L'éventail de Lady Windermere de Oscar Wilde

windermere.jpg

« L’éventail de Lady Windermere » est une pièce en quatre actes qui a été jouée pour la première fois le 22 février 1892 au St James Theatre de Londres. Elle a ensuite été publiée en 1893.

Le premier acte s’ouvre dans le salon de Lady Windermere à Carlton House Terrace, un quartier chic de la capitale anglaise.  Lady Windermere prépare une soirée pour son anniversaire, elle a 21 ans et est mariée depuis deux ans. Elle reçoit un ami, Lord Darlington, qui aimerait la séduire. Mais notre héroïne résiste à son charme  et montre une moralité, une pureté qui semblent inébranlables. Dans l’après-midi, elle reçoit également la visite de la Duchesse de Berwick qui lui annonce que Lord Windermere a une aventure. Ce dernier a été vu à plusieurs reprises chez une femme de mauvaise réputation : Mrs Erlynne. Il semble qu’il lui ait également donné beaucoup d’argent. Lady Windermere ne peut croire une telle rumeur mais Lady Berwick lui explique que tous les hommes agissent de la sorte et qu’il n’y a là rien de surprenant. Une fois sa visiteuse partie, Lady Windermere fouille les affaires de son mari et découvre le chéquier utilisé pour donner de l’argent à Mrs Erlynne. Dès le retour de Lord Windermere, sa femme cherche à avoir une explication. Il ne nie pas les visites à Mrs Erlynne mais ne veut pas se justifier. Lord Windermere va même jusqu’à inviter la dame en question à la soirée anniversaire de son épouse. Celle-ci lui annonce alors qu’à l’arrivée de Mrs Erlynne, elle la frappera avec l’éventail  que son mari vient de lui offrir. Lady Windermere risque de ruiner sa réputation en faisant un tel scandale.

Cette pièce fut le premier grand succès d’Oscar Wilde, le lançant ainsi comme auteur à la mode. Cet engouement était sans doute dû au mélange entre tension dramatique, critique sociétale et esprit. La pièce est assez courte mais elle comporte plusieurs pics de tension dramatique comme dans l’acte II lorsque Mrs Erlynne arrive chez les Windermere (Lady Windermere osera-t-elle la frapper ?) ou dans l’acte III dans l’appartement de Lord Darlington (Lady Windermere va-t-elle se compromettre ?). C’est une pièce très rythmée avec de nombreux rebondissements et qui est marquée par les secrets entretenus entre les personnages. Lord Windermere cache la raison de sa relation avec Mrs Erlynne qui elle-même ment à Lady Windermere. Cette dernière, malgré son attachement à la vérité, finira par avoir des secrets envers son époux.

Bien entendu, à travers ces chassés-croisés, c’est le puritanisme des moeurs victoriennes qui est attaqué. La façade est lisse, respectable mais ce qu’il y a derrière n’est pas joli à regarder. Le mariage, la vie de famille sont des leurres et tout le monde semble parfaitement s’en accommoder. Les maris trompent leurs femmes qui sont au courant mais sans jamais le montrer. La réputation est plus importante que tout, il faut sauver les apparences. C’est pourquoi l’idée de Lady Windermere de frapper sa rivale en public serait un tel scandale. Elle est bien naïve au début de la pièce et petit à petit  ouvre les yeux sur l’hypocrisie de son monde. Oscar Wilde s’amuse avec les principes moraux de l’époque victorienne et il n’hésite pas à les retourner. Mrs Erlynne, dont le passé effraie les ladies corsetées, est celle qui montrera le plus de courage, de droiture et d’abnégation. Néanmoins, à la fin de la pièce, l’ordre moral ne sera pas bouleversé, Wilde ne voulant sans doute pas trop choquer son public.

Outre l’intérêt de la critique sociétale, ce qui m’a le plus enthousiasmée est l’esprit d’Oscar Wilde. On trouve dans « L’éventail de Lady Windermere » quelques-uns des plus célèbres aphorismes de l’auteur irlandais : « Je peux résister à tout sauf à la tentation » ; « Parce que je trouve que la vie est une chose bien trop importante pour qu’on en parle jamais sérieusement  » ; « Les hommes deviennent vieux, mais ils ne deviennent jamais bons. » L’humour, fin, raffiné de Oscar Wilde est vraiment une merveille. J’aimerais avoir seulement un dixième de son sens de la repartie.

« L’éventail de Lady Windermere » est une pièce extrêmement plaisante, les personnages sont plus complexes qu’ils n’y paraissent (surtout les femmes qui seules se remettent en question) et l’hypocrisie victorienne est mise à nu avec l’élégance de l’humour.

 

 

 

Publicités

8 réflexions sur “L'éventail de Lady Windermere de Oscar Wilde

  1. ohhhh ! Je l’ai acheté après l’avoir vu sur le site de Lou ! Il FAUT que je lise ! J’adore le style de Wilde et ses thématique sur la morale etc… Je vais le ressortir de ma PAL… Je serai en bonne compagnie, je le sais !

  2. PS : je vais essayer de me joindre à vous pour le Mc Call car je l’ai dans ma PAL… C’est noté mais je ne promets rien…

  3. Je n’ai pas lu Un mari idéal pour le 1er mai. Du coup, il me reste à découvrir vraiment le théâtre d’Oscar Wilde (pour l’instant je n’ai lu que Salomé et je crois avoir compris que la pièce est quand même assez différente). Cette pièce-là m’inspire plus, bon surtout après avoir lu ton billet ! Tu penses que c’est mieux de commencer par celle-là ?

  4. @Maggie : Tu seras en excellente compagnie, on peut difficilement faire mieux ! C’est réellement un bonheur de lire Wilde, ses traits d’esprit sont si fins et ironiques. Je ne peux que te conseiller vivement de le sortir de sa PAL. Et pour ce qui est de McCall Smith, je te note pour la lecture commune…mais non je ne te mets pas la pression !!!

    @Cécile : Je n’ai pas encore lu « Salomé » mais effectivement je crois que l’esprit est très différent. « L’éventail de Lady Windermere » est plus représentatif du théâtre de Wilde, cette pièce est à l’image de « Un mari idéal » ou « l’importance d’être constant ». Le thème principal est la haute société victorienne, les apparences et son humour y fait des ravages. Tu peux donc commencer par l’une de ces trois pièces, celle-ci est assez courte si tu manques de temps.

  5. @Céline : Mais ça va venir ! Je n’avais encore jamais lu le théâtre de Wilde alors que j’adore ses autres textes. On va se rattraper toutes les deux grâce au challenge de Lou !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s