit un épisode retranché du best-seller. Jonathan Strange y découvre que, contrairement à ce qu’il pensait, les femmes aussi s’y connaissent en magie.

L’ambiance onirique de ces huit contes est délicieuse et charmante. Toutes les histoires ne m’ont pas autant séduite mais l’ensemble reste fort plaisant. Un petit passage amusant contre la littérature anglaise et probablement les romans de Jane Austen : « Il sembla méditer une minute ou deux, puis, n’arrivant nulle part, il secoua la tête et poursuivit :

Que disais-je ? Ah oui ! Alors, naturellement, j’ai beaucoup à dire. Ces sottes, elles, ne font rien. Absolument rien ! Un peu de broderie, quelques leçons de musique. Oh ! Et elles lisent des romans anglais ! David ! Avez-vous jamais ouvert un roman anglais ? Eh bien, ne vous donnez pas cette peine. ce n’est qu’un tas d’inepties sur les perspectives de mariage de demoiselles aux noms fantaisistes. »  Les magiciens n’ont pas forcément bon goût !

Un grand merci à Christelle et aux Éditions Robert Laffont pour cette découvert.

Le billet de ma copine Cryssilda avec qui j’ai eu le plaisir de lire ce livre est ici.


Publicités

11 réflexions sur “Les dames de Grâce Adieu de Susanna Clarke

  1. Tout comme toi ! J’ai même failli mettre la même citation que toi que j’avais relevée moi aussi 😉
    Je vois qu’on y a vu les mêmes influences de notre cher Will également !

  2. @George : Je pense effectivement qu’il peut te plaire. L’univers des fées est charmant et malicieux avec plein de références à la littérature anglaise.

    @Céline : Oui le titre est vraiment délicieux et le livre lui correspond bien. Je n’ai pas l’habitude du monde des fées mais ces nouvelles sont réellement charmantes.

    @Cryssilda : J’ai lu ton billet et effectivement nous sommes totalement d’accord sur cette lecture. La citation sur la littérature anglaise m’a beaucoup amusée, elle a été écrite pour nous !!!

  3. J’avais lu une bonne partie de ces nouvelles il y a un peu plus de trois ans, je m’en souviens car Mr Lou venait d’arriver en Espagne et je passais une partie de la journée à bouquiner, j’étais venue avec une grosse pile dont celui-ci mais j’avoue ne pas avoir complètement accroché, du coup je n’avais pas fini. Tu me donnes presque envie de le relire, d’autant plus que je crois me souvenir que j’avais apprécié plusieurs nouvelles.

  4. @Mrs Figg : Oui c’est un joli livre, très agréable, très amusant et effectivement la couverture est réussie.

    @Sabbio : Je pense aussi que tu apprécierais ce livre très distrayant au pays des fées et autres lutins facétieux !

  5. Dans ma pile depuis des années… va falloir que je l’en sorte hein… un jour. J’aime beaucoup le monde créé par Susanna Clarke dans jonathan Strange… même si bon, des fois, on s’y perd un peu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s