Le nain de l'ombre de David Madsen

Giuseppe Amadonelli est le chambellan du pape Léon X en 1518 lorsqu’il décide d’écrire ses mémoires. La vie de Giuseppe dit Peppe vaut bien un livre car elle est des plus foisonnantes. Il naquit en 1478 et son existence n’était pas promise à un brillant avenir : « Au commencement était la douleur, et la douleur était avec moi, et la douleur était moi. Elle constituait la totalité de ma conscience en bourgeon. Je ne connaissais rien d’autre qu’elle. On m’a raconté que, nouveau-né, je ne pleurais pas dans les bras de ma mère pour téter son lait, mais pour être soulagé de la douleur. Il me semble qu’elle était située sur deux plans à la racine, à la fois une souffrance physique et les cris douloureux d’une âme enfermée dans la prison d’un corps horriblement contrefait. » Peppe a le physique le plus disgracieux qui soit, c’est un nain biscornu. De plus, il vit dans le quartier le plus mal famé de Rome : le Trastevere. Illetré, bossu, pauvre, maltraité par sa mère, Peppe va néanmoins réussir à s’élever jusqu’aux ors papaux et devenir le chouchou de Léon X. Et c’est sa spectaculaire ascension sociale que nous content ses mémoires.

« Le nain de l’ombre » reconstitue à la perfection l’ambiance perturbée et décadante de la Rome de Léon X. Historiquement c’est une époque charnière où Rome est mise en question. Le paiement des indulgences (ce qui permit de reconstruire St Pierre), le népotisme, les papes aux moeurs dissolues comme Alexandre VI Borgia qui cumula corruption, liaisons, empoisonnements, toutes ces frasques finirent par en lasser certains. La rigueur tente de s’imposer, ce fut le cas avec Savonarole face à Alexandre VI et quand débute le livre un nouvel adversaire apparaît devant Leon X : Luther. Léon pense se débarrasser de cet encombrant Allemand aussi vite qu’Alexandre VI règla la question du moine florentin. On sait que l’histoire sera tout autre. Mais à l’époque, Rome est tellement  corrumpue que l’on ne peut imaginer autrement : « La cour papale est corrumpue, et alors ? Cela ne surprend personne. Elle l’est depuis si longtemps que nul ne peut se souvenir d’un temps où elle ne l’était pas, ni concevoir qu’il n’en ait pas toujours été ainsi. Chercher le pourquoi et le comment, tel ce Luther,  cela revient à demander pourquoi le soleil est chaud et pourquoi le temps est humide, et à essayer de les rendre différents. Futile. » Le mal semblait irrémédiablement ancré chez les habitants du Saint Siège. D’ailleurs les moeurs de Léon X nous sont très crûment décrites dans « Le nain de l’ombre ». Ce pape médicéen avait un goût prononcé pour les jeunes hommes bien dotés par la nature, ce qui peut malheureusement causer quelques irritations… La scène d’ouverture nous renseigne immédiatement sur ce problème de santé, ce qui met le lecteur dans l’ambiance ! Les choix artistiques de Léon X sont tributaires de ce penchant. Je m’étais toujours demandé pourquoi Léon avait confié la reconstruction de St Pierre à Raphaël, qui n’était pas architecte, plutôt qu’à Bramante dont la réputation dans ce domaine n’était plus à faire. David Madsen me donne une réponse coquine et cocasse à la fois !

Au milieu ce cette abondance de luxure et de ripailles se trouve Peppe qui observe, écrit ses mémoires et prend soin de son cher Léon. Ne croyez pas que notre chambellan partage les excès du pape, loin de là car Peppe a été éduqué par la Gnose. Ce courant pense que notre âme est prisonnière de notre corps, toutes les pulsions sont donc abjectes. Enfin en principe. Les cérémonies gnostiques sont assez surprenantes et nous offrent une grande scène où les adeptes paraissent parfaitement ridicules. Mais Peppe est un personnage très attachant, d’une grande sensibilité et d’une grande intelligence. L’antichambre de St Pierre nous est contée avec une verve digne de Rabelais et peut choquer les âmes sensibles.

« Le nain de l’ombre » est un mélange détonnant d’érudition et de débauche. L’histoire de Peppe est rocambolesque et palpitante. David Madsen entraîne son lecteur dans une Rome extravagante, violente, sensuelle et parfois spirituelle ! Une lecture totalement jubilatoire !

Un immense merci à Denis et aux éditions Phébus pour cette formidable lecture.

(Deuxième livre lu pour mon challenge virtuel sur les nains en littérature…vous voyez Pascale et Isil j’aurais presque pu le lancer pour de vrai !)

Publicités

16 réflexions sur “Le nain de l'ombre de David Madsen

  1. La couverture attire vraiment l’attention ! Un roman sur les turpitudes papales me semble très sympathique. Et c’est quoi cette histoire de challenge sur les nains ? 😉

  2. En effet, tu me sembles abonnée aux nains en ce moment ! Ca compense mon abandon momentanée ! Je ne renonce pas au premier nain colérique (celui de W. Scott) !

  3. @Urgonthe : J’aime effectivement beaucoup la couverture et le roman est excellent. La vie des papes à cette époque était tout fait palpitante et très loin du dogme ! Le challenge sur les nains est une plaisanterie avec mes amies bloggeuses car j’ai lu coup sur coup deux livres dont le héros est un nain. Une blague en amenant une autre, je leur avais proposé un challenge sur les nains en littérature ! Bien entendu, je vais en rester là car il ne doit pas manquer de livres avec un personnage de petite taille !

    @Maggie : Je suis harcelée par les nains même ! J’en ai encore rencontré un récemment dans une aventure de Sherlock Holmes ! J’espère que tu n’abandonnes pas totalement mon Elshie, il serait tout triste sinon !!!! 😉

    @Béné : Quelle belle maison d’édition ! Je suis toujours enchantée de mes lectures avec Phébus. Si ce livre n’avait pas été publié chez eux, je crois que je serais passée à côté et cela aurait été bien dommage car c’est un livre génial.

  4. Encore un nain que je veux bien qu’on me prête, même si ce que tu m’as dit sur la scène d’introduction risque de me faire renoncer à plus d’un petit déjeuner 🙂

  5. J’ai le trollope dans ma PAL : on aurait pas des goûts communs par hasard ? J’ai hâte de lire ton avis !

  6. @Lou : Mes nains sont très en vogue ! Ce livre est vraiment de grande qualité et je ne peux que te le conseiller vivement même si tu dois sauter ton petit-déj !!!

    @Maggie : Je crois effectivement que nous avons pas mal de goûts communs. J’ai presque fini mon Trollope et c’est un livre extraordinaire, génial, fabuleux !

  7. @Perrine : Eh oui encore un nain dans ma vie littéraire, ils m’envahissent depuis un moment … 😉 C’est un livre vraiment étonnant, qui sort vraiment de l’ordinaire. Une plongée hallucinante dans la Rome à l’époque de Léon X et de la Réforme luthérienne.

  8. 😀 Oui, je plonge, je me jette à l’eau !!! Promis, dès que je mets la main dessus, je le lis !! Et pourquoi pas pour ces vacances… ? 😉

  9. Je confirme cet élogieux commentaire. Cet ouvrage est truculent et je rends grâce ici aux éditions Phebus dont je suis un fidèle lecteur de nous offrir ce florilège de pornographie intellectuelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s