Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare

Don Pedro d’Aragon revient d’une bataille victorieux avec ses hommes. Il souhaite prendre du repos sur les terres de son ami Leonato, le gouverneur de Messine. Don Pedro est notamment accompagné du jeune Claudio, de son ami Benedick et de son demi-frère John avec qui il s’est récemment réconcilié. L’arrivée de la troupe est l’occasion de réjouissances dans la demeure de Leonato. Claudio est rapidement  séduit par la fille du gouverneur, Hero. Les deux jeunes gens décident de se marier avec l’accord de tous. A part les chamailleries de Beatrice, nièce de Leonato, et Benedick, l’humeur est au beau fixe. Mais cela ne dure pas car John rumine sa vengeance ; la réussite de son frère, le bonheur de Claudio lui sont insupportables. Il va tout mettre en oeuvre pour gâcher la fête.

« Beaucoup de bruit pour rien » date de 1598 et a été publié pour la première fois en 1600. L’intrigue de cette pièce en prose fait s’entrecroiser deux couples : Hero/Claudio et Beatrice/Benedick. Claudio et Hero se plaisent immédiatement. Ils sont jeunes, beaux et pleins de promesses, ils ne pouvaient qu’attirer la jalousie. John s’emploie à détruire leur bonheur en complotant avec ses sbires et en travestissant la vérité. Il réussit à entacher l’honneur de la pure et douce Hero. Le personnage de Claudio est d’ailleurs assez versatile, il remet rapidement en question la pureté de sa jeune fiancée, il est un peu décevant ! Il ne correspond pas à l’idée que l’on se fait d’un jeune amoureux fougueux et d’un amour entier comme le décrit le sublime sonnet 116 de Shakespeare : « l’amour n’est point l’amour s’il change en trouvant ailleurs le changement, ou s’éloigne en trouvant en l’autre l’éloignement. » Claudio mérite-t-il réellement l’amour profond de Hero ?

Le couple le plus intéressant est celui de Beatrice et Benedick. Ils jouent au chat et à la souris durant toute la pièce pour notre plus grand bonheur. Ils font preuve d’un sens de la repartie piquant et réjouissant. Face aux sages Claudio et Hero, ces deux-là nous régalent de leur esprit et de leur ironie. Un exemple de leurs échanges, Benedick à Beatrice : « Puisse mon cheval courir aussi vite que votre langue, et courir aussi longtemps. (…) » Beatrice et Benedick sont bien entendu contre le mariage et se pensent bien éloignés des stupidités de l’amour. C’est sans compter sur la malice de leurs amis qui s’amuseront à les faire tomber dans le piège de Cupidon.

« Beaucoup de bruit pour rien » est une comédie géniale, très rythmée et pleine d’esprit. C’est une pièce qui réserve bien des surprises, des rebondissements puisque l’intrigue est essentiellement basée sur des faux-semblants, des méprises. Un bonheur absolu pour la lectrice que je suis.

     

Publicités

12 réflexions sur “Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare

  1. Noté, alors! Il faut avouer que je l’ai vu jouer (en version abrégée?) par une troupe scolaire, avec les acteurs changeant au gré de la pièce pour qu’il y ait plus d’élèves acteurs, je suppose, et ça n’a pas aidé à la compréhension !

  2. toujours pas lu! J’ai eu une période durant mon adolescence,et depuis je n’ai plus lu Shakespeare. Il ne m’en reste pas grand chose, si ce n’est le souvenir d’excellentes lectures.

  3. Il me tarde de lire cette pièce ! J’ai vu cette pièce remaniée il y a deux semaines mais je n’avais pas lu la pièce et ton très beau billet me donne envie de m’y plonger… surtout que j’ai payé très cher mon amour shakespearien ! Le décor avait flambé alors les comédiens ont décidé de jouer hors du théâtre (en fait c’était une blague !) et j’étais légèrement vêtue : 1h30 dans le froid = à un rhume de deux semaines !!!! Mais la pièce m’a consolée de ces dégâts collatéraux !
    Merci pour ta participation !!!!

  4. J’aime beaucoup cette pièce avec laquelle j’ai fait connaissance par l’adaptation de Kenneth Brannagh, un DVD que j’ai regardé plusieurs fois avec bonheur même si ça ne remplace pas le théâtre c’est quand même bien agréable

  5. @Isil : J’ai hâte de voir la pièce au Globe, j’espère que le couple Benedick et Beatrice seront à la hauteur de nos espérances.

    @Keisha : Oui je pense que les conditions n’étaient pas excellentes ! La pièce est géniale, je n’ai pas encore eu l’occasion de la voir sur scène mais ça ne saurait tarder. Mais même à lire c’est un régal.

    @Choupynette : Il faut que tu t’y remettes alors ! C’est un de mes auteurs préférés, j’apprécie autant les comédies que les tragédies. Celle-ci est particulièrement savoureuse.

    @Maggie : Tu t’en souviendras de cette représentation ! Je te conseille plus que chaleureusement de la lire, tu vas passer un moment excellent. As-tu vu l’adaptation de Kenneth Brannagh ? Je te la recommande également, les acteurs y sont tous parfaits.

    @Cryssilda : Quoi ? Qu’apprends-je ? Tu n’as pas lu « Much ado about nothing » ? I’m shocking and disappointed…I’m no longer talking to you…

    @Dominique : Comme toi, j’ai découvert cette pièce par l’adaptation de Kenneth Brannagh. J’ai profité de cette lecture pour revoir le film qui est une belle adaptation. Je n’ai pas encore eu le plaisir de la voir jouer au théâtre.

  6. je compte voir l’adaptation de Brannagh mais pas dans l’immédiat et lire évidemment la pièce ! Merci pour ces conseils !!!

  7. Un vrai bonheur, tu as tout à fait raison. J’adore cette pièce (ok, le fait que je viens de la voir avec Daviiiid aide eaucoup, mais j’aimais avant). N’empêche que Hero est quand même très gentille hein…

  8. @Karine:) : Ah Will…il est trop fort ! Je comprends ton enthousiasme augmenté par la vue de David chou en Benedick ! Je suis moi-même toute énervée à l’idée de voir la pièce du Globe en septembre ! Et tu as raison, Hero est quand même sacrément sympa avec Claudio. J’aurais été beaucoup plus rancunière !!!

  9. J’avais laissé passer ton billet qui fait aimer la pièce. Pourtant Maggie m’avait prévenue mais j’ai oublié. C’est vrai que cette comédie est géniale même si comme toi, je n’aime pas Claudio. Par contre le couple Benedick et Beatrice est passionnant car il met l’homme et la femme sur un même plan d’égalité. Tous deux se valent par l’esprit et l’intelligence. Leurs disputes pétillantes et pleines de finesse sont du marivaudage avant la lettre,tous deux rivalisent d’humour. A priori on peut penser que leur amour sera heureux car il y a un respect mutuel. Je ne donne pas cher de celui de Hero et Claudio!

    je vais ajouter un lien dans le bilan Shakespeare. Tu sais que je m’en occupe avec Maggie. D’ailleurs si cela ne te dérange pas trop pourrais-tu nous avertir toutes les deux lors du prochain billet. Dans mon blog, colonne de gauche, cliquer sur le logo Shakespeare participants. Merci à l’avance.

  10. @Claudialucia : Excuse-moi, je ne t’ai pas envoyé le lien vers mon billet mais je vais réparer ça tout de suite ! Effectivement Claudio est un peu trop versatile à mon goût, un peu de constance lui ferait du bien !!! Les dialogues entre Benedick et Beatrice sont un régal d’ironie, c’est un plaisir de les voir se disputer !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s