L'étrange disparition de Esme Lennox de Maggie O'Farrell

A Edimbourg, Iris possède un magasin de vêtements. Elle est une célibataire avec de multiples liaisons, a perdu son père étant enfant et vit une histoire compliquée avec Alex, le fils de son ex-beau-père. C’est alors qu’Iris reçoit un courrier d’un hôpital psychiatrique. Elle doit s’y rendre pour évoquer le cas de sa grand-tante Euphemia Lennox. Le problème c’est que la grand-mère d’Iris n’a pas de soeur. En tout cas c’est ce qu’elle a toujours dit à sa famille. Iris, relancée par l’hôpital, finit par s’y rendre afin d’éclaircir la situation. Il s’avère qu’Euphemia Lennox, dite Esme, est bien la soeur de la grand-mère d’Iris. Esme a passé 61 ans en hôpital psychiatrique et Iris ne comprend pas pourquoi sa grand-mère lui a caché son existence. Est-ce la honte d’avoir un membre de sa famille dans un asile ? Quelles histoires ont été cachées à Iris ?

J’ai découvert ce livre grâce à l’enthousiasme de Céline puis de Lou et j’ai été totalement conquise à mon tour. Le roman de Maggie O’Farrell nous fait entendre trois voix de femmes : celle d’Iris dont la vie est perturbée par l’arrivée de sa grand-tante, celle d’Esme qui sort enfin de l’hôpital et repense à sa vie et celle de Kitty, la soeur d’Esme atteinte par la maladie d’Alzheimer mais qui ressasse son passé. A travers leurs témoignages, on découvre petit à petit ce qu’a été la vie d’Esme. Les deux soeurs ont été élevées dans les années 30 en Inde. Esme vit assez librement, elle tente toujours de fuir les contraintes pour profiter du jardin ou de son petit frère. Jusqu’au drame, jusqu’à la mort du frère de la fièvre tiphoïde. La vie en Inde n’est alors plus possible. La famille rentre en Ecosse et le choc du retour est terrible. Il y a déjà la différence de température, de climat : « La première image qu’Esme eut de la terre que ses parents appelaient leur pays natal fut celle des plaines de la région de Tilbury, dont les contours vagues émergeaient d’une aube humide d’octobre. Kitty et elle guettaient sur le pont, scrutaient la brume. Elles s’attendaient  à des montagnes, des lochs, des glens, bref, à ce qu’elles avaient vu dans l’encyclopédie quand elles avaient cherché « Ecosse », et furent déçues par ces marais embrumés. » Mais s’il n’y avait que ça, Esme aurait pu s’adapter. C’est une société corsetée qui accueille les deux soeurs. Les femmes n’y ont qu’un seul rôle à jouer : épouse. Bien entendu cela ne convient absolument pas à Esme qui cherche l’indépendance. Elle ne veut pas se marier et veut poursuivre ses études. Esme ne rentre pas dans le moule, elle refuse de bien se tenir, d’obéir à sa famille. Même Kitty finit par se retourner contre elle, l’originalité de sa soeur lui fait honte et peut l’empêcher de trouver un bon parti. La brutalité des moeurs conduiront Esme au drame, à l’internement à l’âge de 16 ans. L’aveuglement de sa famille l’y fera rester durant des décennies. « L’étrange disparition de Esme Lennox » nous raconte cette vie gâchée, volée, réduite à néant par une société muselée par les bonnes manières. C’est également le récit d’un impossible retour à la vie, d’un impossible pardon.

Le roman de Maggie O’Farrell est de toute beauté. La construction du récit à travers les voix des trois femmes est extraordinaire. Le destin d’Esme est terriblement émouvant et sa douleur à s’insérer dans la société écossaise du début du XXème siècle est poignante. « L’étrange disparition de Esme Lennox » est une réussite totale, l’émotion affleure à chaque page tournée.  

Lu dans le cadre du mois écossais organisé par Cryssilda et Lou.

Publicités

16 réflexions sur “L'étrange disparition de Esme Lennox de Maggie O'Farrell

  1. Une histoire très proche du Testament caché de Barry il me semble. Ce dernier m’avait un peu déçue mais j’ai l’impression que le livre de Maggie O’Farrell est plus abouti. Je me laisserais bien tenter

  2. ton billet positif se rajoute aux billets enthousiaste que j’avais déjà lu : de quoi me donner envie de prolonger le mois kiltissime mais avant il faut que je fasse un sort au nain de Scott… Je vais essayer de le reprendre !!!!!

  3. @Hydromiel : Je te le conseille chaudement, j’ai été captivée par ce livre.

    @Zarline : Je ne connais pas le livre de Barry dont tu me parles mais tu ne me donnes pas envie de le connaître ! Franchement le livre de Maggie O’Farrell est très réussi, la construction est intelligente et nous laisse découvrir la vérité que petit à petit. Les personnages sont très émouvants.

    @Maggie : Il ne faut pas te forcer avec Scott si tu n’accroches pas, tu tenteras avec un autre roman. Je suis certaine que tu aimeras celui-ci et en plus il n’y est pas question de nain ! Non c’est vraiment un beau roman, bien construit et pas du tout tire-larmes. Je te le recommande.

    @Lilly : Oui je sais, nous sommes des pestes ! Mais ce n’est pas qui ai commencé ! Envoie tes doléances à Céline et Lou !!! Tu peux néanmoins te jeter dessus car c’est un régal.Désolée…

  4. @Céline : C’est vraiment ton article qui m’a donné envie de le lire, je n’en avais pas entendu parler avant. Et tu n’avais pas menti, c’est un roman excellent !!! La construction autour des différents récits est très réussie et les personnages sont réellement touchants. Merci à toi pour cette belle découverte.

  5. @Mélodie : Je comprends, c’est vraiment un beau livre. Tu en as lu d’autres de Maggie O’Farrell ?

    @La Plume et la Page : Désolée mais il faut bien faire partager ses coups de coeur ! Céline et Lou étaient elles aussi dithyrambiques et j’ai craqué à cause d’elle. Autant d’avis positifs devraient finir de te décider… 😉

    @Schlabaya : N’hésite pas, si ce livre croise ta route, à l’ouvrir car tu ne seras pas déçue. Tout y est réussi et il se lit tout seul.

  6. Un livre que j’ai beaucoup aimé aussi mais la fin m’a laissé un doute, qu’en pensez vous? si vous voulez bien me répondre par mail pour ne pas l’expliquer à ceux qui ne l’ont pas lu!
    Au plaisir de vous lire

  7. @Lou : Il y avait de grandes chances que j’aime puisque toi et Céline aviez adoré ce livre. Vous êtes de bonnes références pour moi !

    @Métaphore : J’ai beaucoup apprécié ce livre et notamment la fin qui est très forte et qui montre que Esme n’a rien oublié ni pardonné. C’est une fin que je comprends car la vie de Esme a été brisée, volée et la fin répond à cette violence me semble-t-il. Vous me direz pourquoi la fin ne vous a pas satisfaite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s