Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde

Sainte Cécile de JW. Waterhouse

Le musée d’Orsay reprend une exposition, qui a eu lieu il y a quelques mois au Victoria and Albert Museum, intitulée « Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde ». Cette exposition met en lumière un mouvement peu connu en France nommé l’Aesthetic Movement et qui se développa de 1860 à 1900 environ. Ce mouvement artistique prend sa source dans deux groupes d’artistes : les Préraphaélites avec à leur tête Dante Gabriel Rossetti et le groupe de Holland Park avec Frederic Leighton et George Frederic Watts.

                                      Bocca baciata de Rossetti

                                              Pavonia de Leighton

Ces artistes ont une même idée de l’art, comme on peut le voir sur les deux portraits ils aiment à rompre avec le classicisme. Leur travail va rapidement se théoriser. L’Aesthetic Movement cherche à fuir le matérialisme ambiant, la vulgarité et la laideur engendrées par une industrialisation forcenée. L’art pour l’art devient leur credo, l’art n’a pas besoin d’être utile pour exister. Cette notion va rallier d’autres artistes comme James McNeill Whistler, l’Américain arrivé à Londres en 1859, ou Oscar Wilde en parfait accord avec l’esprit dandy de ce mouvement. Dans le même temps, le mouvement s’ouvre aux arts décoratifs. Comme l’Art Nouveau, ces artistes cherchent à embellir le quotidien et chaque objet devient un objet d’art, et la beauté pénètre dans les foyers bourgeois.

L’exposition montre un ensemble d’objet très cohérent et varié qui permet de visualiser tous les domaines touchés par l’Aesthetic Movement, cela passe par le mobilier (avec Edward William Godwin), les vases, les bijoux, la vaisselle (avec le designer Christopher Dresser), les papier-peints (avec William Morris), les costumes, la photographie (notamment avec Jane Margaret Cameron), les illustrations et/ou couverture de livres et de magazines.

                   Théière diamant de Dresser   Papier-peint de Morris  Buffet de Godwin

Ces artistes ont été influencés par différentes périodes qui sont bien montrées dans l’exposition : le Moyen-Âge, le Japon avec l’arrivée des porcelaines bleues et blanches, la Grèce Antique. Certains motifs sont très présents comme les plumes de paon ou les tournesols.

                                       Arthur Silver pour Liberty & Co

James McNeill Whistler est un condensé de ce mouvement artistique. Il théorise et participe pleinement de ce courant, ce qui provoqua des prises de bec avec Ruskin. Différents exemples de son investissement profond à l’Aesthetic Movement : il collabore avec Godwin pour réaliser du mobilier et l’expo présente une armoire aux papillons signée de ces deux artistes ; il réalise la fameuse pièce aux paons pour l’armateur Frederick Leyland. Ce salon est visible à l’exposition sous forme d’un film ce qui permet de montrer l’harmonie du décor créé par Whistler. Il faut également noter la présence au musée d’Orsay de deux des trois splendides Symphonies en blanc.

      

Ce mouvement artistique est très apprécié notamment par les milieux bourgeois qui veulent montrer leur richesse et faire partie d’une certaine élite culturelle. Les critiques affluent à partir des années 1890 et portent essentiellement sur l’affectation esthétique exagérée et la moralité des artistes eux-mêmes. Le coup de grâce viendra de l’emblème du mouvement : Oscar Wilde. Son procès et sa condamnation aux travaux forcés décrédibilisent le groupe et nuisent à la moralité déjà entachée des artistes.

L’exposition présentée au Musée d’Orsay est plus réduite que celle du Victoria & Albert Museum. Il manque notamment la Symphonie n°3 de Whistler ou le portrait d’Ellen Terry de George Frederic Watts. L’espace est très joliment agencé et l’exposition est particulièrement bien aérée. Le visiteur est plongé dans une ambiance très feutrée grâce aux cimaises de couleur verte et violette avec des bandes de papier-peint fleuri. La scénographie nous rappelle l’intérieur d’une maison, l’entrée de l’exposition nous présente effectivement un guéridon avec une porcelaine japonaise.Tout le long de l’exposition, le visiteur peut lire sur les murs des aphorismes d’Oscar Wilde ce qui complète parfaitement les objets exposés.

Je ne peux que vous recommander cette exposition très complète et très bien scénographiée sur ce mouvement artistique fécond et passionnant. Vous avez jusqu’au 15 janvier pour en profiter !

                                            Un jardin de AJ. Moore

Publicités

22 réflexions sur “Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde

  1. Je l’ai vu à Londres et cette visite m’a vraiment séduite : j’aime beaucoup ce mouvement, et j’ai été ému devant la symphonie n°1, de la voir en vrai !!! Ton billet est superbement illustré !

  2. Beau billet ! Ca donne envie d’aller à cette expo !
    Je viens de me rendre compte que « la symphonie en blanc 1 » fait la couverture de « Sans nom » de W.Collins !

  3. @Alice : C’est un signe Alice, il faut absolument que tu ailles la voir !!

    @Maggie : Toi aussi tu as eu la chance de la voir au Victoria and Albert museum, quelle bonheur ce musée ! C’est vraiment une très belle exposition. Je regrette juste l’absence de la symphonie n°3 à Orsay, c’était superbe de voir les 3 réunies.

    @Perrine : Merci ! C’est une expo superbe, ce mouvement artistique est vraiment très intéressant et regroupe toutes les formes d’art. Je ne peux que t’encourager à y aller. Effectivement les tableaux de Whistler sont souvent utilisés pour les couvertures de livres et notamment la symphonie n°1.

    @Fleur : Je suis contente de t’avoir donné envie d’y aller et j’espère que tu pourras le faire. Cette expo est un régal.

  4. @Brize : Tu as bien fait dans profiter, c’est vraiment une magnifique exposition.

    @Alicia : Je te la conseille chaleureusement, tu ne seras certainement pas déçue. Et je compte bien y retourner !!!

  5. J’ai hâte de voir cette exposition !
    J’adore Oscar Wilde et j’ai appris à apprécier les préraphaélites très récemment, avant, j’étais juste traumatisé par l’anachronisme des couvertures des romans de Jane Austen chez 10/18 ^^
    D’ailleurs, ça me fait penser que je n’ai pas terminé de regarder la mini-série Desperate romantics !

  6. @Karine:) : C’est dommage que tu ne puisses pas la voir, tu aurais forcément aimé. Écris aux conservateurs pour qu’elle vienne au Québec !

    @Chinchilla : C’est un courant artistique passionnant et l’expo est vraiment réussie. Tu vas te régaler ! Elle est bien la série « Desperate romantics » ? heureusement que tu m’en reparles, elle m’était sortie de la tête ! Il faudra que je la regarde.

  7. Je n’en suis qu’à la moitié mais pour l’instant c’est plutôt pas mal (même si mon manque de connaissances ne me permet mas de dire si c’est réaliste^^).

  8. J’ai prévu d’aller voir cette expo, alors je suis heureuse de lire des avis positifs. J’aime toutes les peintures que tu présentes en plus !

  9. @Chinchilla : Il faudra que je la visionne, les images de la série sont très alléchantes !

    @Lilly : Si tu as l’occasion, il ne faut pas rater cette expo. L’art anglais n’est pas souvent mis à l’honneur en France, il faut en profiter. En plus, si tu aimes toutes les peintures que j’ai insérées, tu vas te régaler.

  10. Je viens de voir l’exposition là pendant les vacances de Toussaint ! Une magnifique expo surtout quand l’on s’intéresse à la littérature anglo-saxone j’ai trouvé !

  11. Si vous aimez la Décadence, l’époque d’Oscar Wilde et de Huysmans, je vous recommande sur mon blog la lecture du roman d’Aurore-Marie de Saint-Aubain (1863-1894), « Le Trottin », publié sous le pseudomyme de Faustine en 1890. Cette poétesse parnassienne et boulangiste était réputée pour son style baroque et ornementé.

    • Vraiment si tu as l’occasion, je te conseille d’aller voir cette expo. Elle est très complète et la muséologie est très réussie. Je suis très heureuse de t’accueillir sur mon blog et je vais aller faire un tour sur le tien. Le mois anglais va nous permettre de découvrir des blogs.

  12. Un grand merci pour ton billet qui m’a donné envie de voir cette expo. Il y a longtemps que je n’avais pas autant aimé une expo. C’était superbe!

    • @Valérie : Rien ne peut me faire plus plaisir que ton message. Je suis vraiment contente de t’avoir donné envie d’y aller. Je suis bien d’accord avec toi, cette expo est une merveille et les œuvres exposées de grande qualité. Elle reflète totalement cette période artistique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s