Le diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor

En 1934, Lydia Langstone va totalement changer de vie. Elle fait partie de la haute société et suite à une violente dispute avec son mari Marcus, elle décide de quitter son foyer. Elle atterrit  dans une petite pension à Bleeding Heart Square où elle retrouve son père, le capitaine Ingleby-Lewis, qu’elle n’avait jamais revu depuis son plus jeune âge. »Elle alla à la fenêtre et contempla Bleeding Heart Square. C’était une situation parfaitement absurde, tellement victorienne. Son destin reposait apparemment entre les mains de deux hommes, son mari et son père, un jeune tyran et un vieux pochard. » Lydia se rend rapidement compte que des choses fort curieuses se passent dans la pension de Bleeding Heart Square. Des morceaux de coeur en décomposition arrivent à l’attention de Joseph Serridge, le nouveau propriétaire de la pension. La légende veut que le diable avait enlevé une jeune femme au même endroit et que le coeur de celle-ci avait été retrouvé le lendemain. D’où le nom du lieu mais pourquoi Serridge reçoit-il ce paquets sanguinolents ? Et qu’est devenue l’ancienne propriétaire de la pension ? miss Penhow semble avoir disparu du jour au lendemain. Et qui est ce Mr Wentwood qui semble bien curieux quant à la vie des différents locataires ?

C’est à toutes ces questions que doit répondre le dernier livre d’Andrew Taylor. l’intrigue est bien ficelée, on avance très doucement dans la résolution des différents mystères. Chaque chapitre s’ouvre sur une page du journal de Philippa Penhow qui petit à petit nous dévoile ce qui lui est arrivé en 1930. Parallèlement à ce journal, Lydia Langstone découvre elle aussi les secrets qui envahissaient sa vie. Car la haute société est bien entendu extrêmement hypocrite, sauver les apparences en est toujours le maître mot. Lydia n’est pas au bout de ses surprises concernant sa famille et ses origines. Le roman fourmille d’énigmes à résoudre jusqu’à la révélation finale.

Outre l’efficacité de l’histoire, le roman reconstitue bien l’ambiance du Londres des années 30 : la montée du fascisme avec la création de l’union britannique fasciste de Mosley, la crise de 29 qui amène chômage et pauvreté, la situation des femmes dépendantes de leurs maris. Lydia Langstone prend conscience de sa prison dorée et de la possibilité d’y échapper. Le chemin de l’émancipation est difficile mais elle a un bon guide pour l’y emmener : « Une chambre à soi » de Virginia Woolf.

« le diable danse à Bleeding Heart Square » tient ses promesses, c’est un divertissement de qualité qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. 

Un grand merci à Solène et aux éditions du Cherche-Midi.

 

 

Publicités

15 réflexions sur “Le diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor

  1. Je suis impayable : ça fait deux livres de ce genre qui me convainquent moyennement chez cet éditeur, mais je bave d’envie quand même. Tu me le prêterais cet été ? *yeux dous*

  2. @Keisha : J’ai vraiment passé un bon moment avec ce livre sans avoir cette impression. Tu n’as pas aimé ?

    @Maggie : L’oeil est immédiatement attiré par une si jolie couverture, c’était le cas également pour « La séance ». Tu passeras sans aucun doute un bon moment avec ce roman.

    @Lilly : Je me fais toujours avoir aussi ! Mais ce sont à chaque fois de bons divertissements qui se lisent très bien. C’est un livre très agréable à lire que je te prêterai très volontiers ! Tu me diras à quelle adresse tu veux que je te l’envoie.

  3. Tu as compètemnt raison : ca me disait quelque chose ! Les couvertures ont effectivement un air ressemblance (normal me dirais-tu…. même genre anglo saxon même si pas même période)

  4. j’ai trouvé qu’on voulait nutilement faire peur, par exemple; je n’aime pas qu’on m force la main. certains personnages ne osntpas »utilisés » àfond, pr exemple l’un des locataires.

  5. Je l’ai lu aussi et ai été séduite, malgré les quelques bémols sur lesquels j’avais déjà rejoint Keisha. M’enfin, je reste agréablement surprise par cet auteur que je ne connaissais pas !

  6. @Maggie : C’est la couverture qui m’a attirée l’oeil, comme pour « La séance » ! Elles sont très réussies.

    @Keisha : C’est marrant, moi j’ai trouvé que l’on ne nous faisait pas assez peur !!! L’histoire des coeurs envoyés par la poste tombe un peu à l’eau je trouve, il n’explique pas tellement à la fin pourquoi la personne avait choisi de faire cela.

    @Neph : Je comprends que tu aies eu des réserves, ce n’est pas le livre du siècle ! Mais je trouve que c’est un bon divertissement qui se lit tout seule et dont l’ambiance avant guerre est bien rendue.

  7. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance de ce roman. L’histoire un peu moins mais l’atmosphère est très très réussie à mon goût! (Je sors d’une panne… je suis horriblement bougonneuse!)

  8. @Karine:) :Oui l’ambiance est une réussite, c’est ce qui rend le livre vraiment intéressant et ce qui concerne l’émancipation des femmes. Je suis contente de savoir que tu es sortie de ta panne de lecture !!! Welcome back in books !!!

    @Maribel : C’est un roman très plaisant qui se lit très facilement et dont l’atmosphère vaut le détour.

  9. J’hésite dans mon planning de lectures (ça ressemble à ça en ce moment !!) mais j’envisage cette option pour mon week-end en famille la semaine prochaine (train et week-end tranquille)… il est concurrencé par quelques urgences et les livres sur lesquels j’ai craqué à Londres !

  10. Il me reste quarante pages, je ne suis pas couchée avant un bout de temps et je pourrai seulement l’ouvrir à ce moment mais je sens que je ne vais pas dormir avant de l’avoir terminé !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s