Cranford de Elizabeth Gaskell

 « Disons, pour commencer, que Cranford est aux mains des Amazones : au-dessus d’un certain loyer, ses demeures ne sont occupées que par des femmes. » C’est le quotidien de ces femmes que nous allons découvrir dans le livre d’Elizabeth Gaskell. La narratrice Mary Smith habite à Drumble mais elle rend régulièrement visite aux soeurs Jenkyns. Chacune de ces rencontres permet à la jeune femme de décrire la vie de Cranford. Les femmes de la haute société de ce petit village anglais sont toutes vieilles filles ou veuves. Elles sont toutes très à cheval sur les bonnes manières, la bienséance alors que le manque d’argent est patent. Chacune tente de faire des économies de bout de chandelle à droite à gauche pour sauver les apparences. Ce qui occasionne souvent des scènes très cocasses.

L’activité favorite de ces dames c’est bien entendu les cancans sur les autres habitants. Elles commentent chaque évènement, chaque nouveauté. Leurs jugements sont souvent assez durs comme lorsque Lady Glenmire épouse en seconde noce un homme socialement inférieur. How shocking ! Mais les avis changent vite car les dames de Cranford ont un bon fond. Le respect des conventions sociales n’empêche pas une profonde amitié entre elles. Elizabeth Gaskell a su créer des personnages sensibles, émouvants. Au fil des chroniques, on découvre les blessures, les fêlures de nos habitantes. Miss Matty Jenkyns est celle qui cristallise l’affection du lecteur et du village. Durant sa jeunesse, sa famille a refusé l’homme qu’elle aimait. Miss Matty  consacre alors toute sa vie à sa soeur Deborah. Lorsque cette dernière décède, Miss Matty se retrouve seule. C’est alors que sa banque fait faillite, ses billets ne valent plus rien. Les dames de Cranford oeuvreront dans l’ombre pour tirer leur amie de l’embarras. Cette entraide humble et discrète rend les dames de Cranford vraiment touchantes.

« Cranford » fut publié de 1851 à 1853 dans le magazine de Charles Dickens « Household Works ». Elizabeth Gaskell fait d’ailleurs un clin d’oeil à son ami à travers la querelle de Miss Deborah Jenkyns et du Capitaine Brown qui s’opposent sur les qualités littéraires du Dr Johnson et de Boz. Ces chroniques provinciales mélangent l’humour et la tendresse. L’auteur est toujours très attentive à la construction de ses personnages. Elle met en scène ici une belle galerie de femmes. Je n’ai pas retrouvé le souffle romanesque de « Nord et Sud » ou de « Femmes et filles ». Les petites anecdotes manquent au début de fil conducteur. Mais les scènes finissent par se suivre réellement pour nous conter les déboires de Miss Matty. Malgré cela, j’ai retrouvé avec délice Elizabeth Gaskell. J’apprécie sa finesse psychologique, son regard perçant mais néanmoins indulgent sur les faiblesses humaines. Un délicieux voyage dans la campagne anglaise des années 1830 que je vais prolonger grâce à l’adaptation de la BBC.

Tea2

Jour 1 : Cryssilda, Lou , Eliza, Karine:), Maijo, Soukee, Syl, Somaja , Choupynette , Maggie , Val et Maeve.

Publicités

24 réflexions sur “Cranford de Elizabeth Gaskell

  1. Je suis d’accord avec toi, ça n’a rien à voir avec Nord & Sud et ça m’a un peu déstabilisée au début 😉 je n’avais lu aucun avis et m’attendais à trouver un nouveau couple John/Margaret ! Mais ce roman à tout de même beaucoup de charme à sa façon 🙂
    Je ne savais pas que Gaskell et Dickens étaient amis… Je vais aller le renseigner un peu plus là-dessus !

  2. @Eliza : Ce sont vraiment des petites chroniques du quotidien, cela n’a pas l’ampleur des romans mais c’est vraiment agréables à lire. Eh oui Eilzabeth et Charlie se connaissaient et s’appréciaient. J’aurais bien aimé participer à leur conversation !

    @Syl : J’ai commencé la découverte de Gaskell avec « Nord et Sud » que j’ai adoré. J’espère que tu apprécieras également.

  3. A l’époque (lointaine) où je l’ai lu, les traductions n’existaient pas, mais j’en raffole, de ce petit roman!J’ai lu plein de romans de l’auteur, alors pas de mois anglais, j’ai de l’avance, tu comprends que je ne participe pas…

  4. @Keisha : Oui je sais que tu adores « Cranford » et Gaskell, nous nous rejoignions totalement sur ce point ! Bien entendu tu es excusée de ne pas participer à notre mois anglais et puis tu es quand même là grâce aux commentaires !

  5. Hélas, je n’ai pas eu le temps de finir Gaskell… Et celui-ci m’a l’air tout aussi attirant : je m’en veux de ne pas l’avoir acheté lorsque je l’ai vu en librairie ! ce sont des livres pas courants…

  6. @Maggie : Mais oui dis donc, où est passé ton article sur « Nord et Sud » ?! J’espère que tu le finiras bientôt pour me donner ton avis. « Cranford » est un très joli livre, vraiment charmant. J’espère que tu pourras le trouver.

    @Valérie : Tant mieux si on te donne envie ! C’est une auteure que j’affectionne tout particulièrement.

  7. On a eu la même lecture (comme c’est étrange, #nous sommes les Gaskell twins…#). La série reprend plusieurs histoires de Gaskell et est superbe.

  8. @Isil : Oui c’est vraiment étonnant…et j’adore l’idée des Gaskell twins ! Oui la série est vraiment bien, si tu repasses sur mon blog d’ici à la fin de la semaine tu pourras lire ce que j’en penses !!

  9. L’intérêt de ce bouquin repose sur l’analyse psychologique des personnages, des travers humains et l’étude de l’époque. Sinon, on ne peut pas dire qu’il s’y passe grand chose…

  10. Je ne connais toujours pas Elizabeth Gaskell dont j’ai l’énorme « Femmes et filles » dans ma PAL… Je pensais le lire pour ce challenge mais, au regard de sa taille, j’ai bien peur que ce ne soit pas possible… Mais, sait-on jamais ;-).

    En tout cas, ton billet m’encourage à la découvrir !!

  11. J’ai celui-ci dans ma PAL (oh comme c’est étrange)… j’ai follement envie de voir l’adaptation que j’ai aussi mais j’hésite : dans quel ordre ? j’ai déjà lu des critiques un peu réservées sur ce livre, essentiellement sur ce que tu dis toi aussi sur ces chroniques un peu distinctes les unes des autres.

  12. @La plume et la page : Non il est vrai qu’il ne se passe pas grand chose dans notre petit village de Cranford ! Tu as raison de préciser que le plus important est la psychologie des personnages, c’est toujours très prégnant chez Elizabeth Gaskell.

    @Maeve : J’espère que tu vas découvrir rapidement Mrs Gaskell que j’adore. « Femmes et filles  » est effectivement assez impressionnant vu de l’extérieur mais Mrs Gaskell a une écriture très fluide, très agréable à lire. C’est un régal et ça se lit tout seul !

    @Lou : Tu devrais commencer par le livre et ensuite le feuilleton. Ce dernier réunit différents livres de Mrs Gaskell et pas seulement « Cranford ». Je vais mettre mon billet sur l’adaptation demain en ligne, tu pourras te faire un avis sur la question !

  13. Je découvre cette auteure avec les blogs…et malgré ta petite réserve sur celui-là, je sens que c’est le genre de roman qui peut me plaire.

    • @Somaja : Je te conseille de commencer par « Nord et Sud » si tu souhaites découvrir Elizabeth Gaskell. Malgré ma réserve, j’ai adoré « Cranford », ses petites chroniques de la vie quotidienne sont délicieuses.

  14. @Cryssilda : Jane Austen n’est pas bavarde !!!! C’est Emma qui est bavarde, nuance… Il y a beaucoup moins de dialogues mais il est question des petits tracas du quotidien. Il ne s’y passe pas grand chose en somme ! On te le prêtera, tu verras par toi-même.

  15. Pingback: Un brin de verdure de Barbara Pym | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s